Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont créé une société qui prévoit de commercialiser dès l’année prochaine des batteries au lithium-métal deux fois plus autonomes (ou deux fois plus petites !).

Des chercheurs du MIT ont découvert le moyen de fabriquer des batteries au lithium-métal à grande échelle. Ce système n’est pas nouveau, il était juste inexploitable. En effet, jusque-là, tous les prototypes étaient rapidement détruits par la multiplication de dendrites sur l’anode, où a lieu l’oxydation. Autre difficulté, il fallait une température de 80°C minimum pour faire fonctionner la pile, ce qui lui interdisait la plupart des usages courants.

En découvrant le moyen de réduire au maximum la feuille de lithium recouvrant l’anode (5 fois moins que les premières expériences), l’équipe du MIT a résolu le problème des dendrites. Et pour régler le celui (de la température, ils ont ajouté, à la place des « séparateurs » habituels, de l’électrolyte solide (la substance où se trouvent les ions), qui fonctionne sans tenir compte de la température.

La « Gen 3 » est celle créée par SolidEnergy Systems.
La « Gen 3 » est celle créée par SolidEnergy Systems. Massachusetts Institute of Technology

Bref, contrairement à beaucoup de découvertes dans ce domaine, il ne s’agit pas simplement de théorie. Sur son site, le MIT confirme que son équipe de chercheurs a créé une société, baptisée SolidEnergy Systems, qui commercialisera dès l’année prochaine ces nouvelles batteries, notamment pour les drones et voitures électriques, avant de s’attaquer au marché des smartphones. De quoi chasser des Pokémon jusqu’au bout de la nuit…

Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store