Cinq expositions et quatre destinations pour réviser ses classiques des XIXe et XXe siècles, entre deux rendez-vous.

Après l’agenda d’automne des expositions d’art contemporain, The Good Life vous propose un tour d’Europe des plus belles retrospectives autour de l’art des deux derniers siècles.

Londres
Par l’intermédiaire des fonds de grandes collections privées, dont le Clyfford Still Museum, à Denver, David Anfam, commissaire de cette première grande rétrospective au Royaume-Uni entièrement dédiée à l’expressionnisme abstrait, réunit et confronte des toiles monumentales de ce courant iconique de l’après-guerre. Celui-ci a synthétisé les pratiques libres des génies de New York et de la côte Ouest des États-Unis intéressés aux possibilités du geste de l’artiste (l’action painting et la technique du dripping selon Jackson Pollock) ainsi que l’utilisation de la couleur (le colorfield où les toiles irradiantes de Mark Rothko). Willem de Kooning, Franz Kline, Sam Francis… tous les ténors sont là. La tournée se poursuivra au Guggenheim de Bilbao, du 3 février au 4 juin.
Abstract Expressionism, Royal Academy of Arts, du 24 septembre au 2 janvier. www.royalacademy.org.uk

« PH-950 », Clyfford Still, 1950.
« PH-950 », Clyfford Still, 1950. DR

Paris
Réaliste, Henri Fantin-Latour (1836-1904) est aussi rêveur. Associées à ce courant pictural français du XIXe siècle, ses scènes florales demeurent pourtant parmi les plus symbolistes du genre mineur de la nature morte, tandis que ses premiers autoportraits et ses tableaux allégoriques sont poétiques. Dans un parti pris chronologique retraçant la genèse de l’artiste jusqu’à ses commandes et fameux portraits de groupes (Hommage à Delacroix, 1864), cette première rétrospective parisienne depuis 1982 entend délivrer un portrait du peintre curieux et intimiste avec l’évocation de ses correspondances, sa passion pour la musique et ses inspirations (dessins, lithographies, photographies…).
Henri Fantin-Latour. A fleur de peau, musée du Luxembourg, du 14 septembre au 12 février. www.museeduluxembourg.fr

« Fleurs d’été et Fruits », Henri Fantin-Latour, 1866.
« Fleurs d’été et Fruits », Henri Fantin-Latour, 1866. DR

Helsinki
La rétrospective de l’Italien Amedeo Modigliani (1884-1920), à la vie plus que mouvementée, prend ses quartiers en Finlande, à Helsinki, avec les œuvres du mécène et collectionneur français Roger Dutilleul, auparavant vues au LaM de Lille‑Villeneuve‑d’Ascq, puis à Budapest. Ses nus féminins aux courbes primitivistes et ses portraits aux yeux en amande réalisés à Montparnasse sont ici exposés aux côtés d’œuvres de Pablo Picasso et de Constantin Brancusi, des amis artistes qui partagent sa postérité sur le marché de l’art.
Amedeo Modigliani, Ateneum, du 28 octobre au 5 janvier. www.ateneum.fi

« Nu assis à la chemise », Amedeo Modigliani, 1917.
« Nu assis à la chemise », Amedeo Modigliani, 1917. DR

Paris
L’exceptionnelle rétrospective itinérante de Carl André (1935), organisée conjointement avec l’artiste lui-même et la Dia Art Foundation (New York) en 2014, arrive enfin en France. L’ensemble de son œuvre, connue ou méconnue (comme ses photographies et ses poèmes), y est présentée. Figure de l’art minimaliste américain au XXe siècle, Carl André a amené le public à réévaluer la perception de la réalité et de l’art avec ses structures sérielles, souvent disposées à même le sol. Des œuvres qui ont été réalisées à New York, dès les années 50, à partir de matériaux industriels (bois, métal…). Une pratique radicale de la sculpture.
Carl Andre. Sculpture as Place 1958-2010, musée d’Art moderne, du 18 octobre au 12 février. www.mam.paris.fr

« Carl Andre. Sculpture as Place, 1958-2010 », Installation.
« Carl Andre. Sculpture as Place, 1958-2010 », Installation. DR

Milan
Au cœur du groupe japonais Mono-ha, une « école des choses » du milieu du XXe siècle attachée à réunir des matériaux naturels pauvres et industriels dans des interventions spatiales éphémères, Kishio Suga (1944) est un leader et un proche du Coréen Lee Ufan. Cette première exposition institutionnelle de l’artiste sur le sol occidental voit ses œuvres disposées dans l’immensité de l’ancien site industriel de Pirelli, reconverti en centre d’art.
Kishio Suga, Hangar Biccoca, du 30 septembre au 29 janvier. www.hangarbicocca.org

The Good Spots Destination Europe

The good concept store A découvrir dans le concept store