Pour s’adapter à la nouvelle tendance du « Home Office », le leader mondial du mobilier de bureau Steelcase a lancé Coalesse. Tour d’horizon de la nouvelle collection by The Good Life.

Selon une étude récente, 31 % des Français décrivent le bureau comme un endroit impersonnel… Normal quand on sait que dans notre pays, les entreprises ont longtemps privilégié l’uniformité et la rationalité dans l’aménagement de leurs locaux. Mais les choses sont en train de changer : les managers prennent conscience qu’un environnement plus chaleureux favorise la créativité, l’esprit d’équipe, l’innovation… Leader mondial du mobilier de bureau, le groupe américain Steelcase a pris conscience de ce changement de paradigme et a créé la marque Coalesse il y a cinq ans pour épouser la tendance du « home office ». Matériaux autrefois réservés à la maison comme le feutre, le chêne ou le laiton, couleurs saturées, lignes fun… La nouvelle collection de cette filiale emprunte tous les codes de la déco 2017 et les adapte aux exigences d’un environnement de travail.

Car cette rupture n’est pas seulement esthétique, elle concerne d’abord l’ergonomie. Décriée par l’ensemble des spécialistes de la santé pour ses effets néfastes, la posture assise est désormais proscrite dans certains pays scandinaves, ce qui pousse les fabricants à faire évoluer leurs stations de travail vers des postes qui incitent les employés à changer de position et/ou à se lever plus fréquemment. Pour renouveler son vocabulaire et ses typologies, Coalesse a fait appel à une poignée de grands designers internationaux.

Coalesse et ses grands designers

Patricia Urquiola, la plus milanaise des designers espagnols, a ainsi créé le fauteuil Hosu dont l’assise peut s’allonger pour adopter une posture plus détendue. Petit miracle, dans sa version deux-places, Hosu permet à deux personnes de travailler côte à côte sans se gêner.

Le fauteuil Hosu de Patricia Urquiola.
Le fauteuil Hosu de Patricia Urquiola. Steelcase

L’entreprise s’est aussi adressée au Français Jean-Marie Massaud pour dessiner un fauteuil lounge et son repose-pieds qui permettent de travailler les pieds en suspension tout en restant concentré grâce à une position du corps relativement droite. Têtière ajustable et coussin amovible permettent à chacun d’adopter la posture optimale pour rester concentré et connecté.

Le fauteuil lounge de Jean-Marie Massaud.
Le fauteuil lounge de Jean-Marie Massaud. Steelcase

Quant au SW1_Lounge, il incarne à lui seul l’esprit « home office » puisque pour le dessiner, ses designers (Scott Wilson et le studio Minimal) sont partis d’un fauteuil de bureau sur pied rotatif dont ils ont abaissé l’assise de 7 cm et reculé la position. Résultat : un entre-deux qui permet de rendre les réunions plus collaboratives et détendues.

Le SW1_Lounge.
Le SW1_Lounge. Steelcase

Enfin, le nomadisme est aussi devenu central dans la réflexion sur les espaces de travail. Coalesse propose désormais FreeStand du designer canadien Stephan Copeland, un objet qui s’adresse à tous les travailleurs désireux de travailler dans un aéroport, un bar ou… sur un canapé ! Ce support pour ordinateur propose une tablette sur pied orientable, réglable, pliable et légère pour pouvoir la transporter partout. Le travail change, heureusement le mobilier aussi…

Freestand par Stephan Copeland.
Freestand par Stephan Copeland. Steelcase

Lessthanfive, la chaise poids plume

Britannique de naissance mais installé de longue date à Hong Kong, le designer Michael Young s’est attelé à un défi de poids : concevoir une chaise affichant moins de 5 livres (2,26 kg) sur la balance. Challenge relevé grâce à l’utilisation de la fibre de carbone et au savoir-faire d’un fabricant de cycles haut de gamme. Monobloc et empilable, sa chaise Lessthanfive s’adapte à toutes les morphologies. En prime, il est possible via une application de choisir la photo ou le motif qui ornera son assise et son dossier…

Britannique de naissance mais installé de longue date à Hong Kong, le designer Michael Young s’est attelé à un défi de poids : concevoir une chaise affichant moins de 5 livres (2,26 kg) sur la balance. Challenge relevé grâce à l’utilisation de la fibre de carbone et au savoir-faire d’un fabricant de cycles haut de gamme. Monobloc et empilable, sa chaise Lessthanfive s’adapte à toutes les morphologies. En prime, il est possible via une application de choisir la photo ou le motif qui ornera son assise et son dossier…


The good concept store A découvrir dans le concept store