C’est l’un des plus grands designers français, et son métier le conduit à sillonner la planète. Et si son agence est basée à Paris, c’est bien à Saint-Paul-de-Vence que Jean‑Marie Massaud s’est installé. Tombé sous le charme de l’arrière-pays niçois, il partage avec The Good Life (dont il est fan depuis le début) ses coups de cœur et ses meilleures adresses.

The Good Life : M. Massaud, pourquoi aimez-vous tant la côte méditerranéenne ?

Jean-Marie Massaud : L’arrière-pays niçois est idéalement situé entre mer et montagne. Et à un saut de puce de l’aéroport international, pour combiner mon activité et ma vie de famille.

TGL : Y a-t-il un endroit secret où vous aimez vous réfugier ?

J-M.M : La plupart sont des coins sauvages, comme la forêt de la Sine, derrière chez moi, les gorges du Loup, ou la vallée des Merveilles.

TGL : Une plage que vous aimez plus qu’une autre ?

J-M.M : J’aime quand la roche se jette dans l’eau, alors ce sont surtout des criques. Près de Roquebrune, par exemple, où la côte est très escarpée. J’aime aussi beaucoup le cap Taillat, au sud de Ramatuelle, un endroit génial, une sorte de presqu’île où faire de la chasse sous-marine.

TGL : Quelle activité culturelle pratiquez-vous dans la région ?

J-M.M : Il y a pas mal de choses à faire dans la région. Beaucoup de festivals de jazz, à Vence, à Juan-les-Pins ou à Nice. Et plein de régates de vieux gréements (dont je raffole) du côté du port d’Antibes ou à Saint-­Tropez. On peut se rendre à l’observatoire de Nice pour passer la soirée à regarder les étoiles entre amis.

TGL : Une chanson qui vous fait penser à la Méditerranée ?

J-M.M : Paroles… Paroles… la voix de Dalida colle bien à la Méditerranée. J’aurais pu dire Come Prima aussi…

TGL : Un hôtel à conseiller en Méditerranée ?

J-M.M : Je fais beaucoup de voile, alors j’adore les îles Eoliennes. J’ai l’habitude d’aller à l’hôtel Signum, à Salina, un endroit ravissant qui sent bon la Sicile. A Juan-les-Pins, il y a l’hôtel Belles Rives, où j’adore déjeuner, car il représente la belle époque de la côte, à la fois désuet et empreint de littérature. D’ailleurs, Francis Scott Fitzgerald y séjournait souvent.

Hôtel Signum, à Salina, un endroit qui sent bon la Sicile !
Hôtel Signum, à Salina, un endroit qui sent bon la Sicile !

TGL : Un plat à savourer au bord de l’eau ?

J-M.M : Un ceviche et quelques tranches de pastèque. En bateau, on met quelques bouteilles de rosé au fond de l’eau et on emporte un barbecue à bras télescopique pour faire des grillades. Il n’y a rien de meilleur qu’un poisson fraîchement pêché et dégusté directement.

TGL : Dans quels restaurants avez-vous vos habitudes ?

J-M.M : A Saint-Paul-de-Vence, je vais souvent au Tilleul ou à La Colombe d’or pour manger sur la terrasse, entouré des oeuvres des immenses artistes qui sont passés par là.

La Colombe d’Or à Saint-Paul-de-Vence.
La Colombe d’Or à Saint-Paul-de-Vence.

A Nice, j’aime me rendre au Plongeoir, un restaurant posé sur la mer, avec son vieux plongeoir en béton. Ou au Coco-Beach. Avec un nom aussi kitsch, on pourrait croire à un repaire à touristes, mais il n’en est rien, c’est un endroit exceptionnel.

TGL : Votre panorama favori ?

J-M.M : C’est peut-être à Port Gallice, au début du cap d’Antibes, quand on est en bateau, vers le mois de mars, et qu’on regarde vers les terres.

TGL : Votre dernier voyage, et le prochain ?

J-M.M : Je reviens d’une semaine au Maroc, où, avec trois amis, nous avons loué des motos et sillonné entre l’Atlas, le Sahara et Ouarzazate. Auparavant, nous étions allés presque un mois au Costa Rica en famille, pour faire de la plongée. Les prochaines vacances sont en négo avec les enfants, mais nous aimerions aller au Japon.

TGL : Une habitude de voyage ?

J-M.M : Je voyage ultraléger, mais j’emporte toujours un foulard pour protéger mon crâne, et des huiles essentielles pour soigner la moindre infection, notamment du nez ou des yeux, car nous plongeons beaucoup.

TGL : Une ville qui vous tient particulièrement à cœur ?

J-M.M : Toutes celles qui ont fait mon parcours : Toulouse, où je suis né ; Paris, où j’ai fait mes études ; puis Hong Kong, où j’ai vécu ; mais aussi Tokyo, où j’ai beaucoup travaillé… et où j’ai épousé ma femme.

TGL : Les atouts de la côte méditerranéenne vs la côte atlantique ?

J-M.M : C’est dommage de devoir les opposer, car la côte atlantique a de nombreux atouts, c’est puissant, c’est grand. Mais ça manque de chaleur, au propre comme au figuré. Vivre en Méditerranée fait le bonheur de l’épicurien que je suis, c’est ma dolce vita.

Hôtel Belles Rives, à Jouan-les-Pins, Jean-Marie Massaud adore déjeuner ici.
Hôtel Belles Rives, à Jouan-les-Pins, Jean-Marie Massaud adore déjeuner ici.

Les adresses de Jean-Marie Massaud

The good concept store A découvrir dans le concept store