Présentée comme laboratoire urbain, pensée comme un écosystème, ville modèle et autosuffisante Masdar City est-elle la ville du futur ? Décryptage…

A Masdar, il y a plein de ciel bleu, du soleil à volonté, le désert à perte de vue et pas une goutte d’eau. Pourtant, l’endroit s’appelle « la source » (traduction du mot arabe « masdar »). Nous voilà à Masdar City, une oasis technologique de 7 km2. Ou un mirage, comme on veut.

Masdar City, un modèle écologique urbain

C’est la première ville nouvelle au monde qui mise sur la fin du pétrole. La ville est un modèle en matière d’énergies propres et d’architecture bioclimatique : zéro pétrole, zéro carbone, zéro déchet, zéro voiture. Les concepteurs parlent d’une cité verte au pays de l’or noir, d’« une ville qui fabrique de l’ombre, qui transforme l’eau de mer en eau potable, où le vent chaud, venu du nord-est, est canalisé dans des rues étroites pour donner une sensation de fraîcheur, où les façades filtrent la chaleur, mais pas la lumière », comme la décrit Nick Brown, le responsable du développement durable.

Masdar City.
Masdar City. DR

On s’y déplace dans des navettes autoguidées qui roulent à l’énergie solaire… Voici Masdar City, ville verte de l’émirat d’Abou Dhabi, dont la construction a réellement débuté en 2012. Cette cité pourrait accueillir jusqu’à 50 000 habitants en 2030 et 1 500 entreprises.

Pour l’heure, la ville est plutôt un immense laboratoire, où cohabitent chercheurs et étudiants venus du monde entier. Question architecture, rien à redire, la qualité et l’esthétique sont au rendez-vous.

The Good Spots Destination Émirats arabes unis

The good concept store A découvrir dans le concept store