Greygouar

La Chine numérique 1/4 : l'offensive de Shanghai et de ses licornes

La révolution numérique a deux champions : les Etats-Unis… et la Chine, dont les trois géants Baidu, Alibaba et Tencent (BAT) construisent des modèles économiques innovants. A Shanghai, deux écosystèmes constitués de start‑up étrangères dynamisent un entrepreneuriat plus que foisonnant.

Ceux qui font grandir les start-up

Depuis quelques années, cette guerre numérique s’amplifie entre les champions nationaux, mais aussi au sein de la communauté des jeunes pousses, attirant des investisseurs de plus en plus sélectifs. Et ils sont nombreux à scruter l’écosystème numérique chinois ! Là aussi, la volonté politique de Pékin a joué un rôle clé, réorientant les investissements de ses fonds souverains et injectant beaucoup de liquidités. Très vite, des fonds étrangers – notamment l’américain Sequoia Capital –, des fonds privés asiatiques – comme Gobi Partners ou IDG Capital Partners –, mais aussi les géants d’Internet ont pris le relais. Ces derniers ont tous créé des filiales dédiées, constituées d’experts, et qui participent à la professionnalisation du capital risque chinois.

Alibaba cherche ainsi constamment à enrichir sa plate-forme numérique de nouveaux services. A Shanghai, il opère des acqui­sitions stratégiques comme celle de Mei.com, un site de vente d’articles de luxe, et n’hésite pas à injecter plus de 1 milliard de dollars dans Ele.me, une application de livraison de repas à domicile. « Depuis dix ans, on assiste à une forte croissance du private equity sur tous ses segments, assurant ainsi les différents stades de développement des start-up. Pour notre part, nous avons intensifié nos activités en Chine, où les initiatives innovantes se déploient rapidement dans des secteurs diversifiés comme la “cleantech” ou les usages numériques », confirme Julien Mialaret, directeur des investissements d’Idinvest Partners.

Des fonds franco-chinois se sont créés plus récemment. « Nous avons mis au point un fonds 100 % numérique. Notre équipe cherche à identifier les technologies de rupture sur le marché de la voiture connectée, le big data, la fin-tech et la robotique », confirme Nicolas Ducray, directeur d’investissement au sein de Cathay Capital Private Equity. Dans l’économie numérique mondiale, Shanghai est devenue incontournable pour traquer les nouvelles tendances.