La Maison européenne de la photographie accueille jusqu’au 25 février une rétrospective de l’œuvre du photographe italien Nino Migliori. Accrochant !

Entre les clichés en noir et blanc d’une Italie pleine de candeur de ses débuts à ses tirages haute résolution de tables de bars londoniens, la MEP rend un hommage saisissant à l’œuvre de Nino Migliori le temps d’une exposition : “La matière des rêves”, jusqu’au 25 février.

Il garzone del barbiere, 1956. Série « Gente del Sud ».
Il garzone del barbiere, 1956. Série « Gente del Sud ». Fondazione Nino Migliori

Né à Bologne en 1926, le photographe tire ses premiers clichés à la fin des années 40 et commence à créer ses séries au début des fifties. Il capture alors les habitants de sa région, au naturel, à la manière d’un reporter. Une tribu d’écoliers, une artère en plein soleil, un bal… Il exporte ensuite son concept au reste de l’Italie, photographiant tantôt le sud ouvrier que le nord cossu.

Bologna, 1958.
Bologna, 1958. Fondazione Nino Migliori

L’artiste passe alors du quasi-documentaire à l’abstrait, intéressé par le sujet autant que par la technique. Pyrogrammes, hydrogrammes, photogrammes, il s’essaye à toutes les transformations et expérimentations. « Cancellazioni » (1954) et le « Cellogramma » (1956) sont deux des pièces les plus troublantes.

Série « Cancellazioni », 1954.
Série « Cancellazioni », 1954. Fondazione Nino Migliori

Dans les années 70, le photographe immortalise les murs, dans une série éponyme, laissant découvrir une nouvelle facette de son message. Après son ambition de figer la réalité, puis la transformer, il vieillit et se veut messager de l’empreinte laissée par les hommes, obsédé par le temps.

Série « I luoghi di Morandi », 1985. Un hommage de Migliori au peintre Giorgio Morandi.
Série « I luoghi di Morandi », 1985. Un hommage de Migliori au peintre Giorgio Morandi. Fondazione Nino Migliori

Migliori, peintre expérimental

Ainsi, il rendra hommage en polaroïds – un procédé qui constituera une grande partie de son travail après les années 80 – au peintre Giorgio Morandi, reprenant ses paysages de l’Emilie-Romagne. Dans la série « Lumen », il ira jusqu’à photographier des statues de Parme éclairées par une torche ou une bougie, comme on pouvait les observer à l’époque de leur construction.

Série « Lumen », Il Compianto di Niccolò dell’Arca, 2012.
Série « Lumen », Il Compianto di Niccolò dell’Arca, 2012. Fondazione Nino Migliori

L’apogée de ce travail sur le temps – c’est ce que l’on ressent pendant la visite – tient en deux séries : « Le Temps ralenti » (2009), des natures mortes emprisonnées dans des bocaux qui mettent le visiteur face à ses angoisses, et « Cuprum » (2015). Pour cette dernière, Migliori a tiré grandeur nature des tables en cuivre repérées dans des bars de Camden à Londres, tatouées de traces de verres, comme des peintures rupestres. Impressionnant et poétique.

Cuprum #2, 2015.
Cuprum #2, 2015. Fondazione Nino Migliori

Nino Migliori n’est pas le plus célèbre photographe de son pays en dehors de ses frontières, mais son oeuvre polyvalente à l’incroyable diversité est à (re)découvrir en urgence !

Nino Migliori, La matière des rêves
Maison européenne de la photographie, jusqu’au 25 février.
5-7 rue de Fourcy (Paris 4).
Tél. +33 1 44 78 75 00
www.mep-fr.org


Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store