La revente des cadeaux de Noël n’est plus taboue. Depuis la multiplication des places de marché, c’est même devenu une pratique courante, juteuse pour les sites de e-commerce comme PriceMinister ou Le Bon Coin.

Un cadeau, ça ne se revend pas. Vraiment ? « Il y a une forte pression sur celui qui achète un cadeau de Noël, mais aussi sur celui qui le reçoit. Le premier a peur de décevoir, le second d’être déçu, constate Olivier Mathiot, CEO de PriceMinister, Internet est venu, comme dans d’autres domaines, multiplier les effets de réseaux pour décomplexer les utilisateurs et répondre à leur demande. » Aujourd’hui, selon une étude commandée par PriceMinister à Opinionway, 46 % des Français ont déjà vendu, où pourraient revendre, un cadeau de Noël.

Une tendance nouvelle, elle est d’ailleurs plus forte chez les 18-34 ans, dont le patron de PriceMinister voit les effets concrets chaque année. « Entre le 25 décembre et la fin janvier, c’est le plus grand pic de dépôt d’annonces de particuliers sur le site. La majorité porte la mention ‘neuf’, ‘dans son emballage’, ou ‘reçu pour Noël’ ». Il estime à plus d’un million le nombre d’objets vendus sur cette période. Forcément, un bonne nouvelle pour la filiale française du groupe japonais Rakuten, qui fonctionne sur le modèle d’une place de marché, en jouant les intermédiaires et touchant une commission. Chez Le Bon Coin, même son de cloche. Les trois jours qui suivent Noël, les annonces de jouets augmentent de 30 % et celles du « neuf » doublent. Là, le modèle économique est différent. Les particuliers ne paient pas forcément l’annonce, et le site ne récupère pas de commissions. Mais l’augmentation du nombre d’annonces (plus d’un milliard depuis la création du site) et du nombre de visiteurs permet à la plateforme de négocier avec les annonceurs, principale source de revenus de Le Bon Coin.

Les bureaux de Le Bon Coin, rue du Faubourg Saint-Martin (Paris 10e), où l’entreprise a emménagé cette année.
Les bureaux de Le Bon Coin, rue du Faubourg Saint-Martin (Paris 10e), où l’entreprise a emménagé cette année. RP Ribiere

Les raisons qui poussent les particuliers à revendre leurs cadeaux sont souvent les mêmes, il ne plait pas (38 %) ou il n’est pas utile (35 %). Des CD, DVD, jeux vidéo, livres, objets de déco et produits high-tech, comme le confirme Olivier Mathiot. « La plupart du temps, les cadeaux revendus sont impersonnels, des têtes de gondoles comme les Goncourt ou Renaudot, des coffrets de série TV », pas forcément des pulls affreux donc, plutôt des cadeaux faciles à faire. Des présents offerts par la famille éloignée, des collègues ou les beaux-parents pour la plupart. Un peu d’humanité, tout de même, toujours selon l’étude PriceMinister, les Français ne vendent pas ou peu les cadeaux de leurs parents (6 %), leurs enfants (4 %) ou leurs conjoints (2 %).

Noël en tête d’affiche

PriceMinister a été l’une des premières places de marché à faire de la publicité pour son service, en surfant sur la déception post-Noël, dès 2001. Son CEO se souvient. « Au départ, on voulait provoquer en choisissant des événements alternatifs pour faire la promotion du site, comme la Saint-Valentin, la fête des mères par exemple. » A la surprise d’Olivier Mathiot et ses équipes, la mayonnaise prend pour l’une de ses occasions : Noël, pour les raisons évoquées plus haut. Depuis, les usagers des transports en commun attendent chaque année les affiches décalées du groupe.

Les célèbres affiches de Priceminister.
Les célèbres affiches de Priceminister. DR

Cette transformation des mœurs, facilitée par internet, est désormais mise en avant par de nombreuses plateformes et sites de e-commerce. C’est le cas pour eBay, le pionnier, qui en plus de proposer une page dédiée à la revente de cadeaux, va jusqu’à conseiller ceux qui voudraient franchir le pas. En effet, au lendemain de Noël, lors du dépôt d’une annonce, le géant américain propose à ses clients une liste de conseils pratiques pour mettre en avant leur « produit ». Ne pas le déballer, préciser qu’il s’agit d’un cadeau de Noël et « mentionner le prix de l’objet neuf pour mieux valoriser la bonne affaire », sacrilège ?

eBay a créé une plateforme dédiée à la revente de cadeaux, toute l’année.
eBay a créé une plateforme dédiée à la revente de cadeaux, toute l’année. DR

Enfin, tous les sites de e-commerce ne mettent pas en avant leurs services pour les déçus. C’est le cas chez Le Bon Coin. « Nous avons également constaté beaucoup de mises en ligne le mois qui précède Noël, explique Anne Quemin, directrice de la communication, on observe qu’offrir un cadeau de seconde main, unique, vintage, est de plus en plus courant. C’est là-dessus que nous préférons communiquer, spontanément. » Comme lors de la création d’un pop-up store dédié aux jouets d’occasion boulevard Haussmann au début du mois de décembre. Merry Christmas !


Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store