Un vétérinaire, une jolie fille, un lion qui louche et une guenon qui grimace… le tout, sur fond de brousse africaine. Plongée dans l'univers de la série télévisée qui sensibilise aussi à l'environnent.

Diffusée dans les années 60, la série télévisée Daktari a fait naître des vocations de médecin des animaux. Aujourd’hui, il existe même un Daktari Bush School & Wildlife Orphanage en Afrique du Sud !

Un lion qui louche, c’est comme la fourmi de 18 mètres dans le poème de Robert Desnos : normalement, ça n’existe pas. Et pourtant, si ! Il est même le héros d’une série télévisée, « Daktari », dont le thème musical sur fond ­d’instruments africains « Daktariiii ! » est ­devenu un madeleine de Proust pour les ­enfants de la télé biberonnés au petit écran dans les années 60. Il s’appelle Clarence, et il ­partage la vedette avec Judy, une ­guenon aussi drôle qu’impertinente.

En langue swahili, daktari signifie « docteur » ou « guérisseur ». Le titre désigne le personnage principal, le docteur Marsh Tracy, un vétérinaire venu s’installer en terre africaine pour s’occuper d’un centre d’études du ­comportement animal. En compagnie de sa fille, Paula, et de deux assistants, Jack et Mike, le docteur Tracy ne se contente pas d’étudier les ­animaux. Il veille sur leur sécurité et les protège contre les braconniers ou les ­amateurs de safaris. La série s’inspire de personnages réels : le vétérinaire néerlandais Antonie Marinus Harthoorn et sa femme autrichienne, Susanne Hart. Dans les années 60, le couple s’était installé en Afrique de l’Est afin de protéger la nature et les populations locales. A Nairobi, capitale du Kenya, ­Harthoorn avait créé un orphelinat destiné aux animaux. En récompense de son action en faveur de la faune et de la flore locales, la population lui avait ­décerné l’appellation ­honorifique de ­­­­« Daktari ». Le rôle joué par le couple dans la vraie vie, en particulier celui de Susanne, servira de modèle et d’inspiration pour un film sorti en 1965, Clarence, le lion qui louchait. Lequel fera office de ­pilote pour la série « Daktari », diffusée sur les écrans américains de 1966 à 1969, avant d’être proposée, cette même année, à la ­télévision ­française.

Clarence, le lion qui louche, et Cheryl Miller, qui incarne Paula, la fille du Dr Tracy, sont deux des personnages principaux de la série « Daktari ».
Clarence, le lion qui louche, et Cheryl Miller, qui incarne Paula, la fille du Dr Tracy, sont deux des personnages principaux de la série « Daktari ». DR

Fiche technique

  • Créateurs de la série : Ivan Tors et Art Arthur.
  • Diffusion : CBS.
  • Nombre d’épisodes : 89 x 49 minutes (4 saisons).
  • Diffusion aux États-Unis : de janvier 1966 à janvier 1969.
  • Lieux de tournage : Afrique, États-Unis (Californie, scènes en extérieur) et Greenwich Studios (Floride, scènes d’intérieur).
  • Première diffusion en France : août 1969.

Pour les ­téléspectateurs qui n’avaient pas la chance de connaître le continent africain – soit, a priori, l’écrasante majorité –, le décor sentait bon la brousse et l’aventure, avec ses ­boucliers et ses masques tribaux accrochés sur les murs de la maison des Tracy. ­Pourtant, les scènes en extérieur n’ont pas été tournées en Afrique mais… aux États-Unis, dans le décor d’un parc animalier établi dans les environs de Los ­Angeles, et ­appartenant à Ralph Helfer, un célèbre dresseur. Après tout, peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse de l’exotisme : « Daktari » faisait voyager et donnait l’illusion du dépaysement. Mais si les rôles principaux étaient joués par des acteurs, les véritables vedettes étaient bel et bien des animaux : ­Clarence le loucheur et Judy la blagueuse. L’utilisation d’une ­caméra subjective renforçait l’effet de réel en donnant l’impression au téléspectateur qu’il voyait par les yeux de Clarence. Ce lion à l’allure de gros nounours avait un strabisme aussi ­remarquable que sa sérénité était zen.

Principaux personnages

  • Clarence et Judy : eux-mêmes !
  • Dr. Marsh Tracy : Marshall Thompson.
  • Paula Tracy : Cheryl Miller.
  • Jack Dane : Yale Summers.
  • Mike Makula : Hari Rhodes.
  • Hedley : Hedley Mattingly.

Daktari sensibilise à l’environnement

L’influence de « Daktari » donnera naissance, en 1969, à une série australienne intitulée ­Woobinda, Animal Doctor. Elle mettait en scène un vétérinaire assisté de sa fille qui ­s’occupaient d’animaux sauvages dans la brousse australienne. Même une association, nommée Daktari Bush School & Orphanage, en hommage à la série, a été créée en Afrique du Sud, en 2006, pour sensibiliser les enfants à l’importance de l’environnement et de la ­protection des animaux sauvages. Il arrive ­parfois que la réalité rattrape la fiction…

 

The good concept store A découvrir dans le concept store