Capture Youtube
Economie 2.0

Matthew Drinkwater, roi de la fashtec londonienne

A l’occasion de la London Tech Week, Matthew Drinkwater a partagé sa vision du futur de la mode, un domaine qui, pour lui, se mêle de plus en plus au numérique. Portrait de l'homme à l’origine de la jupe en smartphones…

Après deux heures et demie d’Eurostar –qui paraissent très longues un lundi matin malgré le Wi-Fi à bord –, la première journée de la London Tech Week commence sous une pluie battante. Une fois dans l’entrepôt de Worship Street qui accueille la conférence de lancement, des mannequins illuminés et des vêtements connectés donnent le ton : la wearable tech (ou fashtec), comprenez la technologie qui s’enfile, est à l’honneur. Et pour cause, Matthew Drinkwater, l’une des stars de ce secteur vibrionnant, est de la partie. Responsable de la section innovation au London College of Fashion, il fait partie de ceux qui font avancer la fashtec. Pour la BBC, il fait partie du top 15 des Anglais qui comptent dans le high-tech.

Après quelques blagues des intervenants sur les déboires de l’équipe nationale de foot, la météo et les croissants, on rentre dans le cœur du sujet. Pour Matthew Drinkwater, les choses sont claires : « La prochaine industrie révolutionnée par le digital sera la mode. » Il prend pour exemple la musique, qui a d’abord migré sur Napster et Youtube, avant d’atteindre la maturité avec les différents services de streaming. Il y a vingt ans, on n’aurait jamais imaginé écouter de la musique en illimité d’un simple clic. La mode s’apprête à vivre les mêmes bouleversements : « Un jour, il sera possible de changer la couleur de sa veste, voire de copier instantanément la chemise de son voisin en transférant ses motifs via Bluetooth ! » Une condition tout de même, un investissement massif pour le développement des technologies. Sur ce point, Matthew Drinkwater est confiant : « Facebook, Google ou une autre grosse entreprise de la high-tech investira forcément un jour sur les vêtements connectés. Ce n’est qu’une question de temps… »

La robe Tinkerbell, née d’une collaboration entre Disney et Matt Drinkwater, que Forbes a décrit comme le seul vêtement connecté vraiment beau…
La robe Tinkerbell, née d’une collaboration entre Disney et Matt Drinkwater, que Forbes a décrit comme le seul vêtement connecté vraiment beau… @XOWORLDofficial

Si montres et bracelets occupent une bonne partie du terrain médiatique pour le moment, cela ne saurait durer. Pour Matthew, qui a créé les premiers vêtements qui chargent les smartphones pour Microsoft et une robe lumineuse pour Disney (la Tinkerbell Dress considérée par Forbes comme le premier exemple de vêtement qui allie technologie et esthétique), le reste de notre garde-robe va bientôt basculer. Certes, cela ne prendra sans doute pas l’apparence de cette jupe faite avec des smartphones de la marque finlandaise Nokia. Reste que la folie de la mode anglaise alliée aux rêves d’un fan de Star Wars font de Matt Drinkwater l’un des créateurs à suivre pour savoir où va la fashtec.

La smart skirt de Nokia en collaboration avec Matthew Drinkwater, une jupe faite de dizaines de smartphones
La smart skirt de Nokia en collaboration avec Matthew Drinkwater, une jupe faite de dizaines de smartphones @daveslocombe

Thématiques associées