Architecture, design, mode, légendes, promenades hors des sentiers battus… Rio de Janeiro se dévoile et se raconte en photos.

  • Déclaration d’amour

    Selon Paulo Coelho, qui signe la préface de cet ouvrage consacré à Rio de Janeiro, « l’attrait de cet endroit unique réside davantage dans l’âme des Cariocas, qui portent en eux le soleil qu’ils vénèrent tant ». C’est donc cette âme que s’attache à décrire l’auteur, Bruno Astuto, journaliste brésilien. Il revient sur l’histoire, les mythes et les légendes qui ont façonné la Cidade Maravilhosa, les secrets et les destins qui lui ont donné sa couleur. Dans cet ouvrage très joliment illustré d’images d’archives, on croise, pêle‑mêle, l’actrice Sônia Braga, les chanteuses As Frenéticas et Bebel Gilberto, l’artiste Adriana Varajão ou Gisele Bündchen, of course !

    La Légende de Rio, Bruno Astuto, éditions Assouline, 173 p., 45 €.

“La Légende de Rio”, Bruno Astuto, éditions Assouline, 173 pages.
“La Légende de Rio”, Bruno Astuto, éditions Assouline, 173 pages. DR
  • Patrimonial
    Impossible de penser Rio en particulier et Brésil en général sans passer par la case Oscar Niemeyer. Il a coinventé une capitale ex nihilo, il a essaimé ses courbes dans tout le Brésil, insufflé un vent de modernisme dans l’architecture, a semblé presque immortel (il est mort à 105 ans, en 2012). Cet ouvrage sublimement illustré par les photos de Matthieu Salvaing et écrit par Michael Kimmelman, journaliste au New York Times, est sans doute l’un des plus beaux ouvrages qui lui soient consacrés.

    Oscar Niemeyer, Michael Kimmelman et Matthieu Salvaing, éditions Assouline, 168 p., 845 $.

“Oscar Niemeyer”, Michael Kimmelman et Matthieu Salvaing, éditions Assouline, 168 pages.
“Oscar Niemeyer”, Michael Kimmelman et Matthieu Salvaing, éditions Assouline, 168 pages. DR
  • De l’autre côté du miroir
    Toutes les deux ont quitté la France pour s’installer à Rio et devenir des expats. De découvertes en déconvenues, de fantasmes déçus en coups de cœur, Camille Lebon et Johanna Thomé de Souza (brésilienne par son père) racontent leur Rio avec beaucoup d’humour, un peu d’humeur et pas mal de recul. Des codes vestimentaires à la religion, des shopping malls aux bébêtes qui pullulent, du travail « déclaré informel » à la mixité, du culte du corps au funk carioca… elles passent tout au crible, décortiquent le mythe et dézinguent les idées reçues. Un livre drôle, un peu déroutant, à glisser entre les mains de tous ceux qui rêvent à ce que Blaise Cendrars avait surnommé Utopialand, drôlement écrit et habilement illustré…

    Une ville, deux filles, trois ans. Rio Nosso, Camille Lebon et Johanna Thomé de Souza, Editions de La Martinière, 192 p., 30 €.

“Une ville, deux filles, trois ans. Rio Nosso”, Camille Lebon et Johanna Thomé de Souza, Editions deLa Martinière, 192 pages.
“Une ville, deux filles, trois ans. Rio Nosso”, Camille Lebon et Johanna Thomé de Souza, Editions de
La Martinière, 192 pages. DR
  • Bible moderniste
    Non, il n’y a pas que le design scandinave qui illustre parfaitement le modernisme des années 50, loin s’en faut ! Il est juste plus accessible pour les Européens que le design brésilien. Alors, pour nombre d’entre nous, une séance de rattrapage s’impose. Joaquim Tenreiro, Lina Bo Bardi, John Graz, Carlo Hauner, Oscar Niemeyer, Jorge Zalszupin… dans le désordre, pour autant de pièces absolument iconiques. De l’avant‑garde, en 1922, à la renaissance, en 1985, l’auteur dresse le portrait émouvant d’une scène, méconnue donc, où la sensualité, tant des courbes que des essences de bois, semble bien être le dénominateur commun. Sublimement illustré.

    Brazil Modern. The Discovery of Twentieth‑Century Brazilian Furniture, Aric Chen, The Monacelli Press, uniquement en anglais, 304 p., 60 $.

“Brazil Modern. The Discovery of Twentieth-Century Brazilian Furniture”, Aric Chen, The Monacelli Press, uniquement en anglais, 304 pages.
“Brazil Modern. The Discovery of Twentieth-Century Brazilian Furniture”, Aric Chen, The Monacelli Press, uniquement en anglais, 304 pages. DR
  • Ode sensuelle
    Enfant, Mario Testino allait en vacances à Rio. Un vent de liberté soufflait sur cette ville qui fascinait ce Péruvien. « Quand j’avais 14 ans et que je sortais de ma maison de vacances pour aller à la plage, je voyais tout le monde se promener dans de minuscules maillots de bain : les jeunes étaient tellement sexy, insouciantes et intrépides que je n’arrivais tout simplement pas à y croire. » Devenu le photographe de mode que l’on sait, Rio de Janeiro n’a jamais cessé d’inspirer Mario Testino. Un rapport au corps et à la sensualité, une lumière qui sublime des filles déjà sublimes, dont, bien entendu, la première d’entre elles, Gisele Bündchen, ce livre se lit comme un hommage à une passion, une déclaration.

    Rio de Janeiro, Mario Testino, Taschen, 200 p., 29,90 €.

” Rio de Janeiro “, Mario Testino, Taschen, 200 pages.
” Rio de Janeiro “, Mario Testino, Taschen, 200 pages. DR

The good concept store A découvrir dans le concept store