C’est plus qu’une danseuse de flamenco, c’est une boule de feu, de vibration et d’émotion. Grito Pelao, le prochain spectacle que Rocío Molina a créé et dansera enceinte, sera présenté au Festival d’Avignon. Genèse d’un accouchement presque sans douleur.

C’est une mise au monde, ou une mise à mort. Mise au monde d’un enfant, et, au-delà, celle d’un nouveau corps qui demande davantage d’attention parce qu’il porte en lui la vie. Mise à mort, en revanche, d’une existence passée. Ainsi se veut Grito Pelao, la dernière pièce de Rocío Molina, prodige de la danse espagnole devant laquelle Mikhaïl Barychnikov s’est agenouillé à l’issue d’Oro Viejo au New York City Center.

A Avignon, du 6 au 10 juillet, elle dansera avec la chanteuse Sílvia Pérez Cruz. Ces deux immenses artistes de la scène hispanique se mettent en situation de faiblesse, sous le regard d’une troisième personne, la mère de Rocío, Lola Cruz, qui a mis sa vie entre parenthèses pour s’occuper de la carrière de sa fille.

Rocío Molina jouera son dernier spectacle en date, Grito Pelao, au festival d’Avignon, du 6 au 10 juillet.
Rocío Molina jouera son dernier spectacle en date, Grito Pelao, au festival d’Avignon, du 6 au 10 juillet. PABLO GUIDALI

Avec un corps changeant, la danseuse qui avait toujours « détesté l’idée d’être mère », interprétera avec une certaine part d’improvisation « ce désir d’un enfant lorsqu’on vit seule et qu’on est homosexuelle, avec la peur de mener cette aventure sans un amour pour accompagner ».

Grito Pelao raconte l’histoire de trois femmes qui se retrouvent sur scène pour pousser un cri et affronter, ensemble, ce Dar a luz, (donner le jour, en espagnol), l’expression utilisée pour désigner l’accouchement, la mise en lumière.

Bio express

Naissance à Málaga en 1984. Premiers pas de danse à 3 ans, premières chorégraphies à 7 ans ; à 17 ans, elle obtient son diplôme du Conservatoire royal de danse de Madrid, se fait engager dans les plus grandes compagnies et part dans des tournées internationales.

En 2006, elle crée sa compagnie et ses premières pièces Entre paredes, Eterno retorno, Turquesa como el limón ; Suivent Almario en 2007 ; Oro Viejo en 2008 ; Vinática en 2010 ; Afectos en 2012 ; Caída del cielo en 2016.

Elle reçoit, en 2010, le prix national de la danse du ministère de la Culture espagnol et est, depuis 2014, artiste associée au Théâtre national de Chaillot.

Elle a dansé avec des grands noms du flamenco espagnol, tels María Pagés, Miguel Poveda, Antonio Canales ou Israel Galván… Ses pièces sont jouées dans les théâtres et les festivals de danse du monde entier : Londres, Moscou, Berlin, Stockholm, Tokyo…

« Cette pièce est arrivée à un moment où je ne trouvais plus aucun sens à ma vie, confie la danseuse, où je me moquais du succès et où, pour couronner le tout, je perdais toute forme de créativité. » A travers ce trio de femmes, de filles qui dansent pour les mères, et inversement, Grito Pelao évoque « cette douleur qui cherche une consolation dans la descendance, ce vertige que la maternité apporte ».

Rocío Molina.
Rocío Molina. PABLO GUIDALI

Cette composition répond donc à une quête pour assurer sa continuité, pour conjurer sa peur de mourir, ou tout simplement « pour se trouver » ainsi que le dit la poète américaine Anne Sexton, citée par la danseuse. Depuis qu’elle tape du pied avec une rage de vivre et d’aimer égale, Rocío Molina, qui préfère créer dans le calme de sa maison‑atelier de Huelva « là où le soleil tape fort », a porté le flamenco sur d’autres terres, métissant les genres, réconciliant virtuosités technique et théâtrale.

Elle a également enflammé la scène de Chaillot, à Paris, en novembre dernier, lors de l’éblouissant festival de flamenco, en présentant Afectos, un chef-d’oeuvre ! Sur la scène, la chanteuse et guitariste Rosario La Tremendita, le contrebassiste Pablo Martín Caminero, et Rocío utilisant son corps comme une caisse de résonance, se tapant dans les mains, sur les cuisses et sur le ventre, faisant claquer ses talons comme pour se réveiller, voire accoucher.

Rocío Molina.
Rocío Molina. PABLO GUIDALI

Cette suite de joutes et de danses de l’amour, intenses et burlesques, qui sont parfois interprétées sur des chansons hurlant les sentiments, « font résonner la fragilité de l’existence et rendent visible le ressenti ».

Avec Grito Pelao, la chorégraphe ouvre une nouvelle porte vers l’inconnu, pour être à l’écoute de ce corps qui lui procure autant de plaisir que de souffrance, et trouver enfin la sagesse, la paix avec elle-même.

Agenda

• Du 6 au 10 juillet, Festival d’Avignon, www.festival-avignon.com

• 18 et 19 juillet, Festival grec de Barcelone, www.lameva.barcelona.cat

• 18 et 19 septembre, Biennale de flamenco à Séville, www.labienal.com

• 22 et 23 septembre, Festival ZGZ Escena à Saragosse, www.zgzescena.es

• Du 26 au 28 septembre, Teatros del Canal à Madrid, www.teatroscanal.com

• Du 2 au 4 octobre, Théâtre de Nîmes, www.theatredenimes.com

• Du 9 au 11 octobre, Théâtre national de Chaillot, www.theatre-chaillot.fr

Renseignements : www.rociomolina.net


The good concept store A découvrir dans le concept store