Quel bonheur ! Deux beaux chantiers. Deux pays si proches, mais si différents. Deux façons de voir le motonautisme : l’une, à la française, avec le Prestige 680 ; l’autre, à l’italienne, avec le Ferretti 650. Que le match cominci !
En partenariat avec : Neptune Yachting Moteur

Le Prestige 680 est le plus grand bateau à fly du constructeur Prestige Yachts (groupe Bénéteau) et celui qui marque la frontière avec la catégorie des yachts. La luminosité, l’esthétique soignée et de nouvelles solutions technologiques signent un bateau vraiment contemporain, élégant et très facile à manœuvrer, sans équipage.

Dans un mouillage de rêve, le Prestige 680 dévoile ses atouts : un vaste fly, de grands vitrages miroir sur la timonerie et de longs hublots de coque.
Dans un mouillage de rêve, le Prestige 680 dévoile ses atouts : un vaste fly, de grands vitrages miroir sur la timonerie et de longs hublots de coque. DR
Les caractéristiques du Prestige 680.
Les caractéristiques du Prestige 680. DR

Caractéristiques du Prestige 680

Longueur hors tout : 21,46 m.
Largeur : 5,33 m.
Tirant d’eau : 1,58 m.
Poids lège : 29,8 t.
Transmission : Pods IPS 1200 Volvo.
Puissance maximale : 2 x 900 ch.
Carburant : 3 450 l.
Eau : 800 l.
Cabines : 3-4 + 1.
Couchettes : 6-8 + 2.
Catégorie CE : B/16 pers.
Prix : 1 550 000 € HT.

Nous avons rendez-vous avec le Prestige 680 près de Dubrovnik, en Croatie. Le bateau arrive du Monténégro, et nous devons nous rencontrer au fond d’un long fjord. Sur le quai, nous guettons ce bateau que nous n’avons jamais vu, sinon virtuellement. Quelques grosses unités passent, dont une belle vedette à fly dotée de vastes vitrages miroir continus, qui reflètent la lumière dorée de cette fin d’après-midi. La coque blanche n’est pas habituelle chez Prestige, mais l’hésitation est de courte durée c’est bien notre bateau qui avance lentement vers le petit quai. Avec habileté, à l’aide du joystick, le pilote se positionne à quelques centimètres et nous sautons sur la vaste plate-forme arrière, pour rejoindre le cockpit. L’impression d’être sur une grosse unité est évidente. Depuis la baie vitrée, l’intérieur de la timonerie s’offre sans obstacle, de la cuisine au poste de pilotage, mais, pour l’heure, nous empruntons l’échelle en Inox et teck qui conduit au fly.

Prestige, la force d’une équipe

Depuis le début de l’aventure Prestige, il y a quinze ans, les mêmes hommes président aux destinées de la marque. Garroni Design, le cabinet d’architecture italien fidèle depuis le début, Jean-François de Prémorel, le coordinateur et l’inspirateur, le bureau d’études de Jeanneau, dirigé par Michel Villeneuve, présent depuis la première Prestige 36, aujourd’hui à la tête de 30 personnes. La réalisation du Prestige 680 a nécessité 40 000 heures d’ingénieurs et deux années de travail, et il faut douze semaines pour produire un exemplaire. Le bateau, qui a été intégralement conçu avec le logiciel Catia, est réalisé en infusion pour les grosses pièces et en injection pour les petites. Mais l’humain reste au cœur du système, et, comme l’explique Jean-François de Prémorel, « pour aboutir au bateau final, on passe par des dizaines d’échanges quotidiens avec les architectes et le bureau d’études ». Le premier exemplaire vient de toucher l’eau, et onze autres sont déjà en commande.

Un fly immense et confortable
La disposition est classique, mais fonctionnelle et confortable. Sur l’avant, un immense solarium occupe toute la largeur et vient s’appuyer sur le poste de pilotage situé sur bâbord. La console est la quasi-réplique du poste principal de la timonerie avec deux grands écrans Raymarine Glass Bridge sur la façade inclinée, un volant réglable, les écrans numériques de contrôle des moteurs, et ceux du pilotage automatique et du sondeur, et, bien sûr, le joystick Volvo. La banquette de pilotage est intégrée à un sofa en L et un autre sofa occupe le bord opposé, en appui sur la cuisine d’été. Le fly, qui se prolonge au droit du tableau arrière, est séparé par une belle arche inclinée. Recevant les diverses antennes, celle-ci supporte le taud bimini, qui se déploie électriquement à l’aide d’un vérin. En arrière, une banquette en U occupe toute la largeur autour d’une belle table en teck. L’une des évolutions du Prestige 680 est le haut pavois fumé entourant la moitié avant du fly en remplacement du traditionnel saute-vent, qui protège l’équipage.

Le fly est protégé par un haut pare-brise enveloppant et ses zones sont bien réparties.
Le fly est protégé par un haut pare-brise enveloppant et ses zones sont bien réparties. Gilles Martin-Raget

La gamme Prestige compte sept modèles s’étageant du Prestige 420 jusqu’au 750, divisé en trois séries, dont les Yachts Line. Le 680, avec les Prestige 620 et 750, en fait partie. De nombreuses similitudes existent entre ces trois modèles, dont la disposition de la timonerie, avec la cuisine jouxtant le cockpit, ainsi qu’un haut tableau arrière légèrement inversé. Le 680 reprend l’idée de la mastercabine à l’avant, comme sur le 750. Elle n’est plus de plain-pied, mais conserve un volume respectable, avec une luminosité apportée par les hublots de coque et par des capots translucides au plafond.

