En supprimant d’un coup les plus gros billets de banque en circulation dans le pays, le gouvernement Modi a créé la panique. Fin 2016, le marché de l’or a fortement baissé, mais il semble retrouver peu à peu son rythme de croisière.

Inde, fendre la foule de Zaveri Bazaar est exténuant. À l’ombre du grand minaret de Jama Masjid, l’une des mosquées les plus fréquentées de Bombay, piétons, bicyclettes, scooters et porteurs forment une fourmilière indescriptible.

Le quartier compte sept mille échoppes et trente mille artisans. C’est le plus grand marché de l’or en Inde : le long de Sheikh Memon Street et dans les ruelles avoisinantes s’effectuent les deux tiers des échanges du métal précieux du pays. Les mafieux viennent y blanchir leur argent, quelques touristes osent parfois s’y aventurer. Mais surtout, hindous et musulmans s’y bousculent pour acheter les bijoux qui assureront le faste d’un mariage ou d’une naissance, ou la réussite de Diwali, la fête des Lumières. Sur place, tout a l’air normal. Les clients font la queue devant les vitrines où s’alignent les parures, les femmes se pressent devant les miroirs, des liasses de billets passent discrètement de main en main…

L’Inde est le deuxième pays consommateur d’or du monde, depuis que la Chine l’a détrônée en 2013. Selon le Conseil mondial de l’or, elle représentait 19 % de la demande planétaire de pièces et de lingots en 2015, et 28 % de la demande de joaillerie. Pourtant, le pays vient de subir un choc monétaire historique ; Zaveri Bazaar a bien cru que sa dernière heure était arrivée. Le 8 novembre 2016, un peu avant 20 heures, le Premier ministre Narendra Modi est apparu à la télévision pour annoncer à ses concitoyens que les billets de 500 et de 1 000 roupies (7 et 14 euros) n’auraient plus cours à compter de minuit. Objectif affiché : porter un coup sans précédent à l’économie souterraine en faisant disparaître l’argent sale comme par enchantement, tenter d’assécher les circuits de corruption et mettre fin à la fraude fiscale.

 

L’art de la débrouille en Inde

En quelques heures à peine, 86 % de l’argent liquide en circulation en Inde s’est trouvé démonétisé. Les marchands et les investisseurs ont eu des sueurs froides. Car en Inde, neuf transactions sur dix s’effectuaient jusqu’alors en cash et les achats d’or n’échappaient pas à la règle. Ce soir-là, les Indiens ont montré une fois encore qu’ils sont les rois de la débrouille, ce que la langue hindi désigne sous le terme de jugaad. Des milliers de gens se sont précipités à la gare pour acheter des billets de train avec les petites coupures en passe de perdre leur valeur. Passé minuit, ils n’avaient plus qu’à repasser au guichet pour annuler leur réservation et en demander le remboursement… en nouvelles coupures fraîchement imprimées.

Pendant soixante‑douze heures, l’Indian Railways, l’entreprise publique qui exploite le réseau ferroviaire en Inde, a donc joué au banquier, jusqu’à ce que les autorités comprennent la manœuvre et interdisent les annulations de billets de train. À Zaveri Bazaar, la nuit du 8 au 9 novembre restera dans les annales. Ceux qui n’avaient pas pensé à se rendre à la gare ont couru, dans la panique, chez les marchands d’or, histoire d’écouler leurs billets de 500 et de 1 000 roupies. Entre 20 heures et 3 heures, estimera plus tard l’India Bullion & Jewellers Association, 15 tonnes d’or et de lingots ont été écoulées dans tout le pays, pour un montant d’environ 50 milliards de roupies (700 millions d’euros). Cela représente plus de 20 % des quantités vendues normalement en un mois.

En Inde, le 8 novembre dernier, le Premier ministre Narendra Modi annonçait que les billets de 500 et de 1 000 roupies n’auraient plus cours le jour même, dès minuit.
En Inde, le 8 novembre dernier, le Premier ministre Narendra Modi annonçait que les billets de 500 et de 1 000 roupies n’auraient plus cours le jour même, dès minuit. the-asahi-shimbun / Getty Images

Si le marché de Bombay est stratégique, près de la moitié des ventes de cette nuit-là ont été enregistrées en réalité à Delhi et dans l’Etat du Pendjab, où les riches familles de confession sikh sont parmi les plus grosses consommatrices du métal jaune. Pris de court par l’annonce de Narendra Modi, un millier des 400 000 joailliers que compte l’Inde ont bien voulu travailler jusqu’à potron-minet, en acceptant les vieilles coupures. Les autres ont refusé de céder leur stock à la va-vite, ignorant quelles pourraient être les représailles. De fait, à Bombay, les contrôleurs du fisc n’ont pas tardé à débarquer toutes sirènes hurlantes dans la fourmilière de Zaveri Bazaar.

