NASA's Goddard Space Flight Center
The Good High-Tech

OSIRIS-Rex : la NASA va prélever des morceaux d’astéroïdes !

C’est une première pour l’agence spatiale américaine : le lancement d’une mission chargée de prélever des échantillons d'une astéroïde, Bennu. OSIRIS-Rex décollera le 8 septembre prochain mais son retour n'est prévu que pour 2023. Le but ? Découvrir les origines de notre système solaire.

C’est le 8 septembre prochain, à Cap Canaveral (Floride) que OSIRIS-REx va s’envoler vers les étoiles. Une mission à un milliard de dollars que l’on peut résumer en deux étapes. Une fois l’astéroïde Bennu atteinte (en 2018), le satellite va établir une carte en 3D ultra-précise du rocher. Une étape cruciale pour éviter tout problème à l’atterrissage. Ensuite, il pourra s’y poser et prélever un maximum d’échantillons avant de faire son retour à l’horizon 2023.  

L’explication des initiales du programme OSIRIS-REx
L’explication des initiales du programme OSIRIS-REx www.nasa.gov

Pourquoi est-il si important de connaître la composition des astéroïdes ? Parce que ces énormes rochers flottants sont constitués de minéraux et de matières organiques qui sont à la base de nombreuses théories sur l’origine de notre planète. La plus célèbre : la vie sur Terre serait possible justement grâce à plusieurs collisions avec des astéroïdes. Les scientifiques de la NASA espèrent donc que Bennu leur fournira des éléments de réponse, datant d’avant la naissance de notre système solaire.

« Bennu est une capsule temporelle, dont l’histoire commence il y a 4,5 milliards d’années. » Voici comment les chercheurs de l’agence spatiale américaine décrivent leur cible. Une Supernova d’abord, qui crée des chondres (météorites qui n’ont pas encore de « fonction »). En s’agglomérant, certains deviendront des planètes, d’autres des astéroïdes. Bennu était là lors de la création de notre soleil et donc de tout notre système solaire. Et quand des astéroïdes sont entrés en collision avec la Terre, ils avaient selon la NASA, la même composition que Bennu. Des échantillons d’un tel témoin seraient, comme l’a déclaré à Reuters le coordinateur de la mission Dante Lauretta, « comparables aux prélèvements effectués sur la Lune, encore utiles aujourd’hui ».

La mission OSIRIS-Rex

Thématiques associées