Plus qu’un style, le design scandinave est un mode de vie articulé autour de la démocratisation du beau. Il s’affiche de nouveau en position centrale sur les mood-boards des créatifs du monde entier et continue de réinventer ses fondamentaux.

Avec ses lignes épurées et la place de choix accordée au bois blond courbé – rendu célèbre par les créations d’Alvar Aalto ou d’Arne Jacobsen –, le design scandinave est une version adoucie du fonctionnalisme du Bauhaus qui a fait une irruption remarquée sur la scène internationale dès les années 50. Selon Widar Halen, conservateur du musée des Arts décoratifs d’Oslo et auteur du livre de référence Scandinavian Design, Beyond the Myth : Fifty Years of Design from the Nordic Countries, c’est « l’exposition Design in Scandinavia, qui a tourné aux Etats-Unis et au Canada entre 1954 et 1957, qui a joué un rôle fondamental. Il s’agissait d’une grande initiative concertée des pays nordiques. Une vraie opération marketing. »

Table et chaises Tulipe, d’Eero Saarinen, modèles culte édités par Knoll.
Table et chaises Tulipe, d’Eero Saarinen, modèles culte édités par Knoll.

Organisée en pleine guerre froide, cette exposition avait pour but d’exporter outre-Atlantique un design démocratique, certes – c’est l’une des bases du design scandinave depuis La Beauté pour tous, le livre manifeste de la Suédoise Ellen Key paru en 1899 –, mais non communiste, qui gommait volontairement les différences entre la Suède, le Danemark, la Norvège et la Finlande (qui fait partie des pays nordiques, mais pas à strictement parler de la Scandinavie ; néanmoins, les spécialistes s’accordent à reconnaître que l’appellation « design scandinave » l’englobe, en raison, notamment, de l’influence majeure d’Alvar Aalto sur le modernisme international). Conséquence ? Le design scandinave unifié fit non seulement son entrée dans les grands magasins et les foyers américains, mais également dans le langage, à la façon d’un label. Après une relative absence entre la in des années 60 et le début des années 90, la déferlante scandinave est aujourd’hui incontournable, y compris au il des pages de « bibles » stylistiques branchées comme le magazine américain Kinfolk, qui a d’ailleurs installé ses bureaux à Copenhague.

France Chairs, de Finn Juhl.
France Chairs, de Finn Juhl.

A côté des pièces iconiques des maîtres nordiques, toujours éditées, entre autres, par Artek (dorénavant dans le groupe Vitra), Fritz Hansen ou Carl Hansen, de jeunes marques comme Hay, Muuto, &tradition, Menu ou Hem ont, en moins de quinze ans, internationalisé à la fois l’offre et la distribution avec dynamisme. Et ont pris, par la même occasion, le pouvoir dans le cœur des millennials. Indice incontestable de cette attitude collaborative si distinctive des pays scandinaves : les design-weeks nordiques misent sur la complémentarité sans chercher à se cannibaliser. Belle leçon qui mériterait d’être suivie ailleurs… Depuis 1951, la Stockholm Furniture Fair ouvre la saison début février. Longtemps destiné au seul marché régional, ce salon professionnel phare, désormais doublé d’un off vibrant en ville, se mue chaque année un peu plus en rendez-vous mondial incontournable. D’autant que Greenhouse, la section dédiée aux jeunes talents, est un condensé souvent plus pointu que celle du Salon du meuble de Milan.

Hem, jeune et remuante marque de design, s’appuie sur le potentiel démultiplicateur de l’e-commerce pour démocratiser des collections exclusives de meubles.
Hem, jeune et remuante marque de design, s’appuie sur le potentiel démultiplicateur de l’e-commerce pour démocratiser des collections exclusives de meubles. DR

En Islande, à Reykjavik, Design March est plus proche du festival éclectique et expérimental, tandis que Copenhague joue la carte cultivée des rencontres informelles en petit comité dans les showrooms et ateliers avec 3 Days of Design, qui vient de dérouler sa 4e édition début juin. En même temps que le Designers Saturday à Oslo (du 8 au 10 septembre), la Helsinki Design Week et le salon Habitare soulignaient, du 7 au 17 septembre, l’importance des chassés-croisés Finlande-Japon en faisant du patron de Muji l’invité d’honneur, et insistaient sur l’importance, pour les jeunes designers, de savoir vendre leurs projets avec l’événement « Pitch your design, design your pitch » inspiré des hackathons si chers aux start-up informatiques. Une certitude : en Scandinavie, le design n’est pas seulement une discipline et une richesse économique, c’est un écosystème complet.

The good concept store A découvrir dans le concept store