Jasper Johns, précurseur du pop art, Bill Viola, artiste de l’émotion, ou encore Jean Tinguely et ses œuvres coups de poing font l'automne. Tour d'horizon des expos d'art contemporain qui ont tapé dans l'œil de The Good Life.

The Good Life a sélectionné 5 expos d’art contemporain à ne pas manquer cet automne

1. Bâle, Les danses macabres de Jérôme Zonder

Trente ans après la présentation de Mengele‑Danse macabre dans l’église San Samuele, à Venise, ce groupe de quatorze sculptures d’art contemporain de Jean Tinguely a trouvé un nouvel écrin au musée Tinguely, à Bâle. Son directeur, Roland Wetzel, a décidé de donner à cette œuvre un contrepoint contemporain. Premier artiste à s’y confronter, Jérôme Zonder a créé une installation immersive à laquelle le visiteur accède par une porte étroite. Sans transition, il se heurte à une herse aux pointes acérées et à trois cloisons tapissées, du sol au plafond, d’une quarantaine de dessins réalisés à la mine de plomb et au fusain. L’ensemble révèle un monde inspiré à la fois par l’histoire de l’art (La Jeune Fille et la Mort, de Hans Baldung, Le Viol de la négresse, de Christiaen Van Couwenbergh…), par les archives de l’histoire (les camps de la mort, la guerre d’Algérie) ou des images extraites de l’actualité (les interventions des Femen) et des séries télé comme « The Walking Dead ». De ce panorama des atteintes à la dignité humaine se détachent de nombreux portraits d’enfants dont les jeux reproduisent la cruauté du monde actuel.

“Portrait de Garance #16”, Jérôme Zonder, 2016.
“Portrait de Garance #16”, Jérôme Zonder, 2016. Courtesy Galerie Eva

Jérôme Zonder, The Dancing Room
Musée Tinguely
Jusqu’au 1er novembre.
www.tinguely.ch

 

2. Bilbao, Bill Viola mystique

Japon, 1980 : Bill Viola rencontre le peintre et maître zen Daien Tanaka. Plus de trois décennies plus tard, l’influence de son mentor se ressent encore : ses œuvres projetées dans le cadre de cette rétrospective (1976‑2014) sont empreintes d’émotion et de spiritualité. De la simple mise en scène de Four Hands, plans rapprochés sur des mains d’enfants vieillissant peu à peu, à celle plus sophistiquée de Catherine’s Room, qui détaille, en cinq tableaux, le quotidien d’une jeune femme, du lever au coucher, autrement dit de sa naissance à sa mort, tous ces films témoignent inlassablement du cycle de la vie.


Bill Viola, rétrospective
Musée Guggenheim
jusqu’au 9 novembre.
www.guggenheim-bilbao.es

 

3. Londres, Hommage à Jasper Johns

Au début des années 50, Jasper Johns déboule à New York où, indifférent aux aficionados de l’expressionisme abstrait, il peint des drapeaux, des cibles, des alphabets, avant d’y intégrer de véritables objets de la vie quotidienne – balais ou boîtes de conserves –, qui font de lui l’un des précurseurs du pop art. Remarqué par le célèbre marchand Leo Castelli, qui l’expose en 1958, Johns devient célèbre à 28 ans. La Royal Academy lui rend hommage en résumant six décennies de carrière en 150 œuvres.

“Racing thoughts”, Jasper Johns, 1983.
“Racing thoughts”, Jasper Johns, 1983. London 2017

Jasper Johns : Something Resembling Truth
Royal Academy of Arts
Jusqu’au 10 décembre.
www.royalacademy.org.uk

 

4. Montpellier, Francis Bacon vs Bruce Nauman

Un anniversaire spectaculaire ! Pour fêter ses 10 ans, le musée Fabre organise un face‑à‑face entre Francis Bacon et Bruce Nauman. A priori rien ne relie la peinture du Britannique aux vidéos de l’Américain. Pourtant, le dialogue s’établit grâce, notamment, aux corps en suspension de Nauman, qui répondent à ceux peints par Bacon. Une confrontation nourrie d’une trentaine de chefs‑d’œuvre de Bacon – dont le triptyque En mémoire de George Dyer, la série des Papes… –, qui permet de relire le travail des deux artistes.

Catalogue de l’exposition faisant s’affronter deux artistes emblématiques de l’art contemporain, Bacon et Nauman.
Catalogue de l’exposition faisant s’affronter deux artistes emblématiques de l’art contemporain, Bacon et Nauman.

Francis Bacon / Bruce Nauman. Face à face
Musée Fabre
Jusqu’au 5 novembre.
museefabre.montpellier3m.fr

 

5. New York, Les traversées de Louise Bourgeois

Ses araignées, ses cellules… les œuvres de Louise Bourgeois (1911-2010) sont régulièrement exposées. Le MoMA, pour sa part, a décidé de présenter un aspect inattendu du travail de cette artiste qui compte parmi les personnalités artistiques les plus remarquables de notre temps : son œuvre imprimée, qu’elle a créée principalement au cours des deux dernières décennies de sa vie. Les quelque 220 compositions exposées, en écho avec ses sculptures, dessins et peintures, révèlent le processus créatif de celle qui traversa tous les mouvements artistiques du xxe siècle, du surréalisme au minimalisme, en restant résolument à la marge.

No. 5 of 14 from the installation set À l’Infini de Louise Bourgeois, 2008.
No. 5 of 14 from the installation set À l’Infini de Louise Bourgeois, 2008. New York / 2017 The Easton Foundation/Licensed by VAGA

Louise Bourgeois : An Unfolding Portrait
MoMA
Jusqu’au 28 janvier.
www.moma.org

The good concept store A découvrir dans le concept store