Tourismusverband Starnberger Fünf-Seen-Land

Starnberg : le Land pour millionnaires allemands low profile

Rien d'étonnant à ce que le Land le plus riche d'Allemagne abrite son lot de millionnaires. Ce qui est étonnant, en revanche, c'est qu'ils soient, pour la plupart, concentrés dans de petits villages bordant un lac qui n'apparaît sur aucune carte des magazines people. Plus low profile, tu meurs !

Une colonie de millionnaires

Ses quatorze communes, dont Andechs et sa célèbre abbaye, Tutzing, Inning, Herrsching, Wörthsee ou Krailling, comptent pas moins de 12,5 millionnaires pour 10 000 habitants. Avec une population locale de 132 118 rési­dents, cette circonscription compterait ainsi plus de 165 millionnaires. Toutefois, ces derniers n’aiment pas afficher leur réussite ni leur patrimoine au grand jour. Les terrasses des cafés de Starnberg ne sont pas remplies de riches héritières au nez refait et aux pommettes botoxées. Les poupées russes aux montres incrustées de diamants préfèrent toujours les sélectes stations suisses ou Kitzbühel, dans le Tyrol autrichien. Les ­Dubaïotes, qui sont nombreux à passer l’été dans la fraîcheur bavaroise, aiment mieux faire du shopping dans les boutiques de luxe de Maximilianstrasse, à Munich, que d’aller faire trempette dans le lac de Starnberg. Ces 58 km2 d’eau pure des Alpes ont toujours fait la joie des grandes familles bavaroises.

La villa Royale Casino, que le roi Louis II de Bavière s’est fait construire dans l’Ile aux Roses, seule île du Lac de Starnberg, havre de tranquillité et de romantisme acquis en 1850 par son père, Maximilien II.
La villa Royale Casino, que le roi Louis II de Bavière s’est fait construire dans l’Ile aux Roses, seule île du Lac de Starnberg, havre de tranquillité et de romantisme acquis en 1850 par son père, Maximilien II. Tourismusverband Starnberger Fünf-Seen-Land

Les villas les plus imposantes ont été construites au XIXe siècle, après l’inauguration de la ligne ferroviaire reliant Munich à ce qui n’était alors qu’un village de pêcheurs et de fermiers. La villa royale Casino, située dans l’île aux Roses, était l’un des lieux de résidence préférés de Louis II de Bavière. Le célèbre mécène de ­Richard Wagner est mort en se noyant dans le lac de Starnberg, et les conditions exactes de sa disparition restent aujourd’hui encore très troubles. Déclaré aliéné mental, il fut « interné » le 12 juin 1886 dans son château de Berg. Le lendemain soir, son corps sans vie et celui de son psychiatre, Bernhard von Gudden, furent retrouvés dans quelques centimètres d’eau, après que les deux hommes avaient décidé de partir pour une promenade au bord du lac à l’issue de leur dîner. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer ces disparitions pour le moins étranges. L’autopsie des deux corps a montré que le praticien et son patient se seraient battus. Le roi aurait tué son médecin avant de se diriger vers le large. Ses poumons ne contenant pas d’eau, il ne serait pas mort noyé, mais plutôt d’hydrocution. Suicide, accident ou tentative d’évasion avec l’intention de rejoindre sa cousine Sissi qui se trouvait de l’autre côté du lac ? Meurtre d’un souverain gênant ? Le mystère entretient la légende et réjouit les professionnels du tourisme : chaque année, de nombreux touristes se rendent au mémorial érigé sur les lieux du décès du roi.

C’est au château de Possenhofen qu’est née l’impératrice d’Autriche Élisabeth de Wittelsbach, fille du duc Maximilien en Bavière.
C’est au château de Possenhofen qu’est née l’impératrice d’Autriche Élisabeth de Wittelsbach, fille du duc Maximilien en Bavière. DR

Starnberg n’est pas seulement un lieu macabre. C’est également là que l’impératrice Sissi est née et a vécu les années qui comptent parmi les plus belles de sa vie. Construit en 1536 par Jakob Rosenbusch, le château de Possenhofen fut racheté en 1834 par le duc Maximilien en Bavière. C’est là que ce membre de la maison de Wittelsbach éleva ses dix enfants, dont Elisabeth Amélie Eugénie, la future épouse de l’empereur d’Autriche ­François-Joseph. Cette belle demeure, qui fut acquise par le parti national socialiste en 1940, tombait presque en ruine lorsque des investisseurs locaux la rachetèrent au début des années 80, afin de la restaurer et de la transformer en appartements de luxe. Pour vivre une vie de duc, bien qu’entouré de voisins, un investisseur doit aujourd’hui débourser 920 000 euros pour un appartement de 114 m2 ou 2 275 000 euros pour un dix-pièces de 256,5 m2.

The good concept store A découvrir dans le concept store