Dave Pinter
Intelligence artificielle

Toyota investit 22 millions de dollars dans l'intelligence artificielle

22 millions de dollars pour la filiale Michigan de la Toyota Research Institute (TRI). Le constructeur automobile en a fait l’annonce à la mi-août; sur une période de quatre ans, Toyota souhaite investir dans le secteur de la recherche et développement du TRI, et plus particulièrement dans l’intelligence artificielle.

En avril dernier, Toyota annonçait la création de son troisième centre de recherche TRI sur le campus de l’université du Michigan à Ann Harbor (TRI-ANN). L’objectif premier d’un tel investissement est de financer la recherche liée à la sécurité routière dans les voitures autonomes, domaine dans lequel Toyota est très avancé. Le TRI, initialement basé à la Silicon Valley, avait préalablement ouvert deux centres à Palo Alto, sur le campus de Stanford (TRI-PAL) et à Cambridge (TRI-CAM), où le partenariat s’est noué avec le MIT.

Le TRI n’est pourtant pas complètement nouveau dans les quartiers de l’université du Michigan. En effet, le constructeur dispose déjà de deux centres techniques non loin de l’institution avec qui plusieurs recherches sur les voitures connectées ont déjà été conduites, notamment autour des questions liées à la sécurité des voitures intelligentes. L’autre « plus » d’avoir choisi Ann Harbor, c’est Mcity. L’université du Michigan a reproduit une ville miniature dans laquelle les constructeurs automobiles et chercheurs viennent mettre leurs trouvailles en intelligence artificielle à l’essai.

Gill Pratt, directeur du TRI, justifiait d’ailleurs les raisons de son choix dans un communiqué de presse paru le 7 avril dernier. « Au-delà du travail extraordinaire dans la recherche sur la sécurité automobile — en particulier dans la conduite autonome– que l’université du Michigan produit, Toyota est bien ancrée dans la communauté Ann Harbor. TRI reconnaît également l’utilité de Mcity et du Mobility Transformation Center, que nous sponsorisons actuellement. »

Ces 22 millions de dollars ne serviront cependant pas uniquement à la recherche automobile pure et dure. L’université compte également s’en servir pour financer des études parallèles dans l’apprentissage des machines (machine learning), la mobilité, la robotique et l’apprentissage des étudiants et de la diversité (student learning and diversity).
L’intérêt pour ce projet est grand dans l’industrie automobile. Ford, voisin de l’université du Michigan, semble déjà faire de l’œil au TRI, et a déjà testé plusieurs concepts dans la Mcity. Attendons-nous à voir d’autre géants tels Apple ou Google, y faire un tour…

The good concept store A découvrir dans le concept store