Fini la petite marque qui joue des coudes : Beko est numéro 2 en Europe dans le secteur du gros électroménager, lancée dans une croissance à deux chiffres. Chaud devant !

Vous avez déjà vu ce nom. En cherchant un lave‑vaisselle ou un blender, peut‑être. Filiale du fabricant d’électroménager turc Arçelik, Beko est arrivée en France sur la pointe des pieds et a profité de l’inattention de  ses concurrents pour se tailler une place de choix…

Lancé en novembre 2016, l’Atolye 4.0 est le laboratoire de robotique du groupe Arçelik, où sont mis au point des projets comme ce robot serveur de café turc.
Lancé en novembre 2016, l’Atolye 4.0 est le laboratoire de robotique du groupe Arçelik, où sont mis au point des projets comme ce robot serveur de café turc. Erbil Balta

L’ambiance est à la fois électrique et religieuse. Comme dans une ruche dont on aurait bâillonné les abeilles. Dans cet immense open-space, deux groupes chuchotent. L’un a complètement désossé un lave-linge et mis les éléments en sachets comme autant d’indices issus d’une scène de crime, l’autre a scotché et numéroté sur un tableau noir les pièces d’un défunt presse-agrumes… Vous êtes au Garage, dernier bébé de Cem Kural, directeur de la recherche et du développement pour le groupe turc Arçelik. « Inauguré en février 2017, le Garage est notre Tech Pro Academy, raconte Cem Kural. C’est un lieu d’expérimentation et de coworking où tous les employés sont invités à venir tester leurs idées. Nous y invitons des experts, nous y formons nos ingénieurs au numérique, et c’est un lieu formidable pour la communication directe, puisque les dirigeants viennent régulièrement y faire un tour. »

Le Garage, inauguré en février 2017, est la Tech Pro Academy du groupe Arçelik, est un lieu d’expérimentation et de coworking.
Le Garage, inauguré en février 2017, est la Tech Pro Academy du groupe Arçelik, est un lieu d’expérimentation et de coworking. Erbil Balta

D’un côté, une antichambre pour réfléchir et bricoler, avec de bons vieux tournevis ; de l’autre, une unité pour tester à l’échelle réelle, avec des imprimantes 3D à faire pâlir les chercheurs de Cambridge. Vous êtes à l’usine Çayirova, à quelques kilomètres du centre d’Istanbul, sur la rive asiatique. C’est là que sont fabriqués, entre autres, les lave-linge pour Beko, l’une des marques internationales d’électroménager du conglomérat turc, celle qui a enregistré la plus forte hausse en parts de marché ces dernières années et qui est distribuée en France. Elle fut, jusqu’en 2014, partenaire de l’émission « Top Chef » ; ça vous dit quelque chose ? A moins que vous ne vous souveniez de sa campagne de pub, « Beko partenaire officiel de votre quotidien »… Le groupe est également partenaire du FC Barcelone.

A l’usine de çayirova, un lave-linge Beko “éclaté” exhibe les différents éléments qui le composent.
A l’usine de çayirova, un lave-linge Beko “éclaté” exhibe les différents éléments qui le composent. Erbil Balta

La course au silence

Ailleurs, on dit « usine » ; ici, on dit « campus ». L’unité de production fut la première bâtie par Vehbi Koç, le fondateur du groupe. En 1959, elle sortait 15 machines par jour. Aujourd’hui, il en émerge 12 500 d’une ligne de production de 75 mètres de long, presque entièrement automatisée. Le poste humain le plus important : les doigts gainés d’un bas de soie, en bout de chaîne, qui vérifient que les tambours n’accrochent pas… Ici, on travaille 45 heures par semaine sur 6 jours. On participe aux barbecues organisés par l’entreprise, qui veille à conserver son esprit familial.

Le Garage est ouvert aux employés invités à venir y tester leurs idées.
Le Garage est ouvert aux employés invités à venir y tester leurs idées. Erbil Balta

Cette fringante sexagénaire est surtout devenue le centre d’expérimentation et d’innovation d’un groupe qui a toujours mis la recherche et le développement au cœur de sa stratégie. Ce département emploie 1 300 personnes dans le monde, lancées dans la course au progrès : innover, consommer toujours moins d’eau et d’électricité, introduire toujours plus de connectivité, et être de plus en plus silencieux. Cem Kural est membre honoraire d’une belle fourchette d’universités dans le monde avec lesquelles il collabore, dont le MIT, à Harvard, Stanford, l’Ecole des mines de Paris ou l’Ecole centrale de Nantes. Le groupe vient encore d’enclencher une vitesse supérieure en créant une chaîne miniaturisée, sur laquelle sont testés les nouveaux robots. Les équipes viennent s’y entraîner au pilotage, voire y réparer leur outil de production à l’autre bout de la planète grâce à un masque de réalité virtuelle. Techniques de pointe à tous les étages.

Cem Kural est le directeur de la recherche et du développement du groupe Arçelik.
Cem Kural est le directeur de la recherche et du développement du groupe Arçelik. Erbil Balta

The Good Spots Destination Turquie

The good concept store A découvrir dans le concept store