Un Volocopter qui sera mis en service à Dubaï dès 2022.

L'imposant marché des véhicules autonomes

Les spécialistes s'accordent sur le fait que les véhicules autonomes représentent l'avenir de la mobilité. Sur le plan économique, c'est un marché qui pèse plus d 3 000 milliards d'euros.

Dans son rapport « La révolution de l’autonomie », réalisé en octobre dernier, le cabinet de conseil Oliver Wyman a étudié le marché à l’horizon 2030. Tous modes de transport confondus (sous-marin, marin, aérien et terrestre), le marché des véhicules autonomes de niveau 4 ou supérieur, c’est-à-dire très ou totalement autonomes, passerait de 20 Mds € en 2017 à 640 Mds € en 2030.

La plus grosse part revient aux véhicules terrestres avec 460 Mds €. Suivent l’air (97 Mds €), la mer (54 Mds €), le train (18 Mds €) et l’espace (7 Mds €). « Ces 640 Mds € ne représentent qu’une portion du marché global de l’autonomie, 22 % pour être précis. Si l’on considère la totalité des besoins et des attentes des clients, le marché global est cinq fois plus important, il devrait s’élever à 2 950 Mds € », précise Guillaume Thibault, consultant en charge de l’étude. Car qui dit véhicules autonomes, dit maintenance, réparation et révision – MRO pour Maintenance, Repair and Operations, dans le jargon des transporteurs –, qui compteront pour 320 Mds €, soit 11 % du total.

Un concept-car autonome par Mercedes.
Un concept-car autonome par Mercedes. DR

La gestion de flotte, la gestion du trafic de ces véhicules autonomes, qui va nécessiter de nouveaux systèmes, et les infrastructures, qu’il va falloir repenser et remodeler, pèseront 1 010 Mds $, soit 34 % du total.

Enfin, l’autonomie va ouvrir un vaste champ de services de mobilité (énergie, paiement, location, partage, divertissement embarqué), professionnels (gestion des données, services clients), de défense et de sécurité (ubiquité, cybersécurité, guerre numérique). Ces nouveaux usages et services devraient représenter 990 Mds €, soit 33 % du marché global.

Le projet Hyperloop, porté par Elon Musk, explore la voie des trains à lévitation magnétique pour atteindre des vitesses folles : jusqu’à 1 200 km/h.
Le projet Hyperloop, porté par Elon Musk, explore la voie des trains à lévitation magnétique pour atteindre des vitesses folles : jusqu’à 1 200 km/h. DR

Trois facteurs feront migrer la valeur : le passage des coûts élevés à des coûts moindres, du matériel au logiciel, et de la propriété à l’usage. Illustration du premier cas, 30 % du marché des hélicoptères seraient menacés par les drones de petite et de moyenne taille.La part des logiciels embarqués passerait de 30 % de la valeur d’un véhicule traditionnel à 50 % dans un véhicule autonome. Enfin, 15 % des voitures seraient partagées, contre 3 % aujourd’hui.


Thématiques associées