Ils font décoller, au propre comme au figuré, leur compagnie et inventent le ciel de demain. Ça plane pour Jean-Pierre Clamadieu, Marc Rochet, Philippe Petitcolin et Pascal de Izaguirre…

Philippe Petitcolin, le faux intérimaire de Safran

Il devait être un simple directeur de transition, quand, la soixantaine élégante, il exprima, lors du départ de Jean-Paul Herteman, sa volonté d’assurer, pour trois ans, la continuité à la tête de Safran. Et les observateurs avisés de l’enfermer un peu vite dans ce statut de simple remplaçant, dans l’attente qu’Olivier Andriès, alors directeur général de Safran Aircraft Engine (ex‑Snecma), prenne la tête du géant aéronautique. Lequel ne cesse de monter en puissance, notamment aux États-Unis, où il a signé un partenariat avec General Electric. Mais à peine Philippe Petitcolin venait-il de s’installer dans son fauteuil de directeur général, en avril 2015, qu’il faisait souffler un vent révolutionnaire, via une intégration à l’anglo-saxonne de toutes ses filiales. Exit les prestigieux labels Snecma, Turbomeca, Bugatti, etc., désormais fédérés sous l’unique marque Safran. « Une simplification nécessaire pour affronter l’avenir ! » assure Philippe Petitcolin. Et ce mathématicien diplômé du Centre de perfectionnement aux affaires de signaler in petto que « Littlefish » – c’est ainsi qu’on le surnomme – pourrait bien se révéler être… un gros poisson.

Philippe Petitcolin.
Philippe Petitcolin. DR

The good concept store A découvrir dans le concept store