Diaporama : Courrèges et l'automobile

La E-Méhari lancée voilà un an, réapparaît dans une série “Styled by Courrèges”, toute de noir vêtue. La célèbre maison de couture a aidé les Chevrons à relooker sa voiture de plage électrique.

Ce n’est pas la première fois que la maison de couture se penche sur l’automobile. « Architecte de formation et sculpteur à ses heures, André Courrèges son fondateur, est venu à la mode un peu par hasard, confirme le directeur artistique. Il s’est toujours intéressé à d’autres domaines. Il a notamment fait construire un immeuble le long du bassin de la Villette, à Paris », ajoute ce dernier. Dans les années 70, il collabore avec Matra sur les Bagheera (74) et Rancho (78), qu’il rhabille d’une livrée blanche satinée, sur intérieur skaï blanc. Si la première citée sera bien construite en série limitée, la Rancho restera unique. En 1987, c’est le Santana Samouraï, un petit 4X4 urbain trendy, qui se voit rhabillé.

Dans les années 2000, c’est au tour de sa femme Coqueline qui a toujours travaillé avec lui, de développer en collaboration avec Michelin, une série d’insolites prototypes électriques. Il y eut la Bulle en 2002, l’EXE de 2004, la Zooop en 2006, la Pixi en 2007 ou encore la 17.71: en 2009. La grande histoire des autos “made by Courrèges” se poursuit via cette collaboration avec Citroën.