Ils ne sont pas très nombreux, mais ils ne reculent devant aucun saut créatif pour faire avancer la cause du (Dutch) design…

Artifort (@artifort_furniture)
Le nom d’Artifort est indissociable de celui de Pierre Paulin. Et réciproquement. C’est en effet l’expertise du travail des mousses de cette entreprise basée à Maastricht qui a permis au futur designer des salons élyséens de développer, dans les années 60, ses fauteuils monoblocs houssés de jersey Stretch : Tongue, Ribbon, Tulip, Mushroom, Concorde… Parallèlement au contract qui constitue son cœur de métier, Artifort a su surfer avec un opportunisme légitime sur le revival Paulin et réédite, depuis quelques années, les sièges qui n’étaient plus en production. Parmi les collaborations récentes, il faut citer Patrick Norguet (fauteuil Apollo) ou, tout récemment, Ilse Crawford/Studioilse (tabouret Pershing).

Fauteuil « Mushroom », design Pierre Paulin, Artifort.
Fauteuil « Mushroom », design Pierre Paulin, Artifort. DR

 

De Vorm (@de_vorm)
Fondé en 2007, De Vorm fait souffler un vent anticonformiste sur le mobilier de bureau, qui ne peut que plaire à la génération Y, en quête de sièges confortables, mais non statutaires. Sorte de croisement improbable entre le mythique fauteuil en rotin à haut dossier d’Emmanuelle et les chaises en fibre de verre des Eames, l’inclassable siège Pod en PET moulé, créé par le designer britannique Benjamin Hubert, est un véritable kit de survie pour open space. La marque communique de façon disruptive à travers les « Pod Sessions », de courtes interviews – développées en partenariat avec la conférence néerlandaise de design prospectif What Design Can Do – des créatifs les plus pointus de la planète, installés dans des fauteuils Pod, bien entendu.

 

Droog (@droogdesign)
C’est « le » label qui a propulsé le Dutch Design sur la scène internationale et qui a contribué, en pionnier, à faire connaître les noms d’Hella Jongerius, de Marcel Wanders ou de Jurgen Bey. En exposant en off du Salon du meuble de Milan de 1993 les projets conceptuels d’étudiants de la Design Academy Eindhoven sous la bannière Droog, Gijs Bakker et Renny Ramakers ont jeté un pavé dans la mare du postmodernisme kitsch de Memphis, comme du minimalisme qui lui faisait suite. Résultat ? Le Chest of Drawers, de Tejo Remy, et la Knotted Chair, de Marcel Wanders, sont aujourd’hui au MoMA. Par la suite, le label n’a pas toujours résisté à la tentation du gadget conceptuel, bien éloigné de la remise en question de la surenchère consumériste de ses débuts. Gijs Bakker a donc quitté l’aventure en 2009 sur fond de divergences stratégiques. Cela n’a pas empêché Droog de créer le buzz à Milan, en 2005, avec Construct Me!, une inédite mais modeste collection de vis, d’écrous, de clous et de charnières revisités.

Chaise « Knotted Chair », design Marcel Wanders, Droog.
Chaise « Knotted Chair », design Marcel Wanders, Droog. DR

Thématiques associées

The good concept store A découvrir dans le concept store