Cas Dahmen

Hydropace :
l’avenir haut-de-gamme, 100 % électrique et autonome du catamaran

Aussi luxueuse qu'écologique, la future navette Hydropace préfigure une nouvelle génération de catamarans et de transports publics.

Spécialisé dans les nouvelles formes de mobilités intelligentes, un jeune designer s’est projeté en 2030 pour présager l’évolution des transports en commun haut-de-gamme. A l’occasion de son diplôme au Royal College of Art de Londres, Cas Dahmen a conçu l’Hydropace comme un moyen de désengorger le trafic des villes côtières tout en réduisant l’empreinte carbone de nos déplacements.

Le designer Cas Dahmen s’est inspiré de la vie marine pour les formes organiques de l’Hydropace.
Le designer Cas Dahmen s’est inspiré de la vie marine pour les formes organiques de l’Hydropace. Cas Dahmen

Convaincu qu’« il est crucial de convertir nos véhicules en des systèmes à zéro émission » de pollution, ce jeune Hollandais a imaginé une embarcation uniquement alimentée à l’électricité et au look résolument aérodynamique, « au croisement entre les trains à grande vitesse du Japon et les bateaux de courses hydrofoils », capables de se soulever de la surface de l’eau à partir d’une certaine vitesse grâce aux ailes profilées de leurs coques.

En tout, quatre foils, deux à l’avant et deux à l’arrière, permettent de soulever le bateau.
En tout, quatre foils, deux à l’avant et deux à l’arrière, permettent de soulever le bateau. Cas Dahmen

Equipé de deux batteries au lithium, le navire devrait ainsi atteindre les 100 km/h une fois propulsé dans les airs. De quoi relier l’Arabie Saoudite au Bahreïn en une trentaine de minutes et offrir une alternative à une clientèle d’affaires et touristique lassée des embouteillages qui peuvent sévir dans les mégapoles maritimes. Mais en plus de la rapidité du catamaran, les 18 passagers profiteront également d’un habitacle au luxe et au confort inspiré des jets privés.

Une plate-forme accueille les passagers à l’arrière du catamaran.
Une plate-forme accueille les passagers à l’arrière du catamaran. Cas Dahmen

Disposés en rangées sous une bulle de verre de près de 40 mètres de long, les fauteuils sont dessinés de manière à conserver la fluidité de l’espace tout en prodiguant de l’intimité à chacun de leurs occupants. Entièrement transparents une fois éteints, les écrans qui les agrémentent laissent filer le regard afin de savourer au mieux les paysages environnants, visibles même à l’avant du catamaran grâce à l’absence de cabine de pilotage.

A l’intérieur, le panorama est omniprésent.
A l’intérieur, le panorama est omniprésent. Cas Dahmen

L’autonomie du véhicule, poussée à l’extrême, lui permet d’assurer sa trajectoire sans aucune action humaine et donc de réduire l’équipage à deux personnes. Mais en attendant de naviguer dans le Golfe Persique ou les autres mers du globe, le projet s’est déjà trouvé une place, on ne peut plus adéquate, dans la galerie « Future Journey, Future City » du London Transport Museum.

The good concept store A découvrir dans le concept store