Fondée juste après le décès de Franco, la marque majorquine Camper a longtemps été le symbole de la Movida. Elle est aujourd’hui connue pour ses collaborations avec des designers de mode et des architectes. En mettant le Français Romain Kremer aux commandes de sa création, elle s’invente aujourd’hui un nouveau territoire, moins espagnol et plus international, moins conceptuel et plus tendance.

Palma, Barcelone, Madrid ? Non, Paris. Le Haut Marais. C’est là que Romain Kremer a installé son QG pour Camper. Là qu’il reçoit sur fond de musique électronique. Le styliste, que l’on a eu quelque peine à attraper, a bien plus une gestuelle de danseur ou de performeur que de modeux. Après avoir suivi l’Ecole supérieure des arts appliqués Duperré, il enchaîne les performances pour la Fondation Cartier avec le chorégraphe Christian Rizzo et crée sa marque de vêtements masculins futuristes et colorés.

Le modèle de Sneakers Dub, de Camper.
Le modèle de Sneakers Dub, de Camper. DR

Ses recherches sur le corps et le mouvement trouvent désormais leur aboutissement dans son travail pour Camper, où les pieds sont comme en apesanteur, jamais rivés au macadam, et s’incarnent dans les campagnes qu’il réalise lui-même pour la marque. Celle de l’hiver 2017-2018, qui expérimente en vidéo et en monochrome rouge Camper les sneakers Dub et les mocassins compensés Brutus, ainsi que les boots Thelma avec le morphing de Rossy de Palma, a été élue l’une des dix meilleures publicités de la saison par le site Business of Fashion.

Camper en 8 dates

• 1877 : apparition à Majorque de la première manufacture de chaussures espagnoles créée par Antonio Fluxà.
• 1975 : création de Camper par Lorenzo Fluxà.
• 1981 : première boutique à Barcelone.
• 1992 : coup d’envoi de l’internationalisation avec l’ouverture d’un premier point
de vente à Paris (la boutique historique rue du Cherche-Midi, à Paris).
• 2004 : ouverture du premier Casa Camper à Barcelone.
• 2007 : lancement des boutiques Together.
• 2012: Miguel, quatrième génération de Fluxà, devient CEO.
• 2017 : lancement de CamperLab.


Camper : 5 questions à Romain Kremer, directeur créatif

The Good Life : Comment devient-on directeur de la création de Camper ?
Romain Kremer : Je ne pensais pas que cette marque me correspondait, ni en tant que professionnel, ni comme client. Lorenzo Fluxà m’a contacté en 2009 pour participer à l’emblématique collection Together. Je venais de travailler sur une collection autour des élastiques. J’ai alors conçu une sandale de sport urbaine en caoutchouc : la Spray, qui s’est bien vendue. Quand Miguel, le fils de Lorenzo, m’a demandé de devenir le directeur de la création – cette fonction n’existait pas –, j’ai accepté car j’apprécie infiniment cette famille et j’aime faire les choses à fond.

TGL : Un Parisien en Espagne, c’est inédit ?
R. K. : Je ne suis pas parisien, mais aveyronnais. Mes origines terriennes ont sans doute contribué à nous rapprocher. Nous avons les mêmes valeurs. Je ne fais pas du Romain Kremer, je fais du Camper avec mes tripes Kremer. C’est une fusion entre deux univers. Camper est dénué du snobisme élitiste de la mode, c’est un label proche des gens et accessible.

Romain Kremer, directeur créatif de Camper.
Romain Kremer, directeur créatif de Camper. DR

TGL : Comment définir la chaussure Camper ?
R. K. : Par ce qu’elle a toujours voulu être et a toujours été: une chaussure urbaine fonctionnelle, de qualité, faite pour être portée tous les jours. Basée sur un savoir-faire de plus de 300 ans, elle est empreinte d’humour, décalée et détachée de tout préjugé. C’est pourquoi, contrairement aux marques qui font des modèles de couleur pour vendre du noir, nos modèles les plus vendus ne sont pas noirs, mais bleus, jaunes et rouges.

Romain Kremer en 7 dates

• 1982 : naissance à Villefranche-de-Rouergue, dans l’Aveyron.
• 2003 : diplômé de l’Ecole supérieure des arts appliqués Duperré.
• 2005 : prix de la créativité au 20e Festival international de la mode et de la photographie de Hyères.
• 2006 : présentation d’une première collection.
• 2009 : première collaboration avec Camper.
2011 : créateur responsable du prêt-à-porter homme chez Mugler.
• 2014 : directeur de la création Camper.

TGL : Son style a pourtant évolué…
R. K. : L’histoire Camper a un fil conducteur constant, celui d’une chaussure hybride entre naturel et fonctionnel. La première décennie est espagnole. La marque ne s’est exportée qu’en 1992. En France d’abord, puis en Italie, en Angleterre et au Japon, où elle a explosé. C’est à cette période qu’elle a lancé son concept Camper Together (collaboration avec des créateurs et avec des architectes). C’était fort, car si ces associations paraissent évidentes aujourd’hui, ce n’était pas le cas il y a dix ans. Mais on a fini par davantage parler du design des boutiques que des produits. Il était temps pour la marque de se recentrer.

La nouvelle boutique Camperlab, à Paris.
La nouvelle boutique Camperlab, à Paris.

TGL : D’où votre arrivée ?
R. K. : Mon travail consiste à avoir une vision globale et à attirer une clientèle plus jeune. Avec 400 boutiques dans le monde, il fallait que la chaussure reprenne le pouvoir. D’où ce concept épuré lancé début 2017, le CamperLab. Après Paris, on va ouvrir une boutique à Londres et à New York.

The good concept store A découvrir dans le concept store