Ren Hang / Courtesy Stieglitz19

Good Exhibition :
Naked/Nude par Ren Hang au FOAM, Amsterdam

Le travail du photographe chinois, décédé le 24 février dernier à 29 ans seulement, s'affiche en ce moment au FOAM. Ses clichés mêlent mise en scène et extrême naturel et l'ont propulsé très tôt sur le devant de la scène. Une exposition à ne pas manquer.

Le FOtografiemuseum AMsterdam accueille jusqu’au 12 mars les clichés de Ren Hang. Ce photographe provocateur et dépressif, nous laisse en héritage des photos de jeunes chinois, le plus souvent nus. Ils ont posé sans gêne et sans limite, accompagnés parfois d’animaux comme sur l’un de ses tirages les plus célèbres, où le visage d’un paon se fond dans celui de son modèle.

Untitled, 2016.
Untitled, 2016. Ren Hang / Courtesy Stieglitz19

Pour obtenir ce résultat, Ren Hang n’embauchait que ses amis, ou des jeunes femmes volontaires, amoureuses de son travail. Ainsi, ne transparaissait aucun sentiment de gêne de clichés pourtant ultra-subversifs. Brut de décoffrage mais empli de poésie, sans far mais terriblement expressif, très cru mais sans une once de pornographie : son style le propulse sur le devant de la scène dès 2008. Il n’entre dans aucun moule, et pour cause, il a tout appris tout seul.

Untitled, 2016.
Untitled, 2016. Ren Hang / Courtesy Stieglitz19

Plus qu’une exposition, déjà un hommage

Dépressif depuis plus de 10 ans, il tenait un journal en ligne sur son internet où il écrivait ses envies d’au-delà et cette maladie qui le rongeait. Le 24 février dernier, il met fin à ses jours à Berlin, ne laissant à ses admirateurs qu’un compte Instagram et l’intégralité de son œuvre en ligne. Tout y est daté, numéroté, méticuleusement rangé comme un testament que l’on relit et relit encore avant de partir.

Untitled, 2014.
Untitled, 2014. Ren Hang / Courtesy Stieglitz19

Depuis son suicide, les déclarations et les hommages fleurissent sur les réseaux sociaux, le plus souvent pour rappeler l’engagement de l’artiste, saluant son courage et soulignant son importance dans l’évolution amorcée des mentalités en Chine sur les tabous liés au sexe. Un rôle que Ren Hang lui-même n’a jamais revendiqué, faisant simplement ce qui lui plaisait, comme il l’expliquait à son éditeur Taschen : « c’est la politique chinoise qui veut s’introduire dans mon art, les idées politiques exprimées dans mes images n’ont rien à voir avec la Chine ».

Untitled, 2012.
Untitled, 2012. Ren Hang / Courtesy Stieglitz19

La Chine et la liberté sexuelle

Arrêté de nombreuses fois par les autorités chinoises, certaines expositions de Ren Hang ont été interdites sur le sol chinois. La police locale est allée jusqu’à bloquer l’accès à son site web. Les organes sexuels exposés sans filtre : en Chine sont considérés comme de la pornographie. Pourtant, une grande partie de ses fans, ainsi que ses modèles, sont Chinois. Preuve qu’une partie de la jeunesse du pays a besoin de briser ce tabou. Hang a été utile, même contre son gré.

Les photos de Ren Hang, exposées au FOAM depuis le 27 janvier, jusqu’au 12 mars.
Les photos de Ren Hang, exposées au FOAM depuis le 27 janvier, jusqu’au 12 mars. FOAM

Une œuvre poétique, politique et érotique qui n’en finit pas de faire le tour du monde. Si elle est aujourd’hui au FOAM, une nouvelle exposition a débuté le mardi 28 février jusqu’au 2 avril au Fotografiska de Stockholm et nul doute que galeries et musées vont se battre pour accueillir les clichés abstraits et sulfureux de Ren Hang.

Naked/Nude, Ren Hang
FOAM
Jusqu’au 12 mars.
Keizersgracht 609, Amsterdam
Tél. +31 20 551 6500
www.foam.org

The Good Spots Destination Amsterdam

The good concept store A découvrir dans le concept store