Wikimedia

Wang Jianling
le milliardaire qui tient tête à Disney

Le patron de Wanda Group a prévenu : Disney fait une grave erreur en s'installant à Shanghai. L'homme le plus riche de Chine, dont l'entreprise compte gérer une vingtaine de parcs à thème à travers le pays, a comparé le géant américain à un tigre qui s'attaque à une meute de loups. Ambiance…

Le groupe Wanda n’a pas apprécié la façon dont Disney s’est implanté en Chine. Le groupe américain a déjà ouvert un parc à Hong-Kong et va en inaugurer un autre le 16 juin à Shanghai. Un affront pour le roi local du divertissement, qui compte, lui, lancer une quinzaine de parcs d’ici 2020. Dans une interview à CCTV, Wang Jianling a déclaré que Disney avait sous-estimé la puissance de son entreprise. Avant d’ajouter qu’il avait analysé avec ses équipes le budget et les raisons de l’investissement colossal de Disney. Résultat des courses : il n’arrive toujours pas à se l’expliquer, estimant que ses concurrents seront « déficitaires d’ici dix ans. »

Il est vrai que Disney a mis les moyens avec un budget de 5,5 milliards de dollars pour son seul parc de Shanghai. Le géant américain avance des projections à plus de 10 millions de visiteurs par an pour se justifier. Des estimations basées sur la localisation de Shanghai, située à moins de 3 heures de route de près de 300 millions de Chinois.

Qui est Wang Jianlin ?

L’homme le plus riche d’Asie selon Forbes est à la tête de 28 milliards de dollars. Il a d’abord fait fortune dans l’immobilier jusqu’à détenir près de 22 millions de mètres carrés où il installe centres commerciaux, hôtels de luxe et cinémas. Devenu un géant du divertissement, il a racheté Legendary Entertainement (les producteurs de Jurassic World) en janvier dernier. Et en février, il s’est associé avec Auchan pour créer un parc de loisirs géant près de l’aéroport parisien de Roissy. Cinéma, hôtels de luxe,  centres commerciaux, parcs à thèmes et même le football, avec un investissement dans le club de l’Atletico de Madrid en janvier 2015… Une pieuvre nommée Wanda.

Un constat objectif ?

Selon les partenaires de Disney en Chine, Wang aurait surtout peur de la concurrence. Lui se lance, alors que Disney ne fait que surfer sur sa renommée internationale. C’est pourtant là le principal problème selon Wang, qui déclare que Disney « ne fait que cloner ses autres parcs. Ils n’innovent plus. » Wang ajoute qu’il a prévu « un business-model pour chaque parc » qu’il ouvrira, contrairement à ses futurs concurrents. A cela s’ajoute selon lui un problème climatique. Le tycoon ne comprend pas comment il est possible d’installer un parc ouvert à Shanghai, une ville extrêmement polluée et qui connaît de longues saisons des pluies.

Budget exorbitant, manque d’innovation et incohérence de la construction d’un parc ouvert : les piques de Wang Jianlin ne semblent pas toucher Disney, dont le porte-parole a estimé que ces propos « ne méritent même pas de réponse ». On le comprend, les places sont en vente depuis le 28 mars et l’engouement est là : le parc sera complet pour son inauguration.

Thématiques associées