Tourismusverband Starnberger Fünf-Seen-Land

Starnberg : le Land pour millionnaires allemands low profile

Rien d'étonnant à ce que le Land le plus riche d'Allemagne abrite son lot de millionnaires. Ce qui est étonnant, en revanche, c'est qu'ils soient, pour la plupart, concentrés dans de petits villages bordant un lac qui n'apparaît sur aucune carte des magazines people. Plus low profile, tu meurs !

Un immobilier qui vaut de l’or

« Avec 1,7 million d’euros, vous aurez vraiment du mal à trouver une maison particulière sur la rive ouest du lac, la plus prisée, prévient ­Michaela Bilmoser, de l’agence Engel & Völ­kers. Et n’espérez pas avoir une vue sur l’eau, car de tels biens valent au moins 20 % plus cher. Les prix ne cessent de grimper. Ils ont doublé en moins de dix ans. On pensait que la hausse allait se calmer, mais ce n’est pas le cas. » Un ponton privé sur le lac coûte environ 1 million d’euros. Et vous pouvez ajouter la même somme si vous souhaitez un petit hangar en bois pour protéger votre bateau. Mais l’argent ne fait pas tout, car les biens ­d’exception sont rares. Les vendeurs n’hésitent pas, en effet, à jouer la montre pour faire monter les enchères. « Ils ne sont pas pressés, car la maison qu’ils possèdent ici est souvent leur seconde, voire leur troisième résidence, explique Michaela Bilmoser. Beaucoup de biens sont également vides, mais leurs propriétaires savent que plus ils attendront, plus les prix monteront. Ils patientent donc en espérant qu’une offre suffisamment alléchante leur soit faite. » Pourquoi alors ne pas acheter un terrain constructible ? « Ils sont encore plus difficiles à trouver que les maisons ! » s’exclame, du tac au tac, l’agent immobilier.

Starnberg : un environnement jalousement préservé

Les mairies de l’arrondissement veulent éviter à tout prix que leur petit paradis bavarois se transforme en un zoo de milliardaires irrespectueux et tout-puissants. Les mégayachts, les vedettes survitaminées et les jet-skis n’ont pas le droit de naviguer sur ce lac de 20 km de longueur sur 5 km de largeur. Dans certaines communes, la moitié des terrains sont inconstructibles, car ils sont soumis à une loi sur la protection de la nature et de l’environnement. Le lac manque également d’hôtels de luxe, mais les résidents se lancent dans une guerre de tranchées sans merci dès qu’un projet est regardé de près par une mairie. Il y a quelques années, à Starnberg, un promoteur a dû se résigner à bâtir un 4-étoiles loin des rives du lac. Ce conservatisme typiquement bavarois permet à cette région de garder un charme sans égal. Aucune résidence privée n’empêche les promeneurs et les cyclistes de faire le tour de cette belle étendue d’eau qui offre une vue magnifique sur les Alpes. Aucune vilaine tour ni aucun complexe hôtelier ne viennent polluer ce ­paysage verdoyant, ­recouvert de neige en hiver. Des espaces verts permettent aux particuliers de s’allonger au soleil avant de se baigner dans le lac. Les ­Munichois sont très nombreux à prendre le train pour quitter le tumulte de leur ville et se retrouver, au bout d’une trentaine de minutes, dans ce havre de tranquillité. Les riches préfèrent, eux, rester derrière les hautes haies qui protègent leur résidence des regards indiscrets.

A Starnberg, même avec 1,7 M€, c’est difficile de trouver une maison sur la rive ouest du lac. Les quelques chanceux bénéficieront d’une vue sur les Alpes sensationnelle.
A Starnberg, même avec 1,7 M€, c’est difficile de trouver une maison sur la rive ouest du lac. Les quelques chanceux bénéficieront d’une vue sur les Alpes sensationnelle.

Ces millionnaires, qui travaillent souvent pour de grandes multinationales locales, comme BMW, Allianz ou Siemens, respectent tous l’adage « pour vivre heureux, vivons cachés ». Et ne leur demandez pas de s’impliquer dans la vie locale. La plupart des communes qui les accueillent vivent pourtant avec de très faibles moyens. Elles ne ­reçoivent, en effet, qu’une partie infime de l’impôt sur le revenu acquitté par leurs résidents, et les taxes sur les sociétés qui sont supposées tomber dans leur escarcelle se sont réduites comme peau de chagrin ces dernières années à cause du départ d’entreprises qui ont préféré empocher un joli pactole en revendant leurs terrains à des promoteurs immobiliers. La mairie de Tutzing, une ville sur les bords du lac particulièrement appréciée des grandes fortunes, a dû requérir une aide financière du Land de Bavière pour boucler son budget de fonctionnement. A deux reprises, la commune a envoyé un courrier à ses habitants pour leur demander des donations en faveur des travaux d’agrandissement du musée local. En trois ans, les fonctionnaires ont reçu des promesses de don d’une valeur totale de… 7 000 euros. « Si le curé a besoin d’un nouveau toit pour l’église, il récoltera 80 000 euros en une semaine », regrettait, dépité, Peter Lederer, l’ancien maire de la ville, dans un entretien accordé à l’hebdomadaire Die Zeit. Son collègue de Starnberg ne semble pas avoir eu plus de chance pour rénover sa gare.

The good concept store A découvrir dans le concept store