© Timothy Hursley

The Good Exhibition : la « Night Fever » gagne le Vitra Design Museum

Avec « Night Fever. Designing Club Culture 1960 - Today », le Vitra Design Museum passe en revue six décennies de soirées et de clubs iconiques à travers l’une des plus grandes expositions jamais consacrée au monde de la nuit.

Épicentre de la pop culture depuis les années 60, le club s’affiche comme un espace incontournable de nos villes. Un terrain de jeux pour les architectes et designers dont le Vitra Design Museum retrace les origines et les filiations artistiques à partir du 17 mars prochain.

Le « Dance floor » du Paradise Garage, à New York, 1978.
Le « Dance floor » du Paradise Garage, à New York, 1978. © Bill Bernstein / David Hill Gallery

Témoins des six dernières décennies, le mobilier, les films et les photographies d’époques ravivent l’atmosphère unique et déjantée des adresses cultes dont on découvre les maquettes architecturales et l’influence toujours actuelle.

La chaise « Aliko » de Gianni Arnaudo, dessinée en 1972 pour le Flash Back de Borgo San Dalmazzo en Italie.
La chaise « Aliko » de Gianni Arnaudo, dessinée en 1972 pour le Flash Back de Borgo San Dalmazzo en Italie. © Andreas Sütterlin / Courtesy of Gianni Arnaudo

Des pochettes d’album de Grace Jones aux photographies contemporaines de Chen Wei, les œuvres exposées au Vitra Design Museum illustrent l’impact du clubbing dans tous les univers, de la mode au graphisme, d’hier à aujourd ’hui.

Chen Wei, « In the Waves #1 », 2013.
Chen Wei, « In the Waves #1 », 2013. © Chen Wei / Courtesy of LEO XU PROJECTS

L’exposition débute en 1967, avec l’Electric Circus de New York, dessiné par l’architecte Charles Fordger comme un espace pluri-événementiel. Ni bar, ni salle de concert, on y boit, on y danse, en même temps qu’on y improvise un happening ou une pièce de théâtre. Un lieu multiple, dédié aux loisirs de la nuit qui essaiment justement le sud de l’Europe.

Le Space Electronic de Florence, aménagé en 1971 par Gruppo 9999.
Le Space Electronic de Florence, aménagé en 1971 par Gruppo 9999. © Gruppo 9999

En partant des pionniers italiens du Radical Design, auteurs du Space Electronic qui réveille les nuits de Florence à partir de 1969, le parcours de l’exposition retrace ensuite l’aventure des night-clubs en suivant l’émergence et l’évolution des genres musicaux.

Studio 54, New York, 1979.
Studio 54, New York, 1979. © Bill Bernstein

Le disco marque un tournant à la fin des années 70 et s’immisce dans toutes les sphères de la société. Les plus populaires avec Saturday Night Fever, sorti en salle en 1979, et les plus branchées au mythique Studio 54, fondé et inauguré par Ian Schrager deux ans plus tôt.

Keith Haring, devant l’une des ses contributions pour un club new-yorkais.
Keith Haring, devant l’une des ses contributions pour un club new-yorkais. © Volker Hinz

Dans les eighties, le Palladium et l’Area, à New York continuent d’attirer des artistes comme Keith Haring et Jean-Michel Basquiat tandis que la house et la techno conquièrent Berlin juste après la chute du mur et façonnent la dernière grande génération de clubbers.

Le Tresor, inauguré à Berlin en 1991.
Le Tresor, inauguré à Berlin en 1991. © Gustav Volker Heuss

Mais les établissement se réinventent au XXIe siècle. Qu’ils soient abrités dans une ancienne chaufferie comme le Berghain ou réduits à un simple set de dj nomade par le designer Akoaki, leurs formes et leurs espaces se transforment et écrivent le nouveau chapitre d’une épopée architecturale et musicale.

« The Mothership », une capsule mobile conçue en 2014 par le designer Akoaki pour accueillir un dj.
« The Mothership », une capsule mobile conçue en 2014 par le designer Akoaki pour accueillir un dj. © Anya Sirota and Jean Louis Farges

Night Fever. Designing Club Culture 1960 – Today
Vitra Design Museum, du 17 mars au 9 septembre.
Charles-Eames-Straße 2, Weil am Rhein, Allemagne.

www.design-museum.de


The good concept store A découvrir dans le concept store