Bordelais de naissance, William Techoueyres, est aujourd'hui à la tête des hôtels-restaurants La Co(o)rniche et Ha(a)ïtza à Pyla-sur-mer. Il partage avec nous son amour fou pour le bassin d'Arcachon.

The Good Life est parti à la rencontre de William Techoueyres, cet ancien joueur de l’équipe de France de rugby qui gère ses établissements avec le même esprit fédérateur et fraternel qui l’animait sur le terrain.

The Good Life : Qu’est‑ce qui vous plaît tant dans la région du Pilat ?
William Techoueyres : La simplicité des lieux, le calme, le charme, et la nature, omniprésente. C’est un petit endroit où tout le monde se connaît, c’est très convivial.

 

TGL : Un lieu à conseiller pour un match de rugby entre copains ?
W.T. : En fait, j’irais plutôt sur une plage. A marée basse, celles de la région offrent un terrain idéal pour improviser un match entre amis.
TGL : Un bar où prendre un verre après un match ?
W.T. : Au bar extérieur de La Co(o)rniche ou au café Ha(a)ïtza, nous aménageons des écrans géants chaque fois qu’il y a un match important. C’est forcément là que les troisièmes mi-temps se déroulent.

Terrasse de l’hôtel la Co(o)rniche, Pyla-sur-Mer.
Terrasse de l’hôtel la Co(o)rniche, Pyla-sur-Mer. DR

TGL : Un endroit où vous aimez vous réfugier pour tout oublier ?
W.T. : Avec Sophie, ma femme, nous travaillons énormément. Pour nous échapper, nous avons l’habitude de prendre un catamaran et d’aller passer la nuit au banc d’Arguin. C’est comme une île déserte face à la dune du Pilat, nous avons l’impression d’être seuls au monde.
TGL : Un endroit de la côte atlantique que vous n’avez pas encore visité ?
W.T. : Pour être honnête, je voyage très peu. D’abord, parce que je travaille beaucoup, et, ensuite, parce que j’aime tellement ma région qu’à part quelques aller-retour à Bordeaux pour le business, je ne la quitte presque jamais. Toutefois, j’aimerais beaucoup explorer la Bretagne.
TGL : Une activité culturelle à faire absolument dans la région ?
W.T. : Je recommande de découvrir le savoir-faire local. Nous avons des artisans et des producteurs formidables qui partagent volontiers leur métier avec les visiteurs de passage. Il y a, par exemple, l’Esturgeonnière, un élevage qui réalise du caviar d’Aquitaine, mais on peut aller voir n’importe quel parc ostréicole. Je suggère aussi de découvrir la Réserve ornithologique du Teich, un endroit magique, hors du temps.

Piscine intérieure de l’hôtel Ha(a)ïtza.
Piscine intérieure de l’hôtel Ha(a)ïtza. DR

TGL : Une chanson qui vous fait tout de suite penser à la région ?
W.T. : Je suis dingue de la musique de The Two, le groupe d’Ara Starck, la fille de Philippe, qui a réalisé nos deux hôtels. Sa musique est la bande originale de toute cette aventure.

TGL : Un endroit qui vous dépayse à tous les coups ?
W.T. : L’île aux Oiseaux reste un endroit fantastique et préservé, avec juste quelques cabanes ostréicoles sur le quai. Il n’y a ni eau ni électricité. On y vient juste un jour ou deux, pour pêcher ou pour chasser. Les paysages changent constamment en fonction des marées.

TGL : Un plat à déguster les pieds dans l’eau ?
W.T. : Un maigre ou bar de ligne rôti à l’huile d’olive, avec un filet de citron. On les pêche nous‑mêmes, devant La Co(o)rniche ; il n’y a rien de meilleur.

TGL : Votre plage favorite ?
W.T. : Les plages océanes qui démarrent au pied de nos hôtels : le Petit Nice, puis la Lagune. Elles s’étendent sur 10 km. C’est le début de l’océan, mais sans les rouleaux qu’il y a plus bas, à Biscarosse. C’est tellement vaste que même un 15 août on peut s’y trouver seul au monde.

Chambre de l’hôtel La Co(o)rniche, Pyla-sur-Mer.
Chambre de l’hôtel La Co(o)rniche, Pyla-sur-Mer. DR

TGL : Votre dernière destination, et la prochaine ?
W.T. : Mon dernier voyage remonte à deux ans, quand nous sommes allés au domaine de Murtoli, en Corse. Un jour, j’aimerais découvrir Moscou.

TGL : Le voyage qui vous a le plus marqué ?
W.T. : Sans doute l’Afrique du Sud. J’y suis allé en 1995, lors de la Coupe du monde de rugby. Le Cap m’avait vraiment impressionné.

TGL : Une île de la côte atlantique que vous aimez particulièrement ?
W.T. : Certainement l’île de Ré, parce que c’est encore un coin sauvage, parfait pour un week-end en amoureux.

TGL : Une ville qui a compté dans votre vie ?
W.T. : Sans hésiter : Paris. J’ai toujours adoré cette ville. C’est le grand écart avec la vie que nous menons ici, mais c’est justement pour ça que j’aime y aller dès que possible. J’adore aller dîner au Comptoir, chez Yves Camdeborde, ou au Troquet, chez Philippe Etchebest. Ce sont des amis.

TGL : Les atouts de la côte atlantique par rapport à la côte méditerranéenne ?
W.T. : Elle est bien plus sauvage et bien plus authentique. Tout y est beaucoup plus simple et les prix y sont plus raisonnables aussi. Enfin, la nature y est grandiose et la convivialité, omniprésente. Comment ne pas tomber sous le charme ?

Les adresses de William Techoueyres

• La Co(o)rniche
46, avenue Louis-Gaume. Pyla-sur-Mer. Tél. +33 (0)5 56 22 72 11.
www.lacoorniche-pyla.com

Ha(a)ïtza
1, avenue Louis-Gaume. Pyla-sur-Mer. Tél. +33 (0)5 56 22 06 06
www.haaitza.com

Réserve ornithologique du Teich
4, rue du Port. Le Teich. Tél. +33 (0)5 56 22 80 93.
www.reserve-ornithologique-du-teich.com

L’Esturgeonnière
Route de Mios Balanos. Le Teich.
www.lesturgeonniere.com

Le Comptoir du relais
5-9, carrefour de l’Odéon. Paris (6e). Tél. +33 (0)1 44 27 07 97.

Le Troquet
 21, rue François-Bonvin. Paris (15e). Tél. +33 (0)1 45 66 89 00.

The good concept store A découvrir dans le concept store