DR
The Good High-Tech

Hasselblad X1D :
L’appareil photo pour amateurs éclairés

Les passionnés de photo le savent : quand on se soucie vraiment de qualité de ses clichés, la taille du capteur de l’appareil est déterminante. The Good Life a pu tester le X1D, un appareil dit moyen-format, qui produit des images extraordinaires sans la complexité des boîtiers professionnels.

Dotés de capteurs photo de plus en plus performants, les smartphones ont quasiment annihilé le marché de l’appareil photo bas et moyen de gamme. Néanmoins, ils sont loin d’être la panacée… Profondeur de champ anémique, mauvaise gestion des contrastes et de la lumière en général, absence de vrai zoom, bruit numérique omniprésent dès que la scène est sombre… Autant de problèmes qui frustrent les amateurs de photographie. A la source de ces limitations, il y a le capteur, de taille forcément réduite pour se loger dans des smartphones toujours plus fins.

Avec ses 50 Mpx, le X1D ne craint pas cette concurrence car il boxe dans une autre catégorie. Là où le capteur de l’iPhone 7 Plus, l’un des meilleurs « photophones », mesure 8 x 8 mm, celui du Hasselblad X1D affiche 43,8 x 32,9 mm, soit encore plus que les 24 x 36 des reflex argentiques d’antan ! En pratique, cela donne des photos où l’on peut réellement maîtriser la profondeur de champ, où les détails sont bien présents et les couleurs réalistes.

Prise en main en quatre points.

L’appareil photo Hasselblad X1D.
L’appareil photo Hasselblad X1D. DR

Design et prise en main de l’appareil photo Hasselblad X1D

L’ex-CEO de Hasselblad avait pris Apple comme modèle et cela se ressent dans le design du X1D. Les courbes sont pures et les matériaux de qualité, le tout avec une ergonomie exemplaire. Avec sa poignée creusée pour la main droite, la préhension est parfaite. Les mollettes qui pilotent ouverture et vitesse sont bien placées et tombent facilement sous le doigt, ce qui permet d’adapter rapidement le couple. Loin d’être un handicap, son poids (près d’1 kg avec un objectif) permet de mieux stabiliser l’appareil quand le temps d’exposition est un peu long. Que ce soit sur l’écran tactile ou dans le viseur optique (un bonheur quand on photographie en pleine lumière…), l’interface graphique est très claire et l’on retrouve vite ses réglages. Quant à l’encombrement réduit, cela lui permet d’être transporté facilement dans une sacoche classique.

L’interface graphique.
L’interface graphique. DR

La prise de vue

Oubliez les modes tout automatiques, cet appareil photo révèle sa pleine puissance quand on l’utilise en mode manuel. Heureusement, un certain nombre d’options facilitent la tâche aux néophytes. Ainsi contrairement aux reflex traditionnels, le viseur électronique affiche l’image telle qu’elle sera capturée. Impossible dans ces conditions de prendre une image sous- ou surexposée, voire floue. Le X1D bénéficie en plus du focus peaking, une technologie qui colorie en rose les parties de l’image qui seront nettes. Une aide plus que précieuse !

Le traitement des images 

Quand on prend de si belles photos, il faut les retravailler ! Il est donc conseillé de laisser le X1D prendre des fichiers bruts (dits RAW) que l’on peut ensuite modifier grâce à un logiciel adapté (comme Lightroom). C’est ainsi que l’on tire le meilleur parti de ses clichés : en révélant des détails dans les zones sombres ou brûlées, en améliorant le piqué, boostant certaines couleurs sans dénaturer l’ensemble…

Sous toutes les coutures…
Sous toutes les coutures… DR

Un regret…

Comparé à un boîtier reflex, le X1D est extrêmement lent au démarrage (de l’ordre de 7 secondes), ce qui contraint à le laisser allumé… au détriment de l’autonomie.

Hasselblad X1D, 7 900 € (HT) auxquels il faut ajouter 1 900 € (HT) pour l’objectif 45 mm et 2 300 € pour le 90 mm.
Hasselblad X1D, 7 900 € (HT) auxquels il faut ajouter 1 900 € (HT) pour l’objectif 45 mm et 2 300 € pour le 90 mm. DR

Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store