Né sous le soleil espagnol, ce groupe hôtelier haute couture opère en marque blanche des adresses uniques et variées. Discret jusqu’à présent, Marugal a franchi les Pyrénées et inaugure un hôtel à Chambord et une « maison de campagne » à Rambouillet.

Un excellent flair


Outre la gestion hôtelière et la partie conseil auprès d’hôtels et de communautés de communes, Marugal a créé un fonds d’investissement en 2013. Le groupe est ainsi coïnvestisseur, à 20 %, du Hameau de la Cense aux côtés du propriétaire, William Kriegel. « C’est notre projet le plus créatif, mais pas une banque française n’a voulu y aller, continue Edouard Daehn. Triodos Bank, une banque néerlandaise, a finalement suivi. À la Cense, la valorisation de l’actif à dix ans est aux alentours de 30 millions d’euros. » Ce qui permettra d’investir plus tard dans les murs. Car Marugal a une bonne capacité à flairer les bons projets. À les diriger aussi. « Nous sommes à plus de 1 000 euros en prix moyen à Cap Rocat et nous avons 92 % de taux d’occupation à l’année [sur les mois ouverts, NDLR] », termine Edouard. Fort de son expérience, Marugal n’hésite pas à répondre aux appels d’offres.

À une cinquantaine de mètres du château de Chambord, le groupe a remporté, en 2014, la concession, pour une durée de quarante-cinq ans, de ­l’hôtel Saint-Michel qui deviendra, dès cet ­automne, le Relais de Chambord. Les plans sont revus par l’architecte Jean-Michel Wilmotte, qui rénove et ajoute une aile afin de créer 56 chambres et un restaurant bistronomique – la réhabilitation avoisine les 10 millions d’euros. Aux côtés de l’investisseur majoritaire Frédéric Jousset (cofondateur de Webhelp et propriétaire du magazine Beaux-Arts), sa mère, Marie-Laure Jousset, grande spécialiste en design, prend activement part au projet. Là encore, Marugal participe à hauteur de 3 % et pèse sur toutes les décisions. Ce (discret) groupe n’a pas fini de faire parler de lui.

Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store