En renforçant sa présence via le développement d’une identité plus désirable, Izipizi entend bien s’imposer comme un acteur majeur de l’optique et inaugure sa première boutique parisienne. Ses atouts ? Des lignes vintage et des petits prix… et ça marche !

L’été dernier, tous les Parisiens les arboraient sur leur nez. Cette année encore, mais elles ont changé de nom. Depuis janvier, les lunettes See Concept sont devenues Izipizi. « Nous avons remis à plat notre produit, étudié ce qui était positif et ce qui était négatif ; au final, ce qui n’allait pas, c’était notre nom. Soit on avait du mal à le retenir, soit on le confondait avec d’autres marques. Or, nous voulions qu’il soit fortement identifiable, qu’il reflète nos valeurs de bienveillance et d’optimisme et qu’il se prononce toujours avec le sourire. Izipizi est la transformation de l’expression américaine “easy peacy” et, graphiquement, il forme un palindrome fort. C’est exactement ce qu’il nous fallait pour voir grand », commente Quentin Couturier, l’un des trois fondateurs de cette petite start-up installée à deux pas de la French Tech parisienne, dans le Sentier.

Izipizi désacralise le segment de l’optique grâce à des produits un peu rétro, bon marché, et qui s’adaptent à toutes les morphologies.
Izipizi désacralise le segment de l’optique grâce à des produits un peu rétro, bon marché, et qui s’adaptent à toutes les morphologies. DR

Tout commence sur les bancs d’un lycée lyonnais. Après le bac, Xavier Aguera, Charles Brun et Quentin Couturier suivent chacun leur route en école de commerce, puis se retrouvent pour incuber pendant seize mois à l’ESCP- Europe. Ils obtiennent un prêt d’honneur de 120 000 euros et lancent, en 2010, leur curieuse gamme de lunettes sur pied – qui ressemblent aux faces-à-main de nos arrière-grands-mères.

La marque compte 6 lignes de produits, dont des solaires pour la montagne (en bas) et des lunettes de lecture (en haut).
La marque compte 6 lignes de produits, dont des solaires pour la montagne (en bas) et des lunettes de lecture (en haut). DR

« Nous nous étions rendu compte qu’après 40 ans, certains de nos parents avaient des difficultés à remplir leur bordereau de chèques. D’où l’idée de mettre des lunettes pour presbytes en libre-service aux guichets des banques. La Société générale, le CIC et le Crédit mutuel nous ont suivis ainsi que de nombreux hôtels, restaurants et toutes sortes de commerces. Très vite, les particuliers nous en ont demandé et, en janvier 2012, nous avons présenté notre première collection au salon Maison & Objet. »

La recette Izipizi : simplicité, efficacité, branding intelligent

Sa spécificité : des montures de toutes les couleurs (à la Lafont) et un fini soft touch. Les ventes décollent rapidement et, un an plus tard, les trois copains développent leurs solaires. Aujourd’hui, Izipizi se décline en six lignes, dont une antilumière bleue spécifique pour les ordinateurs, ainsi qu’une dernière-née imaginée pour les bébés, lancée en début d’année. La start-up désacralise ce segment très convoité par le luxe grâce à des produits pensés pour chaque moment de la vie : des montures qui s’adaptent facilement à toutes les morphologies de visages, agréables à porter avec leur ligne d’inspiration vintage, tout en étant facilement accessibles et vendues à des prix très abordables.

Ici, un modèle de solaires conçues pour le bord de mer, et le grand large.
Ici, un modèle de solaires conçues pour le bord de mer, et le grand large. DR

La méthode est aussi pragmatique que le produit : être dans tous les endroits stratégiques, partout dans le monde. Les trois associés voient et pensent grand, et assument une ambition entrepreneuriale. « Nous voulons que les consommateurs aient le réflexe Izipizi dès qu’ils pensent lunettes. Izipizi doit devenir une marque aussi identitaire qu’Uniqlo ou que Nike », poursuit Quentin Couturier. Côté business, ils installent leur image via des collaborations (avec Colette, à Paris, et Another Story, à Bangkok), ils ouvrent leur première boutique parisienne le 19 septembre (46, rue Vieille-du-Temple, 4e), et consolident leur merchandising comme leur distribution.

La marque ouvre sa première boutique, à Paris, le 19 septembre.
La marque ouvre sa première boutique, à Paris, le 19 septembre. DR

Tel est leur cahier des charges. Ils progressent étape par étape et, contrairement aux anciennes générations d’entrepreneurs, ils revendiquent et assument d’être soutenus par des réseaux comme le Moovjee et Réseau entreprendre, et par des chefs d’entreprise réputés pour leur expertise comme Jean-Pierre Guichard (Manutan) et Jacques Guillemet (Pylones). « Ils nous apprennent à agir avec bon sens tout en cultivant notre philosophie de vie. Notre entreprise reflète notre génération. Elle reflète notre propre mode de vie et un état d’esprit basé sur la transparence et l’optimisme. » C’est politiquement tendance et inspirant, à condition que cette bienveillance ne se transforme pas, tôt ou tard, en un simple concept marketing…

Izipizi
46 rue Vieille-du-Temple (Paris 4e).
Ouverture le 19 septembre.
www.izipizi.com

Izipizi en chiffres :

En chiffres :

 

•  Izipizi est présent dans 50 pays
    •  Premier marché : la France, suivi de l’Italie, de l’Allemagne et du Benelux, puis des Etats-Unis.
    •  Taux de croissance annuel : 100 %.
    •  Prix moyen d’une monture: 35 €.
    •  Nombre d’employés: 35 dont 7 commerciaux.


 

The good concept store A découvrir dans le concept store