Arthur Sadoun, le successeur de Maurice Lévy à la tête de Publicis, vient de la ravir à Havas pour lui confier la présidence d’une nouvelle entité Publicis Groupe en France. Rencontre avec un transfert qui fait du bruit, avant, sans doute, de faire du chiffre...

Il se dit en coulisses qu’Arthur Sadoun a un peu ramé. Plusieurs invitations à prendre un café ont été nécessaires pour que celle qu’il entendait arracher à Havas, « son » agence Havas où elle officiait depuis dix-sept ans, finisse par articuler ce « oui » qu’il espérait l’entendre prononcer pour les rejoindre chez Publicis. Agathe Bousquet se remémore aujourd’hui les tenants de son hésitation : « Dire “oui” à la proposition d’Arthur n’était pas difficile, mais quitter une maison qui était la mienne depuis tant d’années l’était forcément », explique-t-elle sans détour. Agathe Bousquet laisse Havas Paris en pleine forme, après une restructuration fort bien menée, et ce dès 2012. Sous son impulsion, Havas Paris monte en puissance et prend la lumière. Heureux contraste avec la discrétion d’Agathe Bousquet, longtemps restée tapie dans l’ombre de l’imposant Laurent Habib, depuis lors parti créer sa propre agence. Trois ans plus tard, en 2015, la dextérité d’Agathe Bousquet fait merveille lorsqu’il s’agit de fusionner Euro RSCG C&O et Havas 360 pour faire de la nouvelle Havas Paris l’autre vaisseau amiral de l’agence, à taille presque égale à celle de l’historique BETC.

Les chiffres parlent souvent mieux que les éloges : Havas Paris affichait 50 millions d’euros de marge brute en 2012 ; l’équipe actuelle en génère 80 millions. Une grande mue accomplie avec une fluidité et un naturel antipaillettes qui en sidère plus d’un ! C’est d’ailleurs la première question qui vient à l’esprit au contact de cette sobre et fine grande brune à la voix claire et aux mots justes : mais comment a-t-elle pu atterrir dans le chaudron de la pub ? Son CV Sciences-po-Dauphine ne semblait-il pas destiner cette fille d’ingénieurs à capturer l’un de ces postes clés de la haute administration ou de l’industrie ? Mais cet esprit vif et carré a toujours su s’épanouir là où on ne l’attendait pas. Par exemple, quand, étudiante, elle s’est engagée à fond, aux côtés puis à la barre, de l’association Solidarité sida qu’elle dirigera pendant cinq ans et qu’elle honore aujourd’hui d’une présence attentive (elle reste membre du conseil d’administration) qu’aucune nomination ronflante ne saurait enrayer. « Après Sciences-po, on m’imaginait au sein d’une entreprise sérieuse, et mon choix associatif a surpris. En réalité, à travers mon engagement, j’ai découvert le métier hyperexigeant du communicant qui allie le rationnel à l’émotionnel et le stratégique à la créativité. Cette alliance peut changer les choses, créer de la valeur et du lien. Et puis, collecter des fonds m’a mise au contact d’un monde culturel, politique et économique que je côtoie encore. Je ne savais pas à quel point tout cela serait formateur ! » analyse-t-elle aujourd’hui.

Agathe Bousquet, présidente de Publicis Groupe en France.
Agathe Bousquet, présidente de Publicis Groupe en France.

Mutualiser les ressources, fédérer les talents pour Publicis

Il est plus facile de la faire parler de son travail que d’elle-même. La vie personnelle de cette mère de deux garçons de 6 et 9 ans s’épanouit selon un timing bien équilibré, entre investissement professionnel et cocooning familial. Soudain, elle s’inquiète: « Mais quand parle-t-on de Publicis ? ». Publicis peut compter sur la subtilité de cette dirigeante au minois sage et à la détermination de feu pour placer « les bonnes personnes au bon endroit, mais aussi au bon rythme ». Et de préciser : « Notre métier est très précis, chaque client est particulier, chaque talent à son service l’est aussi. »

C’est peu dire que mordre dans l’actuelle réorganisation du groupe (baptisée « Power of One ») lui donne de l’appétit. Le paquebot publicitaire, dont les derniers résultats sont en demi-teinte malgré son enviable troisième rang mondial, sait qu’il doit mener sa révolution au pas de charge. Arthur Sadoun entend opter pour une organisation agile, horizontale et modulaire, casser les silos entre les différentes divisions créatives, médiatiques et numériques. Autant de priorités qu’Agathe Bousquet fait siennes, elle qui souhaite mutualiser les ressources et fédérer les talents pour, dit-elle, « aider leurs clients à transformer leur business et leur marketing ». Publicis Groupe France est la toute première entité « groupe pays » avant d’autres, qui devraient à leur tour adopter sans tarder le tempo novateur de la pionnière française.

Le parcours d'Agathe Bousquet

  • 1992 : militante bénévole de Solidarité sida dès la création de l’association.
  • 1994-1995 : diplômée de Sciences-po Paris et d’un DESS à Dauphine.
  • 1996-2001 : directrice des opérations à Solidarité sida.
  • 2001-2010 : consultante, puis directrice du développement et partner chez Euro RSCG C&O.
  • 2010-2012 : directrice générale adjointe d’Euro RSCG C&O. Parmi ses budgets : Areva, Orange, McDonald’s, Amgen, La Croix rouge…
  • 2012-2017 : présidente d’Havas Paris, renforcée en 2016 par la fusion avec Havas 360.
  • 2017 : présidente de Publicis Groupe en France.

 

The good concept store A découvrir dans le concept store