Yoshio Taniguchi

Okura Tokyo : l'hôtel de James Bond va renaître de ses cendres

L' Okura de Tokyo, où réside James Bond dans le roman, et le film "On ne vit que deux fois" a été démoli il y a trois ans. Il ouvrira de nouveaux ses portes en 2019, reconstruit et modernisé.

Sa démolition a fait couler beaucoup d’encre. En 2015, l’hôtel Okura à Tokyo fermait ses portes et son architecture moderniste disparaissait de la carte, 53 ans après son inauguration. Construit en 1962, l’établissement va devenir culte lorsque Ian Fleming y fera coucher son héros dans On ne vit que deux fois, deux ans plus tard. Au moment de l’adapter pour le cinéma (1967), de nombreux détails du livre passent à la trappe. Mais James Bond, incarné par Sean Connery, ne manque pas, encore une fois, de séjourner à l’ Okura.

Définitivement clôt, ce chapitre ? Pas tout à fait. La chaîne du même nom a lancé de grands travaux pour donner une nouvelle vie à l’hôtel. Bien loin de la tendance néo-rétro nostalgique, la firme japonaise offre au nouvel Okura une tour de verre et d’acier ultra-moderne, résistante aux séismes. Un monstre de technologie, haut de 188 mètres, composé de 41 étages qui abriteront 508 chambres à la déco raffinée et contemporaine.

La bar de l’hôtel Okura.
La bar de l’hôtel Okura. Yoshio Taniguchi

Des couleurs chaudes, des luminaires imposants, des bois nobles et quelques rappels de cuir donnent à l’ensemble une atmosphère cozy et apaisante. Peu de clins d’œil à l’ancienne décoration, à l’exception des lustres hexagonaux dans le lobby et d’autres petits détails – un planisphère, des chaises et tables- qui sont d’époque et ont été conservés. Ils seront réinstallés pendant les travaux de reconstruction.

L’un des espaces communs dessinés par Yoshio Taniguchi.
L’un des espaces communs dessinés par Yoshio Taniguchi. Yoshio Taniguchi

Okura Tokyo, une histoire de famille

Le but ? Que ce « petit frère » écrive sa propre histoire, comme son aîné james bondesque. Mais le nouvel hôtel, qui ouvrira ses portes à l’automne 2019, n’aura pas que le nom de commun avec son illustre prédécesseur. En effet, c’est l’architecte japonais Yoshio Taniguchi qui a été désigné pour imaginer la plupart des espaces partagés de l’hôtel. Parmi ses signatures, le lobby. Pièce la plus iconique de l’ancien Okura, dessinée, à l’époque, par Yoshiro Taniguchi qui n’est autre que… son père ! 

Le nouveau lobby.
Le nouveau lobby. Yoshio Taniguchi

A défaut de ressembler à l’original, le nouvel Okura semble bien ancré dans son époque, et sa ville. Et si une visite de Daniel Craig, l’actuel interprète de James Bond, ne semble pas être à l’ordre du jour, l’hôtel devrait être inauguré moins d’un an avant l’organisation des Jeux Olympiques de 2020 dans la capitale japonaise et profiter ainsi, pour son redémarrage, d’une belle affluence de visiteurs du monde entier. Moins glamour peut-être que 007, mais tout aussi efficace.

A l’extérieur, l’hôtel n’a plus rien à voir avec le petit bâtiment moderniste qui abritait l’ancien Okura.
A l’extérieur, l’hôtel n’a plus rien à voir avec le petit bâtiment moderniste qui abritait l’ancien Okura. Yoshio Taniguchi

www.hotelokura.co.jp


 

Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store