Trois ou quatre cabines
Comme il se doit, le bateau dispose d’une salle de bains, d’un dressing, d’un bureau et d’une méridienne avec vue mer. L’unité comporte trois autres cabines accessibles par un escalier depuis la timonerie : une cabine VIP, au centre, avec une salle de bains attenante, et deux autres pour les invités, comprenant chacune deux lits simples. Elles se partagent une même salle de bains. Une seconde version sera disponible avec trois cabines doubles et trois salles de bains. Au premier contact avec le bateau, nous avions remarqué l’importance des surfaces vitrées de la timonerie. Vues de l’extérieur, elles forment une surface continue, sans rupture, sur toute la longueur des superstructures, apportant une esthétique flatteuse amplifiée par l’effet miroir. Elles ont gagné en hauteur, permettant une vue sans contrainte depuis l’intérieur, et l’une d’elles arrive presque au niveau du pont, soulignée par un décroché dans le pavois. L’aménagement de la timonerie reprend un schéma commun aux grands Prestige, avec des nuances,bien entendu. Depuis le cockpit, l’entrée est occupée sur la gauche par la cuisine en L, délimitée par un petit bar. Elle comporte tous les équipements domestiques d’une cuisine moderne et un grand frigo vertical. En vis-à-vis, on trouve un espace repas autour d’une table en verre modulable, puis une petite marche conduit au salon avec un canapé confortable, placé latéralement sur la gauche, servi par une table basse, sur la cloison opposée. Un meuble reçoit le grand écran plat fixe de télévision, qui dissimule l’escalier d’accès aux cabines. Plus en avant, le poste de pilotage est un espace soigné, habillé d’un luxueux Skaï noir aux coutures façon sellier. Deux larges écrans Raymarine Glass Bridge occupent la façade verticale, avec un retour contre la cloison qui intègre le joystick de manœuvre et les commandes électriques. Le pilote dispose d’une confortable banquette capitonnée à deux places et, pour faciliter l’accès à l’extérieur ainsi que les manœuvres, une porte latérale est aménagée sur tribord.

Le salon offre une vue exceptionnelle sur l’extérieur grâce à ses longs vitrages, dont la base a été abaissée.
Le salon offre une vue exceptionnelle sur l’extérieur grâce à ses longs vitrages, dont la base a été abaissée. DR

Plusieurs zones de vie distinctes
Les aménagements déclinent des teintes claires et sobres, avec du chêne cérusé pour le mobilier, des vaigrages clairs, un plancher en wengé et des canapés habillés de tissu écru. Le Prestige 680 apporte une fraîcheur nouvelle, avec des choix particuliers comme les ailes du fly protégeant les passavants qui sont convexes pour augmenter la hauteur du passage, ou encore l’étrave carrée pour plus de volume, la porte d’accès aux machines dans le tableau arrière et les lignes de caractère du bordé, affinant la silhouette. Côté machines, le choix des IPS 1200 s’est imposé depuis la conception du bateau et la carène a été dessinée pour intégrer ces moteurs. Lors de nos essais, le Prestige s’est révélé vif et puissant, agile en manœuvre (mais avec un pilote particulièrement expérimenté), tenant sans forcer une vitesse de croisière entre 22 et 25 nœuds dans un réel confort et une vitesse de pointe de 28 nœuds (30 nœuds lors des essais chantier). La salle des machines est compacte et intègre tous les équipements de service, comme les réservoirs de carburant, le générateur, les systèmes électriques et la climatisation. Au mouillage, où nous avons passé la plupart du temps, le bateau propose plusieurs zones de vie distinctes : à l’avant, avec un beau solarium, sur le fly et dans le cockpit, à partir duquel la baignade est un plaisir depuis la plate-forme hydraulique. Aux heures les plus chaudes, le cockpit, protégé par la casquette du fly et par un pare-soleil électrique, se transforme en un havre de paix, avec la cuisine et son grand frigo à portée de main. Le Prestige 680 est une grande vedette de croisière, belle et accueillante, mais qui reste à taille humaine, laissant le choix au propriétaire de piloter lui-même (avec l’aide d’un équipier) ou de confier son bateau à un équipage. A. B.

Diaporama : Le Prestige 680

Verdict The Good Life

POINTS FORTS
• Un très beau bateau !
• Le chantier a franchi une étape supplémentaire dans les finitions et les détails. Le bateau est manœuvrant et puissant, bien aidé par le joystick.
• L’intérieur est très lumineux et les cabines sont agréables.
• L’ergonomie générale est bien pensée.

POINTS FAIBLES
• Des remarques plus que de véritables défauts, comme la marche entre la cuisine et le salon, qui surprend si on n’y prend pas garde.
• Les enceintes du système audio bien trop apparentes.
• L’ouverture de la porte latérale du pilote, assez peu pratique.

The good concept store A découvrir dans le concept store