Au sol comme dans les airs, c'est la surenchère : les compagnies n’en finissent pas de revoir leurs offres pour proposer toujours plus et encore mieux. Que se passe-t-il dans les ciels du monde ?

IATA – International

En 2017, l’industrie aérienne mondiale devrait réaliser des bénéfices nets de 29,8 Mds $ selon les prévisions de l’Association internationale du transport aérien (IATA) annoncées en décembre dernier. 2017 devrait être la huitième année consécutive de rentabilité globale des compagnies aériennes. Malgré la hausse du prix du pétrole, celles-ci obtiendraient, en moyenne, 7,54 $ pour chaque passager transporté. Preuve que la mobilité continue de progresser, IATA prévoit 4 Mds de voyageurs aériens dans le monde cette année. Elle pointe cependant du doigt certaines barrières gouvernementales avec 60 % de pays demandant des visas.

L’aéroport de Pékin, un hub international.
L’aéroport de Pékin, un hub international. Tim Griffith - Arcaid Images - Getty Images

www.iata.org



Air Canada – Canada

Le vent souffle dans les arbres de l’aéroport Montréal-Trudeau, du moins dans le salon Feuille d’érable d’Air Canada. Entièrement revampé en décembre 2016, celui-ci offre un dernier clin d’œil à la nature locale avant l’envol vers d’autres contrées. Ici, un plafond végétal offre l’illusion d’une canopée forestière. Là, des pièces en céramique, signées de l’artiste québécoise Pascale Girardin, imitent le bruissement du feuillage au milieu de photos de voyage. Loin de l’agitation des aéroports, tout le confort est là (coin repas avec chef, douches au sol chauffant, espaces privés…) comme dans le salon de Newark, récemment ouvert. Ce vent nouveau s’accompagne d’ailleurs de six nouvelles liaisons vers les États-Unis depuis le Canada. L’intérêt, pour qui vient d’Europe ? Le passage des douanes américaines se fait sur le sol canadien, autant dire un précieux gain de temps en matière de procédures !

Le Salon Feuille d’érable d’Air Canada.
Le Salon Feuille d’érable d’Air Canada. DR

www.aircanada.com

 

Boom – États-Unis

Paris – New York en moins de 3 h 30, c’est pour bientôt ? Boom, une start-up américaine basée à Denver, travaille à relancer les avions supersoniques. En novembre 2016, elle présentait un premier prototype de son appareil XB-1, dont le premier vol de test aura lieu à la fin de cette année. Les vols commerciaux sont quant à eux envisagés pour le début des années 2020. Si le Concorde volait déjà à une vitesse Mach 2, l’avion de Boom devrait atteindre une vitesse Mach 2,2, soit environ 2,6 fois de plus que les avions de ligne. Il transportera 45 passagers, contre une centaine pour son ancêtre (dont le dernier vol remonte à 2003). Pour avoir le privilège de voyager dans les airs à 2 235 km/h, il faudra débourser 5 000 $. De quoi largement concurrencer les premières classes des autres compagnies aériennes… On a hâte de voir si cela ira au bout !

Boom, une start-up américaine basée à Denver, travaille à relancer les avions supersoniques.
Boom, une start-up américaine basée à Denver, travaille à relancer les avions supersoniques. DR

www.boomsupersonic.com

The good concept store A découvrir dans le concept store