A Santorin, l’hôtel Perivolas érige la simplicité en luxe ultime et ne propose qu’une seule chose : un tête-à-tête grandiose et intimiste avec l’île volcanique.

­­­­­­­­­­­­­­­­­­Jouant les équilibristes au bord de l’abîme, son joli bassin en a fait une star de magazines. Elle, c’est la piscine du Perivolas Hotel, à Santorin, sans doute la piscine la plus photographiée du monde, ayant fait des dizaines de couvertures, dont plusieurs fois celle du prestigieux Condé Nast Traveler. Son secret ? Débordant à l’infini, son eau, qui reflète la couleur du ciel, s’unit à la mer Egée, ici d’un bleu abyssal. Elle offre un spectacle hypnotisant sur la caldeira de Santorin, la plus célèbre île volcanique des Cyclades.

Une vision sublime et apocalyptique sur ce qui fut l’une des plus grandes éruptions depuis l’Antiquité : un gigantesque cratère qui s’est effondré sur lui-même dans la mer, laissant derrière lui un cercle de falaises rouge, noir et ocre, véritable millefeuille de lave, de cendres et de scories. Tandis qu’en son centre – la dernière coulée de lave remonte à 1950 –, des îlots brûlés, parmi lesquels Néa Kaméni, témoignent des soubresauts du volcan. Bref, face à cette nature à grand spectacle, les courbes pleines de mesure et d’harmonie de la piscine du Perivolas sont une invitation à la méditation. Ce bassin aux lignes parfaites est l’œuvre d’un seul homme : Costis Psychas, le propriétaire, un bâtisseur à la belle carrure d’athlète, doué d’une grande sensibilité.

La célébrissime infinity pool du Perivolas.
La célébrissime infinity pool du Perivolas. Enrique Menossi

Il a pris son temps pour le construire, en pensant chaque contour pour qu’il épouse ceux de l’île volcanique. « Car ici, chaque rocher, chaque courbe sont comme autant de sculptures que l’on doit respecter. » Seul un bouquet de yuccas et quelques chaises longues entourent son joyau. Pas d’esbroufe, rien de clinquant ni de tape-à-l’œil. On touche à l’essence de la Grèce, à l’épure intemporelle, à la simplicité cycladique. Le luxe de l’harmonie et de la simplicité : voilà ce qui distingue le Perivolas des autres hôtels qui ont fleuri à sa suite sur la caldeira. « Pour bâtir une maison qui ait une âme, il faut construire pour soi, sans suivre les engouements de la mode ou regarder ce que fait le voisin d’à côté », confie le géant aux cheveux blonds et aux yeux bleus délavés. Cet Ulysse aux traits slaves nous confie alors l’histoire du Perivolas : celle d’une maison de famille et d’un attachement magnétique à l’île volcanique. Originaire de Santorin, la famille Psychas s’est exilée au XIXe siècle en Russie pour y assurer le commerce du fameux vin de son île.

La réception.
La réception. Enrique Menossi

Mais le père de Costis, né à Odessa, est toujours resté attaché à la terre de ses ancêtres. Au point que, une fois devenu capitaine au long cours, il faisait escale à Santorin pour recruter son équipage. A la fin de leur vie, les parents de Costis s’installent sur l’île, à l’entrée d’Oia, village alors sans routes goudronnées ni électricité. Le quartier qu’ils ont racheté s’appelle Perivolas, « le jardin » en grec : creusées dans la roche volcanique, les petites maisons en ruine, avec leurs étables et leurs petits pressoirs à vin surplombent la caldeira de manière grandiose. Ils y restaurent quatre maisons troglodytiques, toutes blanches, habillées de coussins et de couvre-lits aux couleurs chatoyantes fabriqués avec son métier à tisser par la mère de Costis. La simplicité, l’harmonie avec les éléments, les volumes organiques seront la marque de fabrique de Perivolas, qui devient une maison d’hôtes. A la mort de son père, en 1984, Costis prend la relève. A 26 ans, ce n’est pas le métier d’hôtelier qui le fait rêver, mais la mer et le vent, en tant qu’ingénieur naval et, surtout, en grand fan de windsurf.

