Leader incontesté sur le marché mondial des smartphones et des téléviseurs, Samsung est à la peine sur un créneau de la high-tech qui lui échappe encore, celui du son. Mais cela pourrait bien ne plus durer longtemps…

Au nord de Los Angeles, le Highway 5 s’échappe de la ville à travers les collines et slalome entre cités-dortoirs et zones commerciales. Arrivé dans la ville de Valencia, il faut s’immiscer dans une enclave où les entrepôts anonymes alternent avec les grandes surfaces, pour découvrir un bâtiment discret qui surplombe la vallée de Santa Clara. L’enseigne de Samsung est volontairement discrète, à rebours des ambitions du géant sud-coréen qui mise sur cette structure pour se faire une place au soleil sur le marché de l’audio.

Derrière les portes, Samsung a réuni un aréopage de physiciens, de musiciens, d’acousticiens et autres spécialistes de la restitution du son. Tous travaillent, entourés de posters de David Bowie, de Nirvana ou des Clash, à mettre Samsung sur les rails de l’excellence en matière musicale. Car il n’existe pas d’école pour devenir designer des meilleurs hautparleurs… Pourquoi avoir créé ce centre de R&D à Los Angeles ? « Parce que, historiquement, Los Angeles est la capitale américaine de l’entertainment et donc de la musique, répond le Français Pascal Brunet, l’un des quatre détenteurs d’un PhD (doctorat) de l’entité, qui a été nommé directeur de la recherche. Studios, maisons de disques, clubs, musiciens… sont installés ici depuis les débuts de cette industrie. »

Samsung sait s’entourer

Une singularité pour ce domaine hautement technologique et pourtant absent de la Silicon Valley. Samsung a donc fait son marché parmi les grands acteurs de l’audio, débauchant des chercheurs parmi les grands noms de cette industrie. A charge pour eux de développer les produits qui propulseront l’entreprise sud-coréenne au firmament des audiophiles.

En Californie, Samsung dispose de 2 chambres anéchoïques, de laboratoires de recherche en électronique, d’un atelier réservé à la conception des haut-parleurs…
En Californie, Samsung dispose de 2 chambres anéchoïques, de laboratoires de recherche en électronique, d’un atelier réservé à la conception des haut-parleurs… DR

Pour appuyer cette offensive dans l’audio, Samsung a aussi racheté Harman, un groupe américain surtout présent sur le marché « automotive » (les systèmes informatiques embarqués dans les voitures), mais qui possède aussi des marques mythiques comme JBL, AKG ou Harman Kardon. Outre ces joyaux, Harman cultive une longue tradition de R&D en matière de son, l’entreprise employait donc parmi les meilleurs ingénieurs du secteur…

Samsung a tout naturellement pioché dans ce vivier pour lancer le centre de Valencia. Le sud-coréen a ainsi pu développer une structure à taille humaine – avec 23 employés seulement –, où des « mentors » expérimentés encadrent des juniors.

Un centre de recherche dernier cri

Sont mis à la disposition de cette petite équipe non seulement 1 500 m2 répartis entre des laboratoires de recherche en électronique, mais aussi deux salles d’écoute à l’aveugle (pour des tests comparatifs), une salle de prototypage équipée des dernières technologies de fabrication numérique et deux chambres anéchoïques.

En Californie, Samsung dispose de 2 chambres anéchoïques, de laboratoires de recherche en électronique, d’un atelier réservé à la conception des haut-parleurs…
En Californie, Samsung dispose de 2 chambres anéchoïques, de laboratoires de recherche en électronique, d’un atelier réservé à la conception des haut-parleurs… DR

Ces pièces dédiées aux tests sont entièrement tapissées d’absorbeurs de son qui éliminent toute réflexion des ondes pour juger de la qualité d’une enceinte. Le centre de Valencia possède aussi un atelier réservé à la conception des haut-parleurs, afin de pouvoir élaborer sur mesure les composants qui répondront parfaitement aux procédés mis au point sur place.

Un équipement coûteux, mais indispensable quand on ambitionne de rejoindre les cadors du secteur qui se livrent une lutte acharnée.

Une technologie exclusive

Pour se faire une place au soleil, Pascal Brunet et son équipe cherchent, notamment, à produire des enceintes capables de reproduire des basses convaincantes dans un volume restreint et à donner l’illusion de la stéréo à 360° à partir d’une seule enceinte.

L’enseigne du géant sud-coréen est volontairement discrète, à rebours de ses ambitions.
L’enseigne du géant sud-coréen est volontairement discrète, à rebours de ses ambitions. DR

Mais jusque-là, la petite équipe a surtout planché sur le son des téléviseurs. Le rendre correct alors que les écrans se font de plus en plus fins est sans doute l’équation la plus complexe à résoudre pour cette industrie. C’est pourquoi les barres de son ont fait leur apparition ces dernières années. L’équipe de Pascal Brunet a donc planché sur les problématiques de résonance, des fréquences désagréables à l’oreille causées par la vibration de certaines pièces.

Ils ont, entre autres, mis au point un nouvel algorithme qui a intégré la barre de son NW 700 dévoilée lors du dernier Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas. Equipée de cette technologie exclusive, elle permet de saisir tous les dialogues d’un film même quand des explosions se multiplient à l’arrière-plan. Le tout dans un bloc de 5 cm d’épaisseur seulement, ce qui en fait le compagnon idéal des derniers téléviseurs ultraplats. Une première percée révélatrice de la volonté de Samsung de devenir un acteur de poids dans l’audio grand public.


Thématiques associées

The Good Spots Destination Corée du Sud

The good concept store A découvrir dans le concept store