Getty Images pour Rolex
Montres et horlogerie

Retour sur le quarantième anniversaire des Rolex Awards

Connue du grand public pour ses montres, Rolex s'affirme depuis plusieurs années comme l'un des acteurs les plus pointus du soutien à l'innovation d'entreprise. L'horloger fêtait en novembre dernier, à Los Angeles, le 40e anniversaire d'un programme résolument humanitaire.

Ce soir de novembre, le mythique Dolby Theater de Los Angeles accueillait des ­acteurs d’un genre très nouveau. A l’occasion du ­­­40e anniversaire de la remise des Rolex Awards For Enterprise, Conor Walsh, jeune génie irlandais à l’origine d’un exosquelette potentiellement révolutionnaire pour les victimes d’AVC, prenait la pause aux côtés d’Andrew Bastawrous, un chirurgien ­ophtalmologiste de 36 ans tout simplement en passe de permettre à des millions de ­démunis de recouvrer la vue. Au total, dix héros discrets, visiblement plus rompus aux terrains escarpés et autres paillasses de laboratoire qu’à l’exercice du photocall version black tie.

Rolex Awards Ceremony à Los Angeles en novembre dernier.
Rolex Awards Ceremony à Los Angeles en novembre dernier. Getty Images pour Rolex

Ils s’étaient donné rendez-vous sur le mythique tapis rouge ­hollywoodien pour rejoindre leurs pairs – 130 lauréats depuis la création du prix en 1976 –, à l’occasion de cette soirée un peu particulière au cours de laquelle ils allaient être officiellement intronisés au sein de la grande famille Rolex. Lieu féerique, scénographie tirée au cordeau, grands crus millésimés pour invités de marque – nul autre que James Cameron comme maître de cérémonie –, l’horloger, presque trop fidèle à son image bling diraient certains grincheux, n’avait naturellement pas lésiné sur les moyens pour accueillir sa ­promotion 2016, profitant de l’occasion pour réunir plus de 500 fidèles, anciens jurés ou lauréats venus du monde entier pour célébrer ces Rolex Awards For Enterprise, nés de la volonté du fondateur, Hans Wilsdorf himself, en 1976.

En chiffres

  • 100 000 CHF pour chaque lauréat.
  • 50 000 CHF pour chaque jeune lauréat.
  • 33 000 candidats depuis le lancement du programme, en 1976, issus de 190 pays
  • 138 experts jurés.
  • 140 lauréats / projets récompensés et soutenus depuis 1976.
  • 17 écosystèmes et 23 espèces en voie de disparition protégés.
  • 13 expéditions menées.
  • 27 technologies inventées.

 Une philanthropie à la précision horlogère

Pourtant, au-delà du scintillement des ­paillettes se joue une tout autre partition, alliage subtil de précision et d’authenticité, écrite en chœur par une incroyable communauté de makers – spéléologues, microbiologistes, linguistes, défenseurs de la faune locale –, minutieusement choisis et fédérés par et pour Rolex, autour d’un même leitmotiv : « Everyone can change everything. » Outre leur ambitieux Programme de mentorat artistique dédié à l’art et à la culture, les Rolex Awards For Enterprise se révèlent être bien plus qu’un traditionnel coup de com, tant la rigueur de leur mécanisme et la portée de leur action sont grandes. « Difficile d’en attendre moins de la part du roi de la précision », s’en amuse un ancien lauréat.

La stratégie ? « Les candidats sont issus de tous horizons et de tous pays, et nous misons sur ces pionniers qui croient en la capacité de l’individu à changer la société – et le monde », résume Bertrand Gros, le président du conseil d’administration. En clair ? Peu de nominés, entre cinq et dix tous les deux ans, sélectionnés par un cortège d’experts indépendants à l’aura internationale. Les candidats sont ciblés le plus minutieusement possible pour optimiser la portée de leurs actions, à la façon d’un battement d’aile de papillon. Les 130 projets soutenus et financés par Rolex dans différents domaines tels que la science, l’innovation, ou encore, l’environnement, auraient déjà indirectement profité « à plus de 5 millions d’individus dans le monde », ­rapporte Rebecca Irvin, la directrice de la ­philanthropie à ­l’Institut Rolex.

