Kensington et le West London se réveillent, notamment grâce à un nouveau hub culturel, le Design Museum qui a déménagé ici en novembre 2016. Ainsi, dans ce borough royal à la fois riche en culture, mais pas seulement, les prix de l’immobilier montent en flèche, jusqu'à 16,5 millions d'euros pour un appartement. Visite guidée avec The Good Life.

Avec ses 8 millions d’habitants et plus de 300 langues parlées, Londres est la patrie de la diversité culturelle. Si ses quartiers bobos de l’Est – Shoreditch ou Dallston en premier rang – sont les favoris pour les retrouvailles hipsters, l’Ouest de la ville se veut bien plus discret, sophistiqué et surtout onéreux. Ainsi, désireux de calme et de nature, les touristes et les millionnaires posh font du district de Kensington leur luxueuse oasis de paix. Aucune surprise donc si en novembre 2016 le nouveau Design Museum a rouvert ses portes ici, pour s’éloigner du centre de la ville, tellement trafiqué et chaotique.

Briques rouges et bâtiments victoriens font le charme de Kensington.
Briques rouges et bâtiments victoriens font le charme de Kensington.

Une nouvelle cathédrale du design s’implante à Kensington

En 1989, le brillant Sir Terence Conran fait d’un ancien entrepôt dans le quartier des Docks le QG d’un musée innovant ; à l’affiche des expositions dédiées au design du XXᵉ et XXIᵉ. Au fil du temps, un tel espace se révèle étroit et un déménagement devient nécessaire. Le choix s’oriente vers l’élégant borough royal de Kensington et Chelsea, au sein de l’ancien institut du Commonwealth. Pendant cinq ans de travaux, l’agence OMA, dirigée par le maître néerlandais Rem Koolhaas, remet à neuf ce point de repère de l’architecture de l’après-guerre, tout en triplant les dimensions originelles du musée voulu par Sir Terence Conran. Quant à l’intérieur, c’est l’anglais John Pawson qui imagine les espaces sinueux mais fonctionnels : du bois clair, du verre, as simple as that ! Au rez-de-chaussée comme au premier étage, deux galeries avec des hauts plafonds s’apprêtent à accueillir sept expositions temporaires tous les ans. Un travail d’équipe réussi aussi dans la curation, grâce aux efforts de deux co-directeurs, Alice Black et Deyan Sudjic qui réfléchissent à la relation perpétuelle entre design et futur créatif.

L’extérieur du nouveau Design Museum, chef-d’œuvre de l’agence d’architecture OMA.
L’extérieur du nouveau Design Museum, chef-d’œuvre de l’agence d’architecture OMA. Hufton+Crow

Une zone verte, dévouée à l’art et à la science depuis un moment

Aux bordures du Holland Park, le Design Museum est la dernière attraction culturelle du quartier, mais pas la seule. C’est une zone dans laquelle on tient à l’innovation scientifique et à son développement depuis la moitié du XIXᵉ siècle. Ainsi, des nombreux touristes et londoniens se déplacent jusqu’ici pour visiter le Kensington Palace et ses jardins attenants, le Victoria & Albert Museum, le musée d’histoire naturelle, le Science Museum, ou encore le Royal Albert Hall pour des spectacles de ballet, de musique classique et de projections de films. Le choix est tellement vaste ! Quant aux étudiants, les plus prometteurs sont intrigués par des universités prestigieuses, comme l’Imperial College of London. Un Museum Mile londonien tout vert, qui mérite donc une visite et une balade.

Quand la saison le permet, Holland Park est une oasis de paix. Quoi de mieux pour oublier la frénésie du centre ville ?
Quand la saison le permet, Holland Park est une oasis de paix. Quoi de mieux pour oublier la frénésie du centre ville ?

Le mobilier parait en bénéficier également 

Le Design Museum se trouve tout juste à l’entrée du Holland Park mais aussi du nouveau complexe résidentiel Holland Green. Le musée est en train de générer un nouveau trafic dans cette zone utrarésidentielle déjà riche en écoles privées, commerces et restaurants. Sami Robertson, à la tête de l’agence Knight Frank de Kensington, travaille dans le quartier depuis 13 ans et nous en dit un peu plus. « Depuis toujours les gens sont charmés par les bâtiments victoriens aux briques rouges, cela est évident. Mais au cours des dernières années, j’ai vu Kensington se transformer ; la demande dans l’immobilier a augmenté considérablement.” Comme le Design Museum, les agences misent aussi sur l’innovation, « nous offrons un nouveau concept que l’on appelle super-prime development.» C’est une sorte de package lifestyle qui comprend plusieurs services : du concierge au service voiturier, de la salle de gym à la piscine, un plus qui attire autant les Anglais que les étrangers. « Je me déplace souvent à Singapour pour faire du networking avec la clientèle asiatique. Une propriété comme Holland Green est très attractive pour ceux qui, tout en ayant déjà trois, quatre ou cinq biens dans le monde, souhaitent faire de Londres leur prochaine base.»  Alors, qui sera le chanceux prêt à investir 16,5 millions d’euros dans un appartement – actuellement en vente – de 400 m2 ? À suivre !

 

Kensington, un quartier wealthy, qui attire des investisseurs venus des quatre coins du monde.
Kensington, un quartier wealthy, qui attire des investisseurs venus des quatre coins du monde. JIM WINSLET

The good concept store A découvrir dans le concept store