L'action Airbus a chuté de 4 % ce matin après l'annonce des résultats du groupe pour le premier trimestre 2016. En cause, des bénéfices divisés par deux en un an et un carnet de commandes qui sonne creux.

« 2016 sera une année de défis ». Ou comment manier l’euphémisme pour rassurer les actionnaires… Car Tom Enders, le directeur général d’Airbus, le sait : malgré un chiffre d’affaires stable, les résultats de l’avionneur européen peuvent en effrayer plus d’un. Sur la même période en 2015, le groupe avait annoncé un bénéfice net de 792 millions d’euros contre 399 millions aujourd’hui. Pire, le carnet de commandes s’est considérablement allégé : 7,1 milliards d’euros contre 21 milliards l’an passé.

Après Apple, c’est donc un autre géant qui s’apprête à vivre une année difficile. Néanmoins, Tom Enders a annoncé un investissement important dans les projets d’amélioration des A320 et A330 et dans le développement de l’A350 pour justifier la chute du bénéfice net. Autrement dit, le constructeur dépense beaucoup pour améliorer ses appareils, attirer des clients, remplir son carnet de commandes, atteindre ses objectifs… et finir l’année en trombe.

Il y a pourtant des raisons de s’inquiéter. D’une part, les livraisons d’A400M (des transporteurs militaires) sont compromises par des défauts dans la construction. De l’autre, les objectifs de commandes d’A380 seront très largement revus à la baisse en 2017 faute de clients. Si cette année s’annonce compliquée, la prochaine pourrait être celle de turbulences encore plus fortes…

Le transporteur militaire A400M d’Airbus.
Le transporteur militaire A400M d’Airbus. Wikimedia

Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store