Synonyme de luxe, le pull en cachemire est l'indument rêvé pendant l'hiver. Portrait de deux marques françaises qui s'exportent jusqu'au désert de Gobi, en Mongolie, pour s'assurer ce précieux lainage.

Il ne faut pas confondre le cachemire avec le mohair (une chèvre turque), ni avec l’alpaga (un lama du Pérou). Le cachemire n’est pas non plus de l’angora (un lapin), ni de la vigogne (plus rare que rare et donc plus chère que chère). Le cachemire est en réalité un duvet récolté en peignant la célèbre chèvre de Mongolie (90 % des cheptels et de la production mondiale). Contrairement au mouton, la biquette de race arbas, au poil addictif, n’est jamais tondue, même si certains indélicats s’y risquent pour répondre à la demande – le duvet repousse mal et la pauvre bête se retrouve dépourvue de sa toison en hiver. Sachez que ce long brin se mesure en grades, de A à C. Classé « A » : de 36 à 38 mm de long pour le plus beau… Comme l’or, il a aussi un cours : environ 0,20 € le brin A. Enfin, avec 1 kg de cachemire, on peut tricoter deux ou trois pulls…

  • Eric Bompard, cachemire chic

Aux côtés de Lorraine de Gournay, directrice générale, et de son père, Eric Bompard (fondateur de cette grande maison familiale), Lucille Léorat dirige les collections depuis quinze ans. Ici, le cachemire le plus fin est un 2-fils, mais il existe des pulls exceptionnels en 48-fils ! « 90 % du cachemire mondial est traité et tricoté de part et d’autre du désert de Gobi, explique Lucille Léorat, passionnée par son sujet. C’est une contrainte géographique. Les chèvres vivent dans une toundra sèche, et leur magnifique duvet est le résultat du climat sec et froid, et de la végétation qui les nourrit.» Eric Bompard fait travailler trois fabricants en Mongolie-Intérieure : « On profite du savoir-faire de chacun. L’un sait tisser des étoles et des manteaux, l’autre produit un tricotage en jauge fine avec motifs en intarsia ou placés. Le dernier traite les pièces masculines. » Luxueux et sensuel, le cachemire est le chouchou des hipsters qui « apprécient notamment les pulls ras de cou en maille fine vert anglais, marine ou aubergine, surtout bien fittés », conclut Lucille Léorat.

Posté sur la route du cachemire depuis 1983, Eric Bompard est « la » référence, avec près de 500 000 pièces produites par an, dont 15 % pour l’homme.
Posté sur la route du cachemire depuis 1983, Eric Bompard est « la » référence, avec près de 500 000 pièces produites par an, dont 15 % pour l’homme.
  • Hircus, cachemire en direct

Fondée par Louis-Erard Bataille et Jean-Nicolas Payart, la jeune marque parisienne Hircus a adopté la moitié du nom savant de la chèvre (Capra hircus) et fait réaliser son logo à son effigie. « Nous étions financiers, sans prédispositions pour le monde du cachemire, mais nous en étions amoureux et consommateurs », détaille Louis-Erard Bataille. Avec son compère, il trouve une formule économique alternative pour faire baisser le coût de ce duvet dispendieux : ils le vendent en direct sur le Net et dans leurs deux boutiques parisiennes. Ainsi, Hircus paie à l’avance le brin grade A à l’éleveur mongol afin de stabiliser les prix, puis il le fait teindre et fabriquer dans le pays (8 000 pièces par saison) sur des prototypes qui sont élaborés dans le Marais, à Paris. Cet hiver, les fans découvriront des manteaux en précommande (15 % de cachemire pour garder un prix raisonnable de 350 € à 450 €). La jeune entreprise procède actuellement à une levée de fonds afin de renforcer son site et d’ouvrir de nouveaux points de vente.

Focalisé sur le cachemire depuis trois ans, Hircus s’est invité dans la cour des grands autour d’une fibre plutôt rare.
Focalisé sur le cachemire depuis trois ans, Hircus s’est invité dans la cour des grands autour d’une fibre plutôt rare.

The good concept store A découvrir dans le concept store