Pour se baigner, on a le choix

Il va pourtant faire évoluer le Perivolas, le transformant en l’un des premiers hôtels haut de gamme de Santorin, tout en préservant l’esprit originel de la maison d’hôtes. Celui qui collectionne les matériels de glisse, les bateaux et les 4 x 4 de baroudeurs – rien pour la frime, tout pour le plaisir et l’action – se révélera un formidable entrepreneur. Costis Psychas est conscient que ce qu’il a entre les mains est un trésor. Il creuse alors les grottes, agrandit les maisons, dessine l’œil bleu de la piscine, aménage un restaurant raffiné dans une salle voûtée, crée une salle de sport et un minispa…

Velouté des murs passés à la chaux, douceur des voûtes et des alcôves, apaisante beauté du blanc ensoleillé par un bouquet de fleurs : la limpidité des courbes originelles fait qu’on y dort comme un bébé. Le mobilier, comme le lit ou les banquettes, a été creusé dans la roche. Dans la Perivolas Suite, un bijou de 140 m2, un olivier pousse au milieu d’une grotte illuminée par un puits de lumière. Sur un côté, le lit lové dans la roche semble flotter en apesanteur.

Une chambre du Perivolas.
Une chambre du Perivolas. Enrique Menossi

Et pour se baigner, on a le choix. Se glissera-t-on dans l’intimité de l’immense Jacuzzi qui occupe le fond de cette ancienne cave à vin ? Ou préférera-t-on, entraîné par la vue et la musique de l’eau qui ruisselle, profiter de la piscine privée ? « Dans un monde saturé d’informations et de biens de consommation, on a besoin de pureté pour se retrouver », explique Maria Irini, la sœur de Costis Psychas, qui l’épaule dans le fonctionnement de l’hôtel.

L’une des piscines privées.
L’une des piscines privées. Tsimos Tsoukalas

Ici, la décoration minimale est donc une philosophie. Il n’y a pas de téléviseur dans les chambres. En revanche, Costis est à l’écoute de ceux qui veulent bouger : dos à la caldeira, sur une ancienne terrasse de culture qui regarde les vignes dégringoler jusqu’à la mer, il construit un grand club réservé aux clients de l’hôtel, avec salles de gym et de yoga, court de tennis et parcours sportif à ciel ouvert.

Perivolas, une villa au ras de l’eau

Un autre projet le tient éveillé depuis des années. Costis Psychas cultive un rêve ultime devenu réalité : « Vivre sur une île isolée accessible seulement par la mer, avoir mon bateau arrimé sous mes fenêtres et, la nuit, entendre le vent faire tinter les gréements. » Il a ainsi créé sa retraite secrète à Thirassía. Thirassía, c’est Santorin en miniature : mêmes falaises qui se jettent dramatiquement dans la mer, mêmes maisons qui poudrent de blanc le haut du cratère.

L’îlot, quasi inhabité, serait séparé de l’île principale depuis plus de deux mille ans. Au creux de la falaise et isolé de tout, un bâtiment en ruine a séduit Costis Psychas lors de ses sessions sur les vagues : un entrepôt brut et carré qui avance dans la mer. Entre 1860 et 1930, il servait à entreposer la pierre ponce, lorsque cette dernière faisait la richesse de l’île.

Le restaurant.
Le restaurant. Tsimos Tsoukalas

Il a fallu de nombreuses années et beaucoup de détermination pour l’acquérir. Mais, en fin de compte, les 25 descendants propriétaires de ce bâtiment atypique ont accepté de lui vendre ce joyau dans sa gangue. Quatre années ont ensuite été nécessaires pour creuser la falaise, dégager l’édifice, terrasser, faire venir par bateau tous les matériaux et aménager ce qui est aujourd’hui le Perivolas Hideaway. A l’extérieur, un bâtiment rugueux tout en pierre de lave aux tons ocre ou noirs.

Perivolas, un bâtiment à même la roche.
Perivolas, un bâtiment à même la roche. DR

A l’intérieur, un monde de douceur aux murs veloutés et arrondis, aux plafonds voûtés, soutenus par des arches en pierre et bâtis avec des matériaux naturels. La villa au ras de l’eau se loue avec les services d’un hôtel cinq étoiles et, notamment, un capitaine, un cuisinier et un barman. A portée de main, tout ce qu’il faut pour jouer sa partition privilégiée dans la caldeira : plage, piscine, Jacuzzi, mais aussi Hobie Cat, ski ­nautique, wakeboard, matériel de plongée sous-marine… Baignée par l’énergie tellurique de la mer et du volcan, la villa la plus exclusive de la Méditerranée procure un sentiment in­croyable de puissance et de sérénité.

 

Perivolas
Thira 847 02.
Tél. +30 2286 071308
www.perivola
s.gr

The good concept store A découvrir dans le concept store