À partir du 11 novembre, ils ont effectué des descentes chez tous les marchands d’or qui s’étaient permis de rester ouverts après minuit, l’heure habituelle de fermeture. Selon le service de collecte de l’impôt sur le revenu, 1 milliard de roupies (14 millions d’euros) auraient changé de main de manière illégale rien que dans la capitale financière de l’Inde. Installés au milieu de Sheikh Memon Street, les frères Ramesh et Ashok Shah ont le sentiment de revenir de loin. Leur enseigne, CM Gold, était fermée le soir du 8 novembre. Mais dans les semaines qui ont suivi, disent-ils, « les clients ont disparu et les prix ont dégringolé, c’était la catastrophe ». Depuis février, l’activité a lentement repris son cours. Les Indiens ont à nouveau de l’argent en poche et reviennent acheter de l’or. « Notre seul souci, c’est le prix, qui est devenu totalement instable, déplorent Ramesh et Ashok. Chaque jour, le cours de l’or monte et descend à toute vitesse, ce qui complique nos affaires… »

De graves conséquences pour les PME

Il faut dire qu’après l’opération démonéti­sation, qui s’est traduite par la disparition soudaine de 24 milliards de billets de banque, une rumeur folle a couru sur les marchés. On entendait dire que le gouvernement allait stopper les importations d’or pour au moins cinq mois, afin d’empêcher les joailliers de vendre bagues, bracelets et colliers à des clients qui ne seraient en possession que des anciennes coupures, moyennant le versement d’une commission.

Le fisc a découvert que certaines boutiques réclamaient des primes allant jusqu’à 50 % en échange d’un règlement en devise démonétisée. En tout état de cause, ce stratagème n’a pu fonctionner que deux mois à peine. Narendra Modi avait en effet donné à la population jusqu’au 30 décembre pour ­restituer à la banque les vieux billets de 500 et de 1 000 roupies. En échange, de nouvelles coupures de 500 et de 2 000 roupies (7 et 28 euros) étaient censées être ­distribuées, mais elles l’ont été au compte-gouttes, la planche à billets ayant été mise en route très tardivement. La Reserve Bank of India n’a été mise dans le ­secret qu’au dernier moment, afin d’éviter les fuites qui auraient permis aux fraudeurs ­cachant des liasses dans des placards ou dans des coffres de voiture, de se débarrasser par anticipation de leur encombrante monnaie fiduciaire.

Pour le citoyen ordinaire, les derniers mois ont été extrêmement difficiles. Pendant plusieurs semaines, les retraits d’argent dans les distributeurs automatiques ont été plafonnés à 2 000 roupies ­par jour (28 euros), et à 24 000 roupies par semaine (338 euros) aux guichets des banques. Faute de pouvoir payer leurs employés, des centaines de milliers de petites entreprises ont mis la clé sous la porte. Dans l’immobilier, qui brasse énormément d’argent, les chantiers ont été suspendus. L’industrie a détruit, dans certains secteurs comme le textile, jusqu’à 60 % de ses postes. À la mi-janvier, le ministre des Finances, Arun Jaitley, a fait savoir que la moitié seulement de la monnaie jetée à la poubelle (15 440 milliards de roupies, soit 218 milliards d’euros) avait été réinjectée sous forme de nouvelles coupures. Et c’est seulement depuis le 13 mars que les limites de retrait ont été levées.

Fondée en 1864, la vénérable maison Tribhovandas Bhimji Zaveri est installéedans le Zaveri Bazaar, le plus grand marché d’or en Inde.
Fondée en 1864, la vénérable maison Tribhovandas Bhimji Zaveri est installée
dans le Zaveri Bazaar, le plus grand marché d’or en Inde. Mint / Getty Images

Dans ces conditions, la demande d’or a fortement chuté en novembre, décembre, janvier et février. Résultat : les prix ont atteint des niveaux extrê­mement bas, ­passant ainsi sous la barre des 27 000 roupies les 10 grammes (380 euros) sur le marché des lingots. À Zaveri Bazaar, la vénérable maison Tribhovandas Bhimji Zaveri, fondée en 1864, proposait, durant l’hiver, des bijoux de 22 carats à 1 912 roupies le gramme (27 euros). « Tout va bien ! Il suffit de voir le nombre de clients qui se battent au comptoir, prétend aujourd’hui un manager qui réclame l’anonymat. On a connu un grand vide aussitôt après le 8 novembre, mais l’argent circule à nouveau dans le pays et la situation est en ­train de redevenir normale. » Le pire est certainement passé, mais la facture de la démonétisation est d’ores et déjà élevée.

D’après les calculs du Conseil mondial de l’or, l’année 2016 s’est soldée par un recul de 21 % du commerce de l’or en Inde, avec 675 tonnes vendues contre 800 au cours d’une année normale.

Les ventes de bijoux ont été limitées à 514 tonnes, contre 662 en 2015, ce qui s’est traduit par une baisse de 12 % en valeur, avec un volume total de transactions de 1 388 milliards de roupies (19,6 milliards d’euros). Les professionnels parient néanmoins sur une reprise rapide. D’abord, parce que les généreuses pluies de la mousson 2016 améliorent le pouvoir d’achat dans les campagnes, où s’écoulent 88 % des bijoux en or achetés en guise d’épargne. Ensuite, parce qu’une TVA unifiée – la Goods and Services Tax (GST) – entrera en vigueur cet été, simplifiant la circulation des marchandises entre les ­différentes régions du pays. Cette GST devrait frapper le métal jaune au taux de 4 % et entraîner une baisse significative de l’actuelle taxe de 10 % à l’importation. Enfin, parce que la démonétisation incite la population à utiliser le chéquier, la carte de crédit ainsi que le porte-monnaie électronique. « On n’a plus beaucoup de clients qui arrivent avec des valises de billets », confirment les frères Shah. D’ici à 2020, parie le Conseil mondial de l’or, l’Inde devrait arriver à un niveau de consommation annuel d’or de l’ordre de 900 tonnes.

Thématiques associées

The Good Spots Destination Inde

The good concept store A découvrir dans le concept store