Zoom sur 10 marques très parisiennes. Après les labels masculins favoris de The Good Life, les griffes mixtes et unisexes.

Les labels mixtes : 

AMI, locomotive créative. Il a impulsé le changement de mentalité du trentenaire, dévoilé un vestiaire facile au look labellisé parisien. Alexandre Mattiussi a ouvert une brèche et a été très suivi. Née sur un coin de table en 2011, sa marque est une référence internationale, urbaine et stylistique. Car, aujourd’hui, elle a franchi toutes les frontières. Ces espaces en propre sont signés Studio KO, le cabinet qui a relooké le Chateau Marmont, à Los Angeles. AMI multiplie les collaborations, avec Eastpak, Moncler ou Pierre Marcolini, et s’offre une riche actualité : la sortie de la nouvelle signature Ami de cœur et une collection féminine en collaboration avec 24 Sèvres (site marchand de LVMH) autour des essentiels du vestiaire masculin. Pour autant, les filles cesseront-elles de chiper les fringues de leur boyfriend ?

Alexandre Mattiussi, AMI – Labels parisiens, les marques mixtes.
Alexandre Mattiussi, AMI – Labels parisiens, les marques mixtes. DR

Cuisse de grenouille, le (grand) bain. Frères et… surfeurs, Séverin et Lucas Bonnichon ont longtemps cherché le maillot de bain rétro qui va bien avant de lancer leur gamme sixties, en s’inspirant de photographies vintage. Le fit du maillot ? Court, coloré, ceinture plate à cordon et polyester italien. C’était en 2010. « Le maillot seul ne fait pas vivre, on a donc ajouté tee-shirts et pantalons, raconte Lucas. Nous avons commencé par la vente en ligne, mais nous avions besoin de montrer notre univers physique, d’où notre boutique ouverte, dès 2013, dans le Marais. » Les frères lèvent des fonds et peuvent s’offrir trois boutiques en propre, en plus de 100 points de vente – dont 40 aux Etats-Unis. Enfin, Cuisse de grenouille lance la première collection femme en 2016. Pièce maîtresse tous sexes confondus ? Le sweat « Surf in Paris (Madrid, Rome…) » : 15 000 vendus par an ! L’avenir est à la refonte du site et à la présence de collections capsules régulières.

Cuisse de grenouille – Labels parisiens, les marques mixtes.
Cuisse de grenouille – Labels parisiens, les marques mixtes. DR

Officine générale, le point d’équilibre. « Une veste qui coûte un smic n’est plus dans l’air du temps », assure Pierre Mahéo, créateur d’Officine générale en 2012. Un fait d’armes l’a rendu célèbre : la baisse de 20 % sur le prix de certains produits vendus en volume ! L’éthique, les beaux tissus italiens ou écossais, la modernité sans ostentation, le créateur a pris son grand-père, tailleur et drapier breton, comme modèle. « Il binait son jardin en costume usé, délavé et sur mesure. Avant de démarrer ma société, j’ai voulu comprendre le métier en travaillant pour un bureau de style, en visitant des usines,certaines atroces dans leur fonctionnement. » De nouveaux partenaires sont montés à bord, et le mouvement s’accélère, avec deux boutiques à Paris et une à Londres. « Nous venons d’ajouter une ligne féminine et allons réadapter notre boutique du Marais. Nous devrions ouvrir deux points de vente en plus à Paris pour soutenir les ventes en ligne. » Blockbuster sur Mr Porter, Officine générale voudrait maintenant lancer sa gamme de chaussures homme et femme, et envisage un bond aux Etats-Unis en 2019 (35 % des ventes actuelles).

Pierre Mahéo, Officine Générale – Labels parisiens, les marques mixtes.
Pierre Mahéo, Officine Générale – Labels parisiens, les marques mixtes. DR

Les labels unisexes :

AVOC, archicréatif. Architecture vestimentaire et ornements corporels ? La jeune marque fait le buzz en plus d’avoir décroché le prix du label créatif de l’Association nationale pour le développement des arts de la mode (Andam). Art contemporain, culture pop, films… Laura Do et Bastien Laurent y puisent leur inspiration pour sublimer un vêtement raffiné, sans genre affirmé. Leur première collection apparaît en 2014. Aujourd’hui, la silhouette est graphique, avec des à-plats de couleurs franches et des coupes fluides, tandis que les jeux de poches rappellent ceux du styliste Yohji Yamamoto. Coups de ciseaux au carré, simplicité des formes, qualité, Avoc a déjà convaincu les Galeries Lafayette.

Laura Do et Bastien Laurent, AVOC – Labels parisiens, les marques unisexes.
Laura Do et Bastien Laurent, AVOC – Labels parisiens, les marques unisexes. DR

Commune de Paris 1871, cocorico les Parigots. Siglée « Paris Touriste Club », la collection adresse un clin d’œil au Parisien, mais aussi à la Parisienne, les poussant à s’emprunter leurs vêtements… Alexandre Maïsetti et Sébastien Lyky, fondateurs de Commune de Paris 1871, ont gardé leur humour et bien progressé depuis 2009 : 80 points de vente (+ 10 % de CA/an, 50 % réalisé à l’étranger), une boutique à Paris, la Chine en ligne de mire, après les Etats-Unis et le Japon. « On se fait plaisir en collaborant avec Astier de Villatte pour des céramiques et avec Agnelle pour des gants », confie Alexandre. On trouve aussi, sur le site, 30 pièces citadines siglées PSG, faciles à piquer par les filles qui plébiscitent largement le sweat « Au Parc ».

Collection « Paris Touriste Club » de Commune de Paris 1871 – Labels parisiens, les marques unisexes.
Collection « Paris Touriste Club » de Commune de Paris 1871 – Labels parisiens, les marques unisexes. DR

Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store