Marco Goran Romano
The Good Pills

Et si la muscade était aussi un très puissant aphrodisiaque ?

Fréquemment utilisée en cuisine, la noix de muscade faciliterait la digestion et présenterait des vertus aphrodisiaques. On sait moins qu’à haute dose la muscade possède des effets psychotropes relativement… inquiétants.

Le muscadier (Myristica fragrans), parfois surnommé l’« arbre qui saigne » en raison de sa sève colorée rose ou rouge, est un arbre aromatique provenant des forêts tropicales de la région indo‐malaise. Il peut atteindre 20 mètres de haut et pousse sur des sols volcaniques fertiles, sous des climats tropicaux. Son feuillage persistant, vert brillant, laisse apparaître de petites fleurs jaunes assemblées en grappes entre mars et juillet. La noix de muscade, que l’on consomme, se trouve à l’intérieur du fruit, une drupe constituée de plusieurs parties : la noix, ou plutôt la graine, contenue dans le noyau, à la coque ligneuse peu épaisse; le macis, un réseau charnu découpé et aromatique qui entoure le noyau ; et la chair du fruit qui renferme le tout. La noix de muscade (également nommée « noix muscade »), au parfum et au goût tiède caractéristiques, était déjà connue des Grecs et des Romains, qui l’utilisaient comme encens.

Plus tard, au Moyen Age, les Arabes ont assuré son commerce vers l’Europe, où il était d’usage d’offrir une noix de muscade que l’on portait sur soi, dans la poche, pour éviter de tomber malade ou de se casser un os, selon la croyance populaire. Il a fallu attendre le début du XIXe siècle pour voir des plantations industrielles se développer en Malaisie, à Sumatra, à la Grenade et dans les îles de l’océan Indien.

Les vertus digestives et stimulantes de la noix de muscade
Riche en monoterpènes, phényléthers et monoterpénols, la muscade était jadis consommée pour prévenir les maladies contagieuses. Mais ses utilisations principales concernent de nos jours les infections intestinales, les rhumatismes et les douleurs musculaires.

La poudre et l’huile essentielle, obtenue après distillation à la vapeur, de noix de muscade ont un effet revigorant et stimulant qui favorise la digestion. Ainsi, la noix de muscade pourrait soulager la dyspepsie, les coliques, les flatulences, les nausées, les vomissements, la distension abdominale et même la mauvaise haleine !

L’huile améliorerait la circulation sanguine et pourrait même inhiber les récepteurs de la douleur sur une courte durée, ce qui conférerait à la muscade des vertus analgésiques. D’ailleurs, en association avec l’huile essentielle de clous de girofle et de romarin, l’huile essentielle de noix de muscade serait un bon antalgique dentaire. Quelquefois indiquée comme antiseptique général ou intestinal, certains praticiens traditionnels n’hésitent pas à la prescrire aussi pour soulager les maux de tête et les spasmes abdominaux, ainsi que la diarrhée occasionnelle. Certains attribuent même à cette épice des propriétés aphrodisiaques : il faut dire que, de tout temps, elle est entrée dans la composition de philtres d’amour…

Des effets proches de ceux du LSD
On sait que la noix de muscade a des vertus stimulantes, excitantes, notamment sur le système cardio‐vasculaire et l’activité du cerveau. On sait moins que l’un des composés de la noix de muscade, la myristicine (voisine de l’apiol du persil) est toxique, et même stupéfiante, et peut provoquer des troubles graves de type atropinique.

Rien à craindre pour nos plats quotidiens, mais à haute dose, la muscade peut entraîner assoupissement et engourdissement des membres avec nausées, angoisses, déshydratation et augmentation du rythme cardiaque. Pire, des études ont montré qu’à très haute dose la noix de muscade possède des effets psychotropes et hallucinogènes se rapprochant de ceux du LSD. L’huile essentielle de noix de muscade ne doit d’ailleurs jamais être utilisée seule en usage interne, car elle peut irriter le tube digestif, entraîner des vertiges, des maux de tête et, elle aussi, des hallucinations.

Méfiance également en usage externe, les applications à long terme et à fortes doses étant également à éviter pour ne pas risquer de souffrir d’irritations cutanées. Cette épice qui aromatise notre quotidien en cuisine, en parfumerie et même en pharmacie n’est donc pas aussi anodine qu’il y paraît !

The good concept store A découvrir dans le concept store