Depuis 5 ans, la marque la plus haut de gamme du groupe H&M et le pavillon Serpentine s'associent tous les week-ends d'été pour enchanter les nuits londoniennes façon arty.

Le 30 juin dernier, le cinéaste Arthur Jafa ouvrait le bal de la cinquième édition des Park Nights au pavillon Serpentine dans Hyde Park. Le premier des huit week-ends d’été dans ce lieu incroyable, où des artistes viennent proposer des performances organisées en association avec la marque COS.

Après une masterclass sur l’histoire des cultures africaines et afro-américaine et leur influence sur l’évolution de l’art occidental, cet artiste originaire du Mississippi, a présenté deux de ses œuvres. La première, Love Is The Message, The Message Is Death a été exposée au MoCA de Los Angeles. Un impressionnant collage vidéo d’images contrastantes : homicides de jeunes noirs par des policiers, actions magistrales de basketteurs de la NBA, discours de Martin Luther King ou freestyles de rappeurs. La seconde, un plan fixe sur le visage d’une femme noire, intense et bouleversant.

“Love Is The Message, The Message Is Death” d’Arthur Jafa au MoCA à Los Angeles, en juin dernier. Ce collage vidéo compile extraits joyeux et atroces, de danse ou d’homicides policiers.
“Love Is The Message, The Message Is Death” d’Arthur Jafa au MoCA à Los Angeles, en juin dernier. Ce collage vidéo compile extraits joyeux et atroces, de danse ou d’homicides policiers. Courtesy of The Museum of Contemporary Art

Deux projections qui ont captivé la foule entassée dans le pavillon Serpentine. Son objectif était atteint : montrer comment un certain fatalisme a fait le succès de la black music, tout en l’influençant. Réalisateur de clips pour les sœurs Knowles (Beyoncé et Solange) ou Jay-Z, il expose également à la Serpentine Sackler Gallery jusqu’en septembre une grande partie de son œuvre, pour la première fois en Europe.

Des performances exclusives, by night au pavillon Serpentine

Tout au long de l’été, jusqu’au 22 septembre, d’autres artistes viendront chaque vendredi présenter un morceau choisi de leur travail. Comme l’an dernier les poètes Fred Moten et Eileen Myles dans le pavillon Bjarke Ingels. On pourra voir Out of Body de Tamara Henderson, participer à un workshop du collectif arty/activiste Black Quantum Futurism ou une nouvelle oeuvre d’Eleanor Antin. Un privilège lorsque l’on sait qu’elle a déjà exposé au MoMA, au Whitney Museum, à la biennale de Venise et l’Opéra de Sydney.

L’intérieur du Serpentine Pavilion, imaginé par le Burkinabé Francis Kéré, et visible jusqu’au 8 octobre.
L’intérieur du Serpentine Pavilion, imaginé par le Burkinabé Francis Kéré, et visible jusqu’au 8 octobre. Iwan Baan

Le pavillon Serpentine, dessinée cette année par le burkinabé Francis Kéré est encore plus majestueux à la tombée du jour, parfait pour les Park Nights donc…

Park Nights, jusqu’au 22 septembre.
Pavillon d’architecture de la Serpentine Gallery,
Kensington Gardens.
www.cosstores.com/COS_Serpentine_2017

 

Nous suivre sur Instagram : @thegoodlife_mag

The good concept store A découvrir dans le concept store