Autre ­spécificité : ­l’accompagnement individuel dans la durée pour donner à chaque idée toutes les chances d’aboutir. « En investissant dans leurs projets, la marque assure à ces pionniers financement et reconnaissance internationale et, dans le même temps, leur ouvre les portes d’un réseau facilitant la communication et les échanges avec leurs pairs », précise Bertrand Gros. Une fois sélectionnés, les lauréats ­pourront toujours compter sur la marque pour les soutenir, même après la nomination de nouveaux lauréats, ce qui confère à ­l’ensemble un esprit incroyablement solidaire et « bon enfant », rapporte Pyush Tewari, vainqueur en 2012. « Deux ans après avoir obtenu mon prix, j’ai dû entreprendre un voyage d’études pour mon projet, raconte-t-il. Rolex m’a tout de suite mis en contact avec un autre lauréat expert, et a même financé le voyage. » Et d’ajouter : « Rolex fait tout pour nourrir notre communauté et pour nous encourager à nous soutenir les uns les autres, car l’union fait la force. » Les inscriptions pour l’édition 2018 sont d’ores et déjà ouvertes et seront ­clôturées le 30 juin prochain. Alors, vous aussi vous êtes prêts à changer le monde ?

3 questions à Rebecca Irvin

Directrice de la philanthropie à l’Institut Rolex.

Rebecca Irvin

The Good Life : Les Rolex Awards célèbrent leur 40 e anniversaire. Quelle en a été la genèse ?
Rebecca Irvin : Rolex a toujours fait de l’excellence sa priorité. En 1927, la Rolex Oyster – première montre-bracelet étanche au monde – était confiée à une jeune Anglaise lors de sa traversée de la Manche à la nage. En 1933, elle survolait l’Everest en avion, et en 1953, elle accompagnait une expédition himalayenne, dont deux membres – sir Edmund Hillary
et Tensing Norgay – ont été les premiers à atteindre le sommet de l’Everest. En 1976, à l’occasion des 50 ans de cette montre iconique et en l’honneur du fondateur de Rolex, Hans Wilsdorf, le directeur général André J. Heiniger a créé les prix Rolex à l’esprit d’entreprise, l’un des premiers programmes philanthropiques institutionnels.

TGL : Depuis, le succès ne s’est pas démenti. Cette année, vous avez reçu plus de 2 000 candidatures pour seulement 10 victoires à la clé. Une sélection drastique…
R. I. : En effet, le processus dure plus d’un an au total. Concrètement, notre équipe opère une première sélection des dossiers, puis les transmet à un panel d’experts internationaux indépendants qui les étudient attentivement. Les finalistes font ensuite le déplacement jusqu’à Genève pour soumettre leur projet devant un jury international. J’en profite pour signaler que les candidatures sont d’ores et déjà ouvertes pour l’édition 2018 et se clôtureront le 30 juin prochain.

TGL : La plupart des anciens lauréats réunis pour l’occasion parlent des Rolex Awards comme d’un véritable « life changer ». Qu’est-ce qui fait la spécificité d’un prix comme celui-ci alors que les prix corporate se multiplient ?
R. I. : Avant tout, je dirais que nous nous démarquons par notre constance. Depuis quarante ans, nous travaillons avec des jurys d’experts bénévoles particulièrement reconnus dans leur domaine respectif, qui nous permettent de repérer très tôt les perles rares qui feront la différence demain. Autre élément spécifique à ce prix : au‑delà de la dotation financière qui aide nos lauréats à concrétiser leur projet, nous mettons à leur disposition tous nos moyens de communication afin qu’ils bénéficient d’une vitrine à l’international.

The Good Spots Destination Suisse

The good concept store A découvrir dans le concept store