Loin des clichés d’une cité pour touristes, Corto Maltese nous entraîne au cœur d’une Venise secrète, dans un album où le souffle de l’aventure se mêle aux mystères de l’ésotérisme.

Fiche technique

« Corto Maltese, Fables de Venise », Hugo Pratt

Fable de Venise
Auteur : Hugo Pratt (assisté de Guido Fuga pour le dessin).
1977 : première publication en Italie dans le journal L’Europeo.
1977 à 1979 : première publication en France dans le mensuel belge A suivre.
1981 : première parution en album (Casterman, France).

A Venise, en ce début des années 20, tout est encore possible. On peut croiser un poète qui ressemble à l’écrivain Gabriele D’Annunzio. Faire de mauvaises rencontres et se trouver nez à nez avec une brigade fasciste. Découvrir des femmes merveilleuses, comme cette Louise Brookszowyc, qui rappelle l’actrice Louise Brooks. Ou dangereuses, à l’image d’Hipazia, persuadée d’être la réincarnation d’une philosophe néo-platonicienne. Voir sortir un génie d’une bouteille et méditer face à un lion de pierre de l’arsenal. On peut aussi tomber d’un toit et atterrir au beau milieu de la réunion secrète d’une loge maçonnique. C’est ce qui arrive à Corto Maltese au début de Fable de Venise. Quand l’un des frères lui demande ce qu’il fait là, il répond qu’il « tombe souvent des nuages ». Corto ne peut pas s’empêcher de faire le malin, ce qui lui vaut parfois quelques ennuis.

La Clavicule de Salomon
Quelques mois plus tôt, il était parti en Sibérie sur les traces d’un train chargé d’or. Cette fois, le « gentilhomme de fortune » s’est lancé à la recherche d’une mystérieuse Clavicule de Salomon. Il s’agit d’une émeraude magique, « très pure et très belle ». C’est la troisième fois de sa vie qu’il vient à Venise. A vrai dire, il ne sait pas si cette émeraude existe vraiment. Il se demande si l’écrivain Frederick Rolfe, connu sous le pseudonyme du baron Corvo, et qui l’a aiguillé sur cette piste, ne s’est pas joué de lui. Mais peu importe, Corto aime les fables. La quête et le goût de l’aventure ne passent-ils pas avant tout ? A Venise, « cette ville de plus en plus étrange », il sera servi au-delà de ses attentes. Le danger et le mystère seront au rendez-vous. Comme le remarque l’un des personnages de cette histoire, « il y a toujours des ombres qui se faufilent dans cette Venise nocturne ». Après avoir bourlingué un peu partout dans le monde, de l’Amazonie aux îles du Pacifique, et de l’Éthiopie à la Sibérie, Corto Maltese, ainsi nommé car il a vu le jour à Malte, en 1887 (c’est du moins ce qu’affirment ses mémoires), se devait de passer par Venise et de s’y poser, le temps d’un album. Simple question de filiation. Son « père », Hugo Pratt, quoique né à Rimini, où ses parents passaient des vacances, était un authentique Vénitien. Lui aussi fut un grand voyageur. S’il vécut son adolescence en Éthiopie et s’exila en Argentine pour des raisons professionnelles, son cœur et sa mémoire restèrent toujours du côté de Venise. Dans Le Désir d’être inutile, un livre d’entretiens avec Dominique Petitfaux, il affirme d’ailleurs que son premier souvenir d’enfance n’est autre que « la neige à Venise ».

Dans la Cour de l’Arcane
Si Pratt réussit à charmer le lecteur en le plongeant, aux côtés de Corto, au cœur de la part d’ombre de la Cité des Doges, c’est parce qu’il a été initié, durant sa jeunesse, aux secrets d’une ville qui cache bien son jeu derrière son apparence de piège à touristes. Enfant, il accompagnait sa grand-mère au cœur du vieux Ghetto, chez madame Bora Levi. C’est là qu’il découvrit la cour secrète, dite de l’Arcane, et la ruelle surnommée le « Passage étroit de la nostalgie », sur lesquelles soufflait l’esprit du Talmud et de l’ésotérisme, et où il jouait avec d’autres enfants. « Depuis je vais, je viens à travers le monde, presque sans but. Mais je finis toujours par revenir à Venise. (…) Je cherche les endroits que j’ai connus enfant, mais souvent je ne les reconnais pas », écrira plus tard Hugo Pratt dans l’introduction de l’album. Pour retrouver l’esprit de cette Venise magique et intemporelle, le plus simple est encore de se laisser guider par ce merveilleux conteur qu’est Hugo Pratt. Et de se dire, comme Corto, qu’« il se passe des choses incroyables dans cette ville »

Principaux personnages

  • Boëke : amoureux transi d’Hipazia.
  • Louise Brookszowyc : amie de Petit Pied d’argent, surnommée Belle de Milan.
  • Bepi Faliero : frère maçon.
  • Hipazia : poétesse, mathématicienne et philosophe.
  • Melchisedec : savant du vieux Ghetto.
  • Petit Pied d’argent : mère de Boëke.
  • Le poète Gabriele D’Annunzio.
  • Saud Khalula : génie dont les traits sont ceux de Raspoutine, vieille connaissance de Corto Maltese.
  • Shulz : typographe.
  • Stevani Milicien : membre des Chemises noires.
  • Dr Teone : franc-maçon et père d’Hipazia.
  • Les frères maçons.

The Good Spots Destination Malte

The good concept store A découvrir dans le concept store