Plus qu’une série classique de photographies, Milo se matérialise d’abord dans un livre, un song book. Un projet littéraire et photographique à la fois hybride et expérimental, initié par l’éditeur Bruno Chibane, qui dirige une collection d’ouvrages photographiques à caractère érotique. L’occasion pour Nicolas Comment de composer autour d’un personnage, une femme, Milo, sa muse.

« Je suis devenu photographe comme ça. » Alors qu’il était étudiant aux beaux-arts de Lyon, Nicolas Comment découvre la photographie à travers des regards qui le touchent. Ces photographies ne se contentent pas d’illustrer la réalité, mais constituent des moyens d’expression à part entière, singuliers et puissants.

Barcelone, Nicolas comment.
Barcelone, Nicolas comment. DR

La photographie devient une pratique de poète et s’appréhende avec désinvolture et liberté. Elle épouse un mouvement ininterrompu et se décline en d’infinies variations. « En fait, il s’agit de ma vie. Mes photos constituent une sorte de journal autobiographique. Le regard est le même et l’image est toujours différente. Techniquement, j’utilise le même objectif depuis que j’ai commencé. Ce qui donne à l’ensemble une certaine cohérence artistique. »

Marrakech, Nicolas Comment.
Marrakech, Nicolas Comment. DR

Nicolas Comment, un artiste multi-tâches

Ses photographies sont des poèmes que ­Nicolas Comment aime réunir et confronter dans des projets d’édition. C’est à travers la matérialité d’un livre que ces histoires visuelles prennent sens. En parallèle de son travail photographique, Nicolas Comment s’aventure dans la musique. « J’ai longtemps séparé les deux domaines, avant de me rendre compte qu’ils étaient similaires. J’aime passer de l’un à l’autre de manière nonchalante. C’est comme une respiration. La photographie me permet de toucher un peu à la peinture ou au cinéma avec légèreté et en toute modestie, et l’écriture de chansons, à la littérature. »

Tanger, Nicolas Comment.
Tanger, Nicolas Comment. DR

L’ouvrage Milo, publié chez Chic Médias Editions, dans la collection « Desseins », illustre bien les multiples facettes de Nicolas Comment. Pour ce projet original, il exhume des photographies qui constituent autant de fragments épars de sa vie. Des clichés qu’il conserve dans son carnet visuel comme d’autres tiennent un journal. Une résidence artistique à Tanger, un contrat avec une chaîne d’hôtels pour faire des photos-cartes postales et qui lui permet de voyager partout avec sa compagne.

Tanger, Nicolas Comment.
Tanger, Nicolas Comment. DR

« C’est un mélange de tout, ­raconte-t-il. Partout où je vais, je fais des photos. La série Milo s’étale de 2012 à 2016. Il fallait aussi joindre des textes, alors j’ai envoyé mes chansons. Certaines sont plus anciennes que ma romance avec Milo et remontent à 2006, à l’époque où je me suis décidé à me mettre sérieusement à la musique. » Milo, sa compagne et sa muse, est la femme qui habite sa vie et ses photographies. Elle constitue la trame narrative de cette itinérance visuelle. On la découvre par morceaux, on remarque sa silhouette, on aperçoit son visage. Elle est à la fois omniprésente et insaisissable.

Tanger, Nicolas Comment.
Tanger, Nicolas Comment. DR

Les clichés cultivent un mystère aussi épais que le flou qui brouille Milo. « Le flou n’est pas là pour faire joli, c’est une ­intervention. Il faut un détachement du réel, la photo doit être un reflet de mon état d’esprit. Elle n’est pas là pour montrer le réel brut, mais l’effet qu’elle produit sur moi. » Ainsi Nicolas Comment est-il un photographe de la sensation, de la légèreté et de la liberté.

barcelone, Nicolas Comment.
barcelone, Nicolas Comment. DR

The good concept store A découvrir dans le concept store