Photographe : Marine Mocaer
The Good Dads, ces héros

The Good Dad #3
Rencontre avec Fanis, artiste nomade

Être papa, c’est un métier pas comme les autres. The Good Life et Stokke donnent la parole à ces good dads qui jonglent entre carrières professionnelle, de papa et de parisien.

Les mille et une vies de Fanis.

C’est ainsi que nous pourrions intituler cet article. Celui que nous rencontrons dans son quartier du 12ème arrondissement n’est pas un papa comme les autres. Ancien athlète reconverti dans la musique, Fanis Karoussos joue plus de 10 instruments et compose pour des films ou des pièces de théâtre. Et comme si ce n’était pas assez, il est aussi acteur, modèle photo, peintre, sculpteur, tatoueur, prof de musique traditionnelle grecque… Artiste, quoi.

Une petite pause devant la boulangerie
Une petite pause devant la boulangerie Photographe : Marine Mocaer

Le petit Aeneas, 4 mois, tient déjà de son papa.

Alors qu’il est encore dans le ventre de sa maman, il tourne – avec elle ! – dans le nouveau film de François Ozon, L’Amant Double (actuellement en salles). À 20 jours, il traverse avec ses parents la Grèce, du Sud au Nord, pour se rendre sur un tournage où son papa et sa maman se donnent la réplique. Qui dit mieux ?

Fanis pose ses valises à Paris il y a neuf ans. « Impossible pour moi de me considérer comme Parisien tant je suis attaché à la Grèce, mais je comprends ceux qui le deviennent. Être Parisien, ce n’est pas forcément être né ici, c’est vivre Paris : profiter des spectacles, des rues bruyantes, des terrasses ensoleillées, ne pas avoir une seconde de libre. » Son fils est d’ailleurs né loin du tumulte parisien, en Grèce, comme lui. Anne, sa compagne, elle aussi actrice, nous raconte que Fanis a bluffé toutes les infirmières à la maternité, habituées aux papas plus traditionnels. Fanis nous explique : « En Grèce, c’est plutôt à la femme de s’occuper du bébé, de le laver, de le changer, de le porter. Mais j’adorais faire ça ! Et dans la rue, c’est moi qui portait le porte-bébé. » Médaille d’honneur à ce papa moderne.

Instant complice entre Fanis et son fils
Instant complice entre Fanis et son fils Photographe : Marine Mocaer

Une énième carrière a donc commencé en Grèce pour Fanis : celle de papa.

Il nous avoue sans langue de bois retrouver son premier amour, celui du sport, grâce à son nouveau-né : « Être papa, c’est du sport ! Aeneas adore être dans nos bras et comme nous bougeons en permanence selon nos différents tournages et spectacles, nous n’envisagions pas de prendre de poussette ».

Rien de mieux qu’une balade au square en poussette
Rien de mieux qu’une balade au square en poussette Photographe : Marine Mocaer

C’était sans compter sur la poussette Xplory de Stokke qui a révolutionné leur vision de la promenade en famille : « Nous n’imaginions pas avoir bébé à hauteur de sol. L’Xplory nous permet de mettre Aeneas à notre hauteur, quel bonheur ! Et pour notre dos aussi… ». Depuis, la petite famille se balade entre deux shows dans les parcs et les squares qui croisent leur chemin. C’est d’ailleurs la promenade que préfère Anne : « le tissu corail qui recouvre la poussette laisse s’infiltrer la lumière et les ombres que projettent les arbres comme si bébé assistait à une pièce de théâtre. Aeneas en reste toujours émerveillé ».

C’est d’ailleurs dans le Square Armand Trousseau que nous achevons cette interview, à deux pas de la boulangerie préférée de la petite famille.

Les bonnes adresses de Fanis dans le 12ème et le 20ème arrondissement :

Blé Sucré, « commandez la madeleine du partage, elle est délicieuse – et énorme, comme son nom l’indique ! »

7 Rue Antoine Vollon, 75012 Paris

Le marché d’Aligre, « incontournable dans le quartier. Comme c’est moi qui cuisine, j’adore aller m’y ravitailler en produits frais »

10B Rue de Cotte, 75012 Paris

Zagros, « un mélange de cuisine kurde et grecque comme on n’en trouve pas à Paris ! J’y joue parfois de la musique grecque »

58 Boulevard de Ménilmontant, 75020 Paris

The good concept store A découvrir dans le concept store