Evangelia Kranioti

Athènes vue par
Marina Fokidis, commissaire de l'exposition documenta 14

La commissaire de l'exposition documenta 14 d'Athènes partage avec The Good Life ses impressions sur la capitale grecque qui s'ouvre de nouveau à l'art.

Originaire de Thessalonique, Marina Fokidis habite à Athènes depuis plusieurs années. La fondatrice de la Kunshalle Athena Art Institution et du magazine d’art contemporain South as a state of magazine, – entre temps devenu la publication officielle de documenta –, nous raconte comment cette manifestation quinquennale d’art contemporain allemande s’est transportée jusque dans la capitale grecque.

Marina Fokidis, commissaire de l’exposition documenta 14.
Marina Fokidis, commissaire de l’exposition documenta 14. Evangelia Kranioti

 

The Good Life : La documenta 14 s’intitule «Learning from Athens». Quel sens donner à ce titre?

Marina Fokidis : Il manifeste l’effort de la documenta 14 de se dérouler sur deux sites en même temps pour la première fois de son histoire. En invitant les visiteurs à se rendre
à la fois à Kassel et à Athènes, et à passer 
du temps dans chaque ville, Adam Szymczyk, le directeur artistique, mise sur le fait que chacun apprendra d’une réalité qui n’est pas la sienne et devra dépasser les clichés qui circulent entre le Nord et le Sud. Cette double manifestation fournit une bonne occasion de reparler de démocratie et de repenser
 la crise financière et humanitaire qui touche toute l’Europe.

Vue depuis le musée national d’Art contemporain (EMTS), l’un des sites principaux de documenta 14.
Vue depuis le musée national d’Art contemporain (EMTS), l’un des sites principaux de documenta 14. Freddie F.

TGL : Quel est l’impact de documenta sur la ville d’Athènes ?

M. F. : Aujourd’hui Athènes est à la fois considérée comme le berceau de la culture occidentale et la brebis galeuse de l’Europe ;  elle vit, comme chacun sait, une période économique difficile. Ce contexte n’a pas empêché aux artistes grecs de s’exprimer et démontrer une forte sensibilité. Nous avons des œuvres incroyables réalisées aussi grâce à des collaborations internationales (cela est dû a une manque de financements nationaux). documenta a beaucoup aidé à l’émergence de nouvelles synergies, réseaux et façons de travailler ensemble. Notre équipe, les artistes, les visiteurs que nous attendons : nous faisons tous partie de la même expérience. La coopération entre les gens est un excellent remède pour vaincre les difficultés.

documenta a aidé à l’émergence de nouvelles synergies entre artistes locaux et visiteurs étrangers.
documenta a aidé à l’émergence de nouvelles synergies entre artistes locaux et visiteurs étrangers. Freddie F.

TGL : Vos ressentis sur ce projet auquel vous travaillez depuis le printemps 2014?

M. F. : Quant on accueille des invités pour une telle mission, on perçoit sa propre ville et sa réalité différemment. J’ai assisté à une propagation de nouvelles synergies entre les habitants d’Athènes, des étrangers qui n’avaient jamais vécu en Grèce ainsi que les institutions, les fondations 
et les associations. Nous avons tous travaillé en étroite collaboration. De plus, nous avons bénéficié d’une forte exposition médiatique internationale. Avec documenta, Athènes se transforme ainsi en endroit idéal pour la naissance de réseaux innovants.

Une balade à Athènes

TGL : Les expositions se tiendront dans des espaces classiques et dans 
des lieux extérieurs disséminés dans la ville. Vos coup de cœur ?

M.F. : Au-delà des endroits d’expositions traditionnels, il y a plus de 30 sites satellites disséminés dans la ville. Je suggères aux visiteurs de les découvrir lors d’une balade commençant par le port du Pirée, jusqu’à la banlieue nord d’Athènes. Quelques idées :

  • Private Song, une performance de Alexandra Bachzetsis au Théâtre municipal du port du Pirée.
  • Mary Zygouri engage une conversation avec les fantômes du passé dans un projet axé sur la communauté qui sera exposée au Madra Blokou Kokkinias, un musée-monument dans le quartier ouvrier de Nikaia. Ici, des centaines de résistants grecs furent exécutés par les nazis en 1944, pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • Le musée national d’Art contemporain (EMST), dans une ancienne brasserie dessinée par l’architecte moderniste Takis Zanetos. Aujourd’hui rénové, ce musée est l’un des sites principaux de documenta 14.
  • L’Athens Conservatoire, une école de musique, danse et théâtre dans un bâtiment moderniste signé par l’architecte grec Ioannis Despotopoulos.
  • La Desire Line, une œuvre de l’écossais David Harding qui reprend le poème Cascando de Samuel Beckett. Une pause verte à deux pas de l’Odéon, à apprécier dans le parc Rizari.
  • Megaron, la première salle de concert d’Athènes présentera une programmation de concerts de musique classique et expérimentale, comme Frederic Rzewski avec « le Peuple uni ne sera jamais vaincu !».
  • La maison de Yannis Tsarouchis dans la banlieue nord de Maroussi a été restaurée grâce aux subventions de documenta. On y retrouve le travail figuratif d’un grand artiste et scénographe grec, peu connu à l’étranger.

The good concept store A découvrir dans